semaine 30

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Et les Lumière furent

Emois et moi par Jean Rebuffat, le 28 décembre 2017

Reportage photographique © J. Rebuffat

Quand on s'appelle Lumière, quelle bonne idée que d'inventer le cinéma! Comme les Lumière étaient lyonnais, il n'y a rien d'étonnant à ce que soit à Lyon, au musée des Confluences, qu'une exposition leur soit consacrée (et qu'elle utilise, mais dans un espace démultiplié, une bonne partie de ce qui est d'habitude exposé au musée Lumière).

Le cinéma n'est pas né par hasard: il était dans l'air du temps. Rendre le mouvement, en réalité, c'était déjà possible et d'autres inventeurs bien connus comme Thomas Edison y étaient parvenus. Mais le spectacle ne pouvait avoir qu'un seul spectateur à la fois...

Les Lumière ont mis au point un cinématographe, qui filmait, développait et projetait et que voici:

Ils ne se considéraient pas comme des artistes, encore que l'on puisse en douter quand on examine au fil de ce qui est montré des photos en couleurs ou même... des 1.422 films réalisés par eux, à commencer bien sûr par le célébrissime «Sortie des usines Lumière» où ouvriers et employés, mis au courant par une indiscrétion, sortent tout endimanchés. C'est avec ce cinématographe que le 28 décembre 1895, soit très exactement voici 123 ans à l'heure même où j'écris ces lignes, que la première représentation eut lieu dans le salon indien du Grand Café, à Paris, devant 33 spectateurs. Asseyez-vous avec eux: le salon indien est reconstitué. Et regardez en une seule fois sur le mur la totalité des films (fatalement très courts) que les Lumière tournèrent ou produisirent. L'expo a été montée sous la houlette de Thierry Frémaux, lequel est non seulement le directeur de l'Institut Lumière, mais encore le délégué général du festival de Cannes et le réalisateur du film «Lumière! L'aventure commence» qui reprend 108 des films Lumière et nous démontre, sur grand écran, ou sur un plus petit si vous achetez le DVD ou la VOD, combien prémonitoires étaient les deux frères, qui comprirent très vite que leur cinématographe pouvait aussi être un puissant outil artistique... Le premier film de fiction tourné fut l'arroseur arrosé. L'expo passionne petits et grands: l'homme n'a pas tellement changé, en 123 ans...

Jusqu'au 25 février 2018 au musée des Confluences à Lyon.
Renseignements pratiques sur le site de l'exposition.

 

 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

L'heure est aux valises. Vous excuserez la supercherie: non, ce n'est pas le dernier Marc Lévy. Mais le seul dont je dispose à la maison. Photo © Jean Rebuffat

La foule belge frémit. Qu'on me permette un aparté: mes racines étant des deux côtés, j'ai regardé ce match avec un détachement absolu, les deux vainqueurs me convenant. Mais le jeu a moins de saveur quand on ne vibre pas unilatéralement. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

On ne le dira jamais assez: sans la fraternité, la liberté boîte et l'égalité ne lui suffit pas. Photo © J. Rebuffat

Une image d'archives d'une manifestation de 2010. Il a toujours fallu se battre pour garder nos libertés. Photo © JFHanssens

Cette photo © Th. Papadopoulos est tellement emblématique que bien des médias européens majeurs l'ont publiée. Eh bien, nous aussi.

Même Mme Trump s'en fiche moins que la veste qu'elle portait, sans doute à destination de son mari (celui-ci pense que c'est la presse, qui ne fait rien qu'émettre des fake news désagréables, comme chacun sait, qu'elle visait). Sur celle-ci, une veste Zara à 39 $ datant de 2016, ces mots que l'on peut traduire par "Je m'en fous complètement, et vous?". (Capture d'écran de la page d'accueil du New York Times)

Capture d'écran du compte Twitter de Sibeth Ndiaye, conseillère en com d'Emmanuel Macron: c'est la vidéo dite du pognon de dingue.

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN