semaine 25

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Ces objets qui accompagnèrent mai 68

L'as-tu lu,lulu? par Nous on l'a lu, le 22 avril 2018

Mai 68, encore? Eh bien oui, mais en ce jubilé, un ouvrage pas comme les autres, dirigé par quatre historiennes de l'ULB qui ont eu la bonne idée d'en évoquer les objets.

Il en manque un, je le leur ai fait remarquer: le thermomètre. Non pour mesurer la fièvre étudiante mais parce qu'en mai 68 à Bruxelles, il faisait beau. J'évoquerai moi-même cela prochainement dans la suite de ma série «Ancien combattant» mais disons déjà qu'il était assez amusant de voir de temps à autre des gens venir pique-niquer sur les terre-pleins de l'avenue Roosevelt et de se rendre compte, en traversant l'avenue et en allant se promener dans le bois de la Cambre, combien la Révolution ne concernait que le microcosme de l'ULB (avec quelques extensions dans les milieux artistiques): profitant du beau temps, des mères de famille promenaient leurs nouveaux-nés sous les frondaisons du bois comme si de rien n'était – et probablement dans l'ignorance plus ou moins complète de l'occupation.

Les quatre historiennes présentant leur ouvrage à "L'Architecte" vendredi 20 avril (mai n'est plus loin) lors d'une soirée coorganisée par Entre les Lignes. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ce livre n'est donc pas une histoire, un témoignage ou une chronologie, et pour cause: ni Amandine Lauro, ni Valérie Piette, ni Caroline Sägesser ni Cécile Vanderpelen-Diagre n'étaient nées en 1968. C'est donc à la fois avec la rigueur universitaire voulue et le recul du temps qu'elles ont guetté les objets racontant mai 68, depuis le sac à dos jusqu'à la pilule en passant par le crucifix, la 2CV Citroën, la cravate, la BD ou encore le gueulophone, la cuisine, la matraque, la guitare ou la casserole. C'est confortablement illustré par des photos d'époque et les dessins de Cyrille Aron. Le quatuor d'auteurs, qui sont également amies et enseignantes à l'ULB, était soulagé de ne pas avoir pour une fois «à pondre des notes de bas de page». Une introduction historique replace le livre dans son contexte, bruxellois, belge et mondial, car 68, ce fut une année fabuleuse, pas rien qu'en mai. Un livre à offrir d'urgence aux soixante-huitards attardés par leurs petits-enfants (qui le liront sûrement avant de l'emballer). (J.R.)

Mai 68 raconté par les objets, s.l.d. D'Amandine Lauro, Valérie Piette, Caroline Sägesser et Cécile Vanderpelen-Diagre, éditions couleurlivres, Mons, 2018, 19 euros.

Ci-dessous, deux extraits de la présentation du livre aux "Rencontres de l'architecte" Vidéos JFHanssens

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Les formats informatiques se fichent bien du poète. Pour avoir une idée de la couverture, je l'ai tournée de 90 degrés. On fait ce qu'on peu(t).

Jean Calvin à l'âge de 53 ans. Gravure de René Boyvin.

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN