semaine 33

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Quatre sonnets

Le Chant la vie par Serge Noël, le 17 mars 2018

"Mais je devine le temps qui vente Derrière la fenêtre fermée..." Photo @ J. Rebuffat

Chemin nocturne

 

mais je devine le temps qui vente

derrière la fenêtre fermée

c’était une nuit d’épouvante

une nuit d’ombre et de fumée

 

à travers les rideaux écrus

perçait une aurore timide

comme une rumeur à quoi l’on crut

le ciel était rose et humide

 

et j’étais pantelant livide

à l’idée du jour qui venait

avec sa robe bleue liquide

 

et j’étais comme un arbre vide

comme une mer qui pleure du nez

au milieu d’un jour apatride

 

 

Chemin diurne

 

aigrette cendrée du faubourg

dans le gris sale des grandes villes

voilà que l’hiver à la bourre

revient neiger dur et fragile

 

on voit dans le ciel les baleines

des nuées noires et lointaines

on s’emmitoufle dans la laine

le jour muet met ses mitaines

 

et de ses doigts blancs et glacés

le jour accroche au flanc blême

de mon sommeil recommencé

 

sa tendre armure défaussée

je suis de mon rêve l’emblème

et je verse dans le fossé

 

 

Sonnet sonnant

 

c’est au bout d’un petit moment

comme par un tour de passe-passe

que se lève l’aube et s’efface

la nuit tranquille comme eau dormant

 

les musiques du jour naissant

accompagnent dame lumière

qui claudique danse et hume hier

comme un rêve rouge de sang

 

le pâle rideau de la chambre

laisse passer une rumeur

de rose thé de thym et d’ambre

 

le tendre et onctueux dormeur

sent doucement durcir son membre

au ventre du sommeil qui meurt

 

 

Une aube utile

 

le jour est décidément là

j’entends le cri noir des choucas

le ronflement du ciel lilas

j’entends le familier fracas

 

du camion poubelle qui passe

dans la rue que s’est-il passé

que voulez-vous que ça me fasse

on parle d’un soleil lassé

 

dont les rais se brisent au vent

et qui aurait plié l’échine

je fais un rêve émouvant

 

c’est une drôle de machine

que rêver d’être encore enfant

un rêve fané qui s’échine

 

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

"La lune dans la chambre dors" Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Phalène de Madagascar Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Nue

...c'est le soir et le temps fraîchit... Photo © J. Rebuffat

... le peintre songe aux temps heureux... Photo © J. Rebuffat

...nous ne voulions que le bonheur... Photo © Jean-Frédéric Hanssens

...comment deviner les chemins à tenter... Photo © J. Rebuffat

...comme une brume une rosée... Photo @ Jean-Frédéric Hanssens

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN