semaine 26

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Deux heures trente pour une approche cartographique du cerveau

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 23 février 2018

A Charleroi, le Collège Belgique en est à sa quatrième saison. Chaque cours est une fenêtre sur le monde. Photo © Marcel Leroy

Vous poussez la porte du Palais des Beaux-Arts, à Charleroi, gagnez la salle des Congrès et pendant plus de deux heures suivez une conférence/cours qui élargit votre horizon. C'est un professeur qui présente les orateurs du Collège Belgique: Kevin Saladé est un passeur opiniâtre. Gratuit, ce programme  est organisé par l'Académie royale des Sciences et des Beaux-arts de Belgique, à Bruxelles mais aussi en décentralisatiion à Liège, Namur, Charleroi et Mons. Le PBA en est à sa quatrième saison. Elle s'est ouverte avec Paul Magnette qui a traité de Tocqueville et de la question coloniale. En mars, Hugues Bersini parlera de "Big brother is driving you", bref de notre époque tourmentée. En avril, Antonino Mazzu survolera la poésie et sa relation à la démocratie. En mai, Marianne Dony éclairera le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Europe. Septembre verra Giuseppe Pagano présenter l'intellectuel de Cambridge qui a révolutionné l'économie, John Maynard Keynes. En octobre, Geneviève Schamps et Jean-Marie Maloteaux aborderont les droits du patient, de l'autonomie de la personne à la protection de l'être vulnérable. Puis Xavier Luffin emmènera le public de Zanzibar au Cap et au fil de l'écriture arabe en Afrique. C'est sous l'oeuvre de Magritte - la femme à la bougie - décorant la salle des Congrès que Xavier Canonne révélera les liens qui unissent le peintre surréaliste à la photographie. Enfin, Hervé Hasquin clôturera 2018 en posant une question iconoclaste: faut-il déboulonner la statue de Léopold II?

Loin de toute tentative forcément désespérée d'une liste à la Georges Pérec, cette énumération permet de prendre conscience de l'étendue des champs explorés lors de ces rencontres dont les invités sont des spécialistes capables de transmettre l'état de leurs recherches sans que vous vous sentiez largué. Ce fut certes le cas ce jeudi soir, avec le docteur Xavier De Tiège, neurologue, spécialisé dans l'étude du fonctionnement cérébral humain par la neuroimagerie. Ce professeur - un Carolo d'origine...-,  travaille et enseigne à l'ULB, dans le cadre de l'hôpital académique Erasme. Avec son humour british, il rend clair un sujet éminemment complexe. Sans doute réussit-il cette performance grâce à la passion qu'il voue à son métier et à l'action dans laquelle il est engagé au quotidien. En très bref, l'outil numérique permet de localiser les zones du cerveau qui envoient des signaux à notre corps. D'où la possibilité, avec l'unité de médecine nucléaire, de déterminer avec précision la localisation d'une tumeur, par exemple. Ce qui permet au neurochirurgien d'opérer avec une efficacité maximale.

Le cerveau humain comporte 100 milliards de neurones, représente 2% du corps humain et use pour fonctionner, tant au repos qu'en action, environ un cinquième de notre énergie. Cartographier le cerveau, cette mappemonde comportant des lobes, des crevasses et des vallées, est  possible désormais sans recourir à une technique invasive.Le cerveau, qui fascine les scientifiques, les poètes et le quidam, reste une terra incognita, une carte aux étendues encore blanches. Avec l'humilité de l'explorateur, le docteur De Tiège nous entraîne dans cette galaxie d'émotions et de réflexions où  des associations de neurones opérent comme les musiciens d'un grand orchestre. Au seuil de la quarantaine, en équipe, et relié à  d'autres chercheurs aux quatre coins du monde, le toubib aide des patients à vivre ou à survivre. Aussi, quand il conclut en évoquant l'âme, invisible même avec la neuroimagerie, les gens attentifs dans la salle avaient-ils envie de rester là, à écouter. Au temps des rencontres virtuelles, la salle de cours du PBA,ouverte aux gens de la rue, est une forme de résistance.. Dites, quelle zone du cerveau allume-t-on avec ce type d'observation bizarre?    

   

 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Yke K. en phase de décollage... Photo © Marcel Leroy

,

Intérieur nuit. A gauche, Kengen. A droite Limelette. Au centre, la Gibson de Raxola. Le Rockerill en vitesse de croisière. Photo © Marcel Leroy

Porté par ses enfants, le cercueil d'Aldino quitte le musée de Mont-sur-Marchienne. Urbano, un ancien du Bois du Cazier, en tenue de mineur, arbore sa lampe où brûle la flamme de la mémoire, au nom de tous les travailleurs du fond. Le musée poursuivra sa mission, avec la fille et les fils du défunt. Photo © Marcel Leroy

,

Devant le musée d'Aldino flottent les drapeaux belge et italien. Photo © Marcel Leroy

Pino, troubadour carolo, a des dizaines de chansons dans son sac de voyage. Photos ML.

,

Pino, Eric, Jeremy, deux accueillants et un membre de l'équipe du Relais social.

Le mercredi, au ciné Régent, tous les tickets sont à 3 euros 50. Toutes les générations se côtoient dans ce cinoche qui rappelle le temps des salles de quartier. Photo © M.L.

Kid Noize à Mons, exploration d'un univers. Photos © Marcel Leroy

,

Les étudiants de première année d'arts 2 ont planché sur le thème de la musique électro du DJ au masque de singe.

Armel Job est un grand conteur de Wallonie. Franck Bouysse puise son inspiration dans les grands espaces des Cévennes. Photos © DR / Robert Laffont et DR

Les gardians de Camargue vont à cheval, entre la mer, la terre et le ciel, sur leurs robustes chevaux, habitués à côtoyer les taureaux sauvages. Photo © Marcel Leroy

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN