semaine 42

Rentrée scolaire 2019

L’avenir de l’école par Laurent Berger, le 30 septembre 2019

Photo©LaurentBerger

Changement de ministre, changement de couleur, de l’orange au rouge, pacte d’excellence maintenu! Nouvelle appellation pour nos inspecteurs devenus des coach à objectifs à atteindre. Depuis un mois, j’excelle dans une classe de 37 élèves dans un petit local où mes élèves, qui sont charmants, je dis cela sans ironie, car ils supportent la situation comme moi avec une bonne humeur remarquable, je tiens à les féliciter malgré quelques bavardages inévitables vu leur nombre impressionnant, serrés les uns contre les autres, chaleur humaine garantie et agréable dans la proximité et le confinement! Ces adolescents bien gentiment vont chercher les chaises manquantes dans un autre local, ils prennent notes sur leurs genoux comme ils le peuvent, bien sûr. J’excelle aussi dans les petits rappels à l’ordre nécessaires avec une douceur et une patience qui me caractérisent après des années de pratique et pensant bien maitriser la situation, j’individualise mon enseignement, réponds aux besoins spécifiques des uns et des autres, en attendant que la classe soit divisée mi octobre, me satisfaisant d’un horaire provisoire. Les élèves pouvant changer d’option durant le mois de septembre, je vois qu’ils se regroupent naturellement par affinités électives, se disant peut-être que chez tel collègue c’est plus facile! Bien sûr, je corrige les 37 copies le plus rapidement possible pour les évaluer! 

Les nouvelles de la rentrée sont magnifiques, nous apprenons une nouvelle langue, nous irons en formation pendant les vacances éventuellement, économie oblige! Nous nous réunirons pendant les heures de table, nous serons présents à l’école toute la journée sans augmentation salariale pour participer aux plans de pilotage, car voyez-vous, une école, ça se pilote, ça se manage, ça s’évalue tout le temps, on va même évaluer vos évaluations! C’est super! Bien sûr, rassurez-vous, je ne suis pas déprimé! J’aime mon métier, je garde le sourire, car quels que soient les décrets, les réformes, les pactes, les programmes, les nouvelles appellations si jolies, les jolis tableaux, les belles cases, je demeure convaincu de l’humanité de mon métier! 

Je crois rêver quand je vois que sur notre beau bâtiment provisoire définitif, on a entrepris de mettre des panneaux solaires! Energie propre qui couvre l’amiante recouverte avec tout le sérieux que l’on accorde à la santé de nos petits loulous! Je ne sais pas si le nuage de Rouen a traversé notre pays, en tous les cas, je n’ai rien remarqué! Je dois plutôt me concentrer sur les notes de services, m’attendre à l’entrée d’un éducateur dans ma classe qui dictera le nouvel horaire provisoire, qui licenciera les élèves pour un professeur souvent absent, qui viendra donner quelques papiers à remplir. J’ai pris l’habitude d’être interrompu, je prends rapidement mon petit café fort à la récréation pendant les cinq minutes de répit, le temps de descendre dans la salle des professeurs bruyante où tout le monde commente son horaire, se dit déjà très fatigué, compte les jours encore à donner de leur sueur, de leur patience, de leur savoir faire! Le Préfet vient nous saluer rapidement. Puis, je remonte dans ma classe sans tentures, avec le rétroprojecteur qui envoie une lumière bleue à cause de la poussière dans la lentille! 

Là, ma rhéto s’interroge sur le sens du roman de Sartre "La Nausée", je veux leur faire prendre conscience de l’absurdité de l’existence afin qu’ils puissent donner un sens à celle-ci librement sans être influencés par la recrudescence des gourous, des maîtres à penser, de ces philosophes médiatisés qui donnent leur avis sur tout et n’importe quoi! Il y a surtout ces vieux aigris qui deviennent adeptes de la théorie du remplacement, qui s’en prennent à une jeune fille autiste qui serait manipulée comme si eux n’étaient pas manipulés par les banquiers, les financiers, les marques, leur belle voiture! A 54 ans, je tiens le coup, on m’avait dit jadis que je pourrais prendre ma retraite à 55 ans, bon, cela sera pour 67 ans! J’espère être toujours aussi branché sans tomber dans le jeunisme bien entendu! On m’avait aussi dit que je pourrais travailler à la maison et que je pourrai aussi écrire, mais voilà que l’on souhaite que les professeurs soient plus présents à l’école. 

Quelles sont mes résolutions pour cette rentrée académique? Par exemple, ne plus me plaindre, prétendre que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, ça c’est pour rigoler. Maintenant, plus sérieusement, je m’engage avec force et vigueur, à maintenir non pas un niveau artificiel exigé par les bureaucrates, les porteurs de dossiers, les faiseurs de tableaux Excell, les amoureux des tableaux et des tablettes, les adorateurs des chiffres, les dogmatiques du résultat. Non, je m’engage àtransmettre l’amour des belles lettres, de ce qui est gratuit, de ce qui n’a pas de prix, de ce qui n’est pas calculable, de ce qui soit-disant ne sert à rien, d’aiguiser la lame de leur sens critique, de les porter ailleurs que tu seras médecin mon fils, ingénieur mon neveu, comme ton père, femme au foyer comme ta mère! Autre chose! Je voudrais pour eux, un autre imaginaire, une autre réalité! Je m’engage à poursuivre cette chronique à condition que mes corrections avancent. Mes petits loulous doivent bien être notés quand-même!  Mais peut-on mettre des points à celui qui aura changé son regard, à celui qui aura su se dépayser, se transformer, renaître, ça vaut combien ça? C'est sur 20 ou 30? Quand notre monde froid, mécanique, robotique, déshumanisant, qui n'accepte plus le risque ni l'aventure, aura failli, j'espère qu'il nous restera nos rêves!

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Commentaires

Portrait de Vrancken
55 ans pour ma part, je partage tout le contenu du propos ! Merci pour la fougue de l'écriture !

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN