semaine 29

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Mon côté Cendrillon au manoir

À table avec l'Ogre par L'Ogre, le 08 juillet 2018

Puis-je vous inviter à me suivre? Reportage photographique J. Rebuffat

Le destin du chroniqueur gastronomique a des points de ressemblance avec celui de Cendrillon. Le rêve ne dure jamais bien longtemps. Même quand il est beau. Ainsi, au manoir de Lébioles, ai-je goûté le vie de château, l'espace de vingt-quatre heures, car à midi, j'ai quitté les lieux comme Cendrillon le bal à minuit. Une autre différence est que la pauvre enfant avait dans la hâte abandonné sa pantoufle de vair alors que je suis reparti avec une paire de pantoufles dans ma valise.

Ma belle mais modeste Clio rouge, garée entre une Jaguar et une Porsche, ne s'était pas muée en quelque citrouille géante, rassurez-vous. La fée n'était pas cruelle mais le chef était bon. Car après tout, c'était surtout pour dîner que l'Ogresse et moi étions là.

Lébioles, en wallon de Spa (je n'ai pas bu que de l'eau), puisque c'est administrativement à Spa que nous étions, veut dire les bouleaux. Un bois de minces bouleaux annonce l'entrée, majestueuse, dans cette Ardenne qui à elle seule vaut déjà le séjour.

«Je dis toujours que quand les clients arrivent, la moitié du travail est fait», explique le gérant des lieux. Il a raison, Benoît: l'endroit est superbe dans une nature superbe. Le manoir fut construit par Georges Neyt, dont on dit qu'il était un fils adultérin de Léopold Ier, dans un style éclectique qui serait bling-bling sans ce charme inexplicable (enfin si, explicable: la restauration des lieux et sa transformation en hôtel de luxe et en restaurant gastronomique n'y est pas pour rien) des lieux où l'on se sent bien. Le pauvre Georges ne profita pas de son manoir: il mourut en 1910, l’œuvre à peine achevée . Attention, le castel revendique autant d'étoiles que les Brésiliens du Mondial de foot n'en portent sur leur maillot: cinq. Inutile de dire que tout est parfait. Ne soupirez pas: tout ce luxe, tout ce calme et toute cette volupté ont certes un prix mais la folie est raisonnable. Le site de réservation vous propose des chambres à partir de 200 euros, soit le pourboire que vous laisseriez au Negresco. La Wallonie est remplie de gens simples. D'ailleurs l'accueil est stylé certes mais bon enfant. Naturellement, si vous voulez frapper un grand coup (homonyme de coût), il y a des suites majestueuses qui vous attendent, mais nous, nous voici à table, dégustant l'apéritif

et consultant le menu, proposé à 72 euros, ce qui, à ce niveau, n'a rien de scandaleux non plus. Car vous l'avez deviné: les lieux figurent en tête dans les guides, hôteliers ou gastronomiques. Le chef, Laurent Léveillé, ne s'endort pas sur tous les lauriers qui ornent sa tête. Ce qu'on mange? Après quelques amuse-gueules sympathiques, qui permettent de terminer l'apéritif, un tartare de bar de ligne, concombre, émulsion de céleri, yuzu, citrus et piment rouge, suivi d'une langoustine de Bretagne rôtie aux deux sésames et crabe de mer, wakamé, sauce Galanga, gingembre et citron vert, puis d'un filet mignon de veau du Limousin aux fines herbes (celles du jardin), haricots blancs et noix de cajun, sucrine, morilles

Le filet, tout moelleux, sera nappé dans un jus de veau à l'estragon. Bref du bon matériel, de la sophistication et en accompagnement, des vins italiens et français, laissez-vous guider, bon sang, vous êtes là pour vous faire gâter, la devise de la maison est «Plus valet quam lucet», valoir plutôt que briller.

Mais cela brille, et pas que dans l'assiette, puisque l'on termine par un délicieux plaisir sucré du manoir, où myrtilles, thé vert et menthe chocolatée s'unissent alors que la nuit tombe. Il est temps de se promener un peu dans le parc. La nuit est claire et tiède et les lumières du manoir s'allument. Lucet et valet...

Il ne vous reste plus qu'à nous souhaiter une bonne nuit

et le lendemain matin, avant la Clio du retour, de profiter de la piscine, du sauna et d'un massage relaxant (la vie de château, on ne croirait pas, mais c'est fatigant). L'homme ne se nourrit pas que de pain, fût-il de la brioche, mais aussi de souvenirs. Ce rêve de Cendrillon en laisse beaucoup et surtout, l'envie de revenir et l'espace d'un week-end, apprécier ce privilège qui finalement, ne vous coûtera pas plus chez qu'un city trip, car j'oublie de vous le dire, l'espace spa-wellness est inclus dans le prix de la chambre.

Ce qu'il y a à redire? Pas grand-chose, en fait, sauf que ce manoir perdu dans les forêts des hauteurs de Spa a besoin d'un bon GPS pour se laisser approcher. Et n'ayez pas peur s'il vous envoie sur un chemin empierré, que vous soyez en Cayenne ou en Clio, c'est carrossable, comme disait Cendrillon.

Le manoir de Lébioles, domaine de Lébioles, 4900 Spa (Creppe). Restaurant fermé les lundi et mardi, ainsi que le dimanche midi.

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Puis-je vous inviter à me suivre? Reportage photographique J. Rebuffat

Lequel préférez-vous? Photo © J. Rebuffat

Parfois, une brève accalmie permet de penser qu'en avril à Madrid, il peut faire beau: les terrasses sont aussitôt prises d'assaut. Reportage photographique © J. Rebuffat

Quoi, encore le Vietnam? Mais oui. C'est l'une des meilleures cuisines du monde, non? Reportage photographique © J. Rebuffat

Reportage photographique © J. Rebuffat

Le charme du gigot familial. Photos DR et © J. Rebuffat

Reportage photographique © J. Rebuffat

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN