semaine 48

Europe-Israël : l’apartheid prime sur le droit et la paix

Les indignés par GL, le 02 octobre 2022

L'Association Belgo-Palestinienne appelle à manifester.

Ce lundi 3 octobre, se tiendra à Bruxelles - pour la première fois depuis une décennie - une réunion du conseil d’association UE-Israël. La reprise de cet important forum de discussion avait jusqu’alors été écartée à la demande de plusieurs États membres, faute de progrès dans le processus de paix israélo- palestinien. Diverses associations de défense des droits humains dénoncent cette réunion. (1)

Il faut souligner que la situation a empiré après les années Netanyahou, à cause du nouveau gouvernement encore plus liberticide, y compris envers les citoyens israéliens épris de véritable démocratie et défendant les droits des Palestiniens.  

En effet, une guerre sans précédent a été́ déclenchée par le gouvernement israélien contre les organisations israéliennes de défense des droits humains. Sept d’entre elles ont été́ qualifiées de terroristes, interdites et ont vu leurs locaux perquisitionnés, vandalisés et fermés.

De plus, les constructions dans les colonies se poursuivent à un rythme effréné́, de même que les expulsions à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, notamment à Masafer Yatta. Une politique qui constitue le principal obstacle à la paix.

Gaza reste, quant à elle, soumise à un blocus inhumain, et a été́ victime d’une nouvelle attaque israélienne meurtrière début août. Et ce sans la moindre raison ni justification. Dans tout le territoire occupé, les civils payent le prix fort de la violence de l’armée.

Les emprisonnements de civils palestiniens – y compris d’enfants – se multiplient.

Les plus grandes organisations de défense des droits humains comme Amnesty International (2) et Human Right Watch dénoncent, preuves à l’appui, l’intolérable régime d’apartheid qui frappe la population palestinienne dans les territoires occupés mais aussi en Israël même ainsi que l’impitoyable répression de la population de Gaza victimes d’un blocus criminel.

Toutes ces atteintes au droit international constituent un crime contre l’humanité examiné par la Cour Pénale Internationale.

Mais cela n’empêche pas les autorités européennes (et belges) de continuer à rencontrer, commercer et collaborer avec les autorités et les industriels israéliens.

Pourtant, les crimes commis par Israël sont comparables à ceux commis par la Russie en Ukraine : annexion illégale de territoires, bombardement de populations civiles, suspicion de crimes contre l’humanité. Des mesures de rétorsion politiques et économiques sont mises en œuvre avec beaucoup de détermination par l’Europe. Rien de semblable envers d’autres violations graves et répétées des droits humains commis par Israël et par le Maroc qui, rappelons-le, occupe illégalement le territoire du Sahara-Occidental et réprime violemment la population civile.  

Rehausser les accords d’association avec Israël, dans ce contexte, revient à le récompenser pour ses crimes, dénoncent l’Association Belgo-Palestinienne et Intal Globalize Solidarity qui invitent à un rassemblement contre le sommet euro-israélien de ce lundi 3 octobre. Il aura lieu au Rond-Point Schuman, de 16 h à 17 h. (G.L.)

(1).

https://www.facebook.com/events/878469206480875

https://www.hrw.org/news/2022/09/30/eu-denounce-israels-apartheid-association-council-meeting

(2)

https://www.amnesty.be/infos/notre-magazine-le-fil/printemps-2022/article/israel-coupable-apartheid-envers-palestiniens

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !