semaine 21

Fossoyeurs de la presse à papa, nous?

Emois et moi par Jean Rebuffat, le 08 mai 2019

Capture d'écran de la page d'accueil

 

Ce qu'on appelle en jargon un pure player, c'est un média qui ne s'exprime que sur l'internet. Vous en avez un sous les yeux, parmi les plus diffusés et les plus notoires. Rien d'étonnant, dès lors, à ce que nous fassions partie, à Entre les Lignes, d'une association nouvellement née et qui s'appelle l'Abipp, acronyme de «Association of Belgian Independent Pure Players».

Pourquoi des sites de diverses provenances (et des raisons d'être si différentes) éprouvent-ils le besoin de s'unir dans une association dont on dira peut-être, en soupirant, une de plus? Parce qu'il y a un décalage évident entre l'état des choses et la manière dont l'aide à la presse existe en Belgique (dans le cas qui nous occupe, en fédération Wallonie-Bruxelles, puisque nous sommes constitués en asbl domiciliée en Région bruxelloise); parce qu'il est temps de faire un inventaire; parce qu'il faut promouvoir des pure players de qualité, l'indice de celle-ci étant d'utiliser au moins un.e journaliste ayant ou ayant eu le statut légal de journaliste professionnel; parce que les expériences des uns peuvent servir aux autres; parce qu'ensemble, nous pourrons plus et mieux.

Entre les Lignes est né voici presque une décennie du désir de certains anciens journalistes, principalement issus du Soir, de continuer à s'exprimer en toute liberté. L'internet nous en donnait la possibilité à moindre coût. Au départ, c'était un multiblog. Mais formés au professionnalisme, très vite, nos réflexes, nos habitudes et nos espérances nous ont poussé à développer la formule. Une sorte de semi-spécialisation s'est instaurée tout naturellement, respectant toutefois l'entière liberté de chacun.e d'entre nous. Nous n'avons pas une ligne (il est impossible de s'y glisser, entre une seule ligne...) mais nous avons une charte. À présent, nous cherchons à pérenniser notre création et à nous développer en permettant à de jeunes journalistes de nous rejoindre, nous qui sommes bénévoles, en les rémunérant. Nous refusons toute pub mais nous faisons appel à la générosité des lectrices et des lecteurs car rien que pour couvrir nos frais d'intendance, un minimum de moyens financiers est nécessaire et un peu plus est indispensable pour s'améliorer.


Parmi les intervenants, Damien van Achter (Pilote.media), Amandine Degand (Bruxelles Bondy Blog, bientôt Mammouth), Arnaud Grégoire (Sense Brussels et membre du jury Fonds pour le Journalisme), Sophie Lejoly (secrétaire générale adjointe de l'AJP, l'Association des journalistes professionnels) et Joan Condijts (cofondateur de LN24, chaîne d'info continue). Photos et vidéo © Jean-Frédéric Hanssens

L'internet évolue et c'est un constat que tout qui était présent à Namur le 7 mai pour la journée de lancement de l'Abipp a tiré à sa façon. On a souvent accusé les journalistes en ligne (historiquement, j'ai été le tout premier du genre en Belgique francophone) d'être les fossoyeurs de la presse de papa. Mais la ringardise, à présent, touche même le site web, qui n'est plus le principal canal de diffusion des informations en ligne, au profit des réseaux sociaux ou des infolettres (la nôtre, par exemple, a un taux de lecture très élevé), voire de moyens encore plus neufs comme WhatsApp. Nous avons tous conscience que notre profession est en train d'évoluer, que de nouveaux métiers s'imaginent (le datajournalisme, le démonteur de fake news,...) et que le contexte actuel est à l'ubérisation, tout un chacun pouvant s'instituer journaliste et être à la fois une source d'information et une source de commentaires. Pourtant, dans le journalisme de papa, il y a des lignes que nous suivons et des vertus que nous approuvons; si le métier se transforme, il n'en garde pas moins des invariants qu'à l'Abipp aussi, on entend sauvegarder et entretenir, tout bêtement et tout simplement parce que ce n'est pas que notre liberté qui est en cause, mais la vôtre.


Christian Du Brulle, fondateur de l'ABIPP et de Daily Science


Sophie Lejoly (secrétaire générale adjointe de l'AJP, l'Association des journalistes professionnels)


Joan Condijts (cofondateur de LN24, chaîne d'info continue)


Damien van Achter (Pilote.media)


Amandine Degand (Bruxelles Bondy Blog, bientôt Mammouth)


Arnaud Grégoire (Sense Brussels et membre du jury Fonds pour le Journalisme)

 

 

Mots-clés

Commentaires

Portrait de Francis GROFF ( F-1500)
Belle initiative ! Pas d'accord avec un commentaire de fin quelque peu condescendant concernant "la presse de papa amenée à disparaître". On y revient avec bonheur en certains endroits du globe. A suivre, en tout cas... (sans la pub ;-))))) ?) Bravo et proficiat.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN