semaine 50

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

"Tea Time à New Delhi" : la brève rencontre du Che et d'Indira

Chemins de traverse par Marcel Leroy, le 01 juin 2017

Dans les rues de New Delhi Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Jean-Pol Hecq, qui a bourlingué en Inde, se passionne pour l’histoire, le journalisme et la littérature. Quatre faits objectifs qui ont conduit l’auteur de “Georges et les dragons”, - premier roman sur la guerre 14 et la bataille des Anges de Mons, publié en 2015 -, à imaginer la rencontre de deux personnages entrés dans la légende du XXe siècle: le “Che” et Indira Gandhi. Le moment est bien choisi. En octobre de cette année, on évoquera la mort du commandante Guevara, voici un demi-siècle. Et, en novembre, le centenaire de la naissance d’Indira, fille du Premier ministre Nehru. Hecq passe par l’exofiction pour aller au-delà de ce que l’histoire nous rapporte du point de vue scientifique. Usant de ses recherches historiques et d’un intérêt viscéral pour l’humain, il parvient à  tisser sur la trame de juillet 1959, à New Delhi, les parcours si différents du révolutionnaire cubain et de celle qui sera la première ministre de l’Inde. Tous deux mourront brutalement. Lui sera exécuté en 1967 en Bolivie par des soldats encadrés par la CIA. Elle, par ses gardes du corps, en 1984. Tragédies de notre époque.

Mais nous n’en sommes pas là quand, le Che, lors d’un périple autour de la planète, durant l’été où Bahamontès gagna le Tour de France, fait escale en Inde. Il découvre l’immense démocratie avec ses villes grouillantes, ses misères criardes et ses lumières vives, ses palais et ses rituels, ses parfums de thé et d’épices, ses musiques aussi subtiles que les nuances infinies des couchers de soleil sur les rivages. L’Inde, peut-être, serait le personnage principal de ce roman qui se lit d’une traite. Avec l'habileté d'un feuilletonniste nomade, l’auteur emmène le lecteur par les rues des villes, pousse des portes, rencontre des gens, exprime l’âme d’un peuple, ses rêves et ses limites, place dans ce décor vibrionnant ses héros. Grâce à un solide travail de documentation, Jean-Pol Hecq brise le vernis des icônes pour les faire se rencontrer dans un échange profond.

Dans les rues de New Delhi Photo © Jean-Frédéric Hanssens
New Delhi Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Vous êtes vous déjà demandé ce qu’auraient pu se dire le Che et Indira  autour d’une tasse de thé à New Delhi, en 1959? Il y a peu de chances... Hecq, oui. Ses dérives l’emmènent dans les ruelles du passé, qu’il nous fait arpenter dans les pas de personnages, guides éclairés. Au passage, il aborde la marche du monde, la réflexion sur la politique comme l’art de vivre, mélange informations et récit, donne matière à réflexion. Quand il décrit Guevara posant ses bottes de parachutiste dans un palace indien, on y est. Et la vision d’Indira drapée dans son sari, proposant au Commandante de rencontrer Krishnamurti à Calcutta, de manière clandestine, ne s’oublie pas de sitôt. Les deux hommes parleront de Tagore, de la vie et de politique. Du destin. De la manière de le forcer. A la fin du livre, on se dit que l’on revient d’un sacré voyage, qui donne envie de prendre illico presto l’avion pour l’Inde et Cuba. Et d’essayer d’entrer dans la danse du Che et d’Indira, rêvée par un auteur qui a trouvé un ton personnel, entre gravité et clarté.


“Tea Time à New Delhi”, par Jean-Pol Hecq. Roman
Editions Luce Wilquin. 240p. 20 euros.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Si un hommage devait lui être rendu, Philippe Maystadt avait souhaité que la rencontre se déroule au Bois du Cazier où chacun reçut une photo avec cette citation de Guillaume Appolinaire. "Il est grand temps de rallumer les étoiles". Photo ©.ML.

Un 45 tours, une affiche, un bouquin, un air qui passe, Johnny est parti mais ses chansons tournent toujours sur les Teppaz qui font de la résistance. Photo © ML

Signée Coppée, la cover pareille à une affiche dans la ville.

,

Grand soir au Rockerill, le 27 mai 2017, pour le come back de Vacation. Photo Benjamin Vander Ecken.

Dans le bassin de Charleroi, 90.000 sidérurgistes gagnaient leur pain dans les années 60. En 2017, ils sont moins de 3.000. Que faire des friches industrielles? Entre la mémoire et l'avenir, le problème est complexe. C'est ce que le hors-série de la revue Dérivations cerne, dans un dossier en béton armé envisageant la situation actuelle au niveau wallon, dans une perspective européenne. Photo ML.

Kelly sous la lune,un peu magicienne... Photo Do Chaudron

,

Le quatrième larron. Photo Do Chaudron

Antonio Sestu raviva la mémoire puis Maurice Limbourg égrena les noms...Photo © Marcel Leroy

,

Jacques Stichelbaut, grand musicien et ancien du charbonnage de Monceau-Fontaine, joua" Il Silenzio" au nom de tous les mineurs du monde et de leurs familles. Photo © Marcel Leroy

De gauche à droite, Jean-Paul Bousman, Sébastien Bousman, Luciano Archangeli, et une passionnée de voitures. Tous admirent la Lotus Eleven de 1958. Photo © M. Leroy

,

Les Bousman, père et fils. Ils partagent une même passion pour les voitures et la vie. Pilote et navigateur dans le rallye du quotidien. Photo © M. Leroy

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN