semaine 39

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Nous réclamons le droit à l’humanité

Les indignés par GL, le 15 juin 2018

Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Voici la lettre ouverte de 1000+ académiciens qui se mobilisent pour défendre la démocratie, publiée le 8 juin 2018.

Au lendemain de l’appel à l’humanité lancé par les recteurs des universités belges (Le Soir 30-05-2018), le secrétaire d’État à l’Asile et aux Migrations les a rappelés à l’ordre (Twitter 30-05-2018). Nous – en tant que membres de la communauté universitaire – ne pouvons plus continuer à assister à ce spectacle en silence. Par l’entremise de cette lettre, nous souhaitons apporter une réponse aux deux discours qui ont donné lieu aux événements de la semaine dernière: la déshumanisation de « l’Autre » et la restriction de la liberté d’expression. De concert, ils forment un cocktail dangereux – qui peut répandre un poison insidieux dans la société, saper la démocratie et nourrir les penchants les plus inhumains de nos concitoyens.

 Déshumanisation de “l’Autre”

 Lorsque, la semaine dernière, les recteurs ont appelé à davantage d’humanité, ils n’ont pas seulement laissé parler leur cœur, mais également leur raison : la déshumanisation peut entraîner des conséquences dangereuses pour la société.

 Quand on voit autrui souffrir, deux possibilités s’offrent à nous: nous inquiéter de son sort ou détourner notre regard. La recherche en psychologie montre que la première réaction est plus aisée quand nous avons un sentiment de contrôle sur la situation et avons donc la conviction de pouvoir aider l’autre. Mais quand on ressent de l’impuissance face à une souffrance, le plus facile est de détourner le regard ou de se retourner contre la victime. « Ne s’est-elle pas mise elle-même dans ce pétrin ? A sa place, je n’en serais jamais arrivé là ! ». De tels sentiments d’incompréhension et de mépris constituent également le terreau de la déshumanisation (voir aussi Le Soir 22-12-2015). Il existe des centaines d’études dans le domaine des sciences sociales et psychologiques qui s’intéressent aux effets de la déshumanisation sur la façon dont nous traitons « l’Autre ». Et les résultats sont effrayants (Haslam & Loughnan, 2014 pour un aperçu). Déshumaniser nous autorise à traiter l’Autre comme inférieur et à remettre en cause nos cadres moraux, de sorte que les droits de l’Homme ne s’appliquent plus guère. Les exemples historiques et contemporains de ce processus sont légion. “Se questo è un uomo” …

Nous constatons que, de façon plus ou moins subtile, les réfugiés et les migrants nous sont présentés comme de moins en moins humains. Emigrer finit presque par être considéré comme une infraction pénale à poursuivre, au vu de l’utilisation du terme “illégaux” pour désigner les migrants. En outre, ils sont souvent présentés comme ayant moins de compétences, de volonté et de sentiments complexes que les « non-migrants » (pour le dernier exemple en date, voir les déclarations du président du Vlaams Belang Tom van Grieken le 6 juin dans l'émission de la VRT De Afspraak). Certains les réduisent à un coût et les affublent même d’un prix. Ces représentations, nombreuses dans les médias, le débat politique et le discours public, nous rapprochent de la déshumanisation et ce, surtout pour ceux qui ne saisissent jamais l'occasion de rencontrer la personne qui se cache derrière le réfugié. Or, bien souvent, rencontrer l’Autre désamorce les préjugés antérieurs (Kende, Phalet, Van de Noortgate, Kara & Fischer, 2017).

 S’il ne s’agit pas de nier que la migration constitue un défi pour notre société, la déshumanisation ne peut s’immiscer dans les stratégies visant à y faire face. Une posture déshumanisante sert de toile de fond pour s’abstenir d’interroger les initiatives politiques contraires à la Convention européenne des droits de l'Homme, comme celles de Theo Francken dans le cadre de la réforme de la politique migratoire européenne. En outre, cette dynamique crée un climat de polarisation au sein duquel action et réaction se succèdent à un rythme soutenu. Pensons aux tweets explosifs qui doivent être ensuite rectifiés, à la culpabilisation de la victime et au refus d’accorder le droit aux parents de pleurer sur la tombe de leur enfant.

Les événements évoqués plus haut ne sont pas des “hasards” ou des “accidents” ponctuels, mais les symptômes d’un discours déshumanisant. Voilà ce que les recteurs belges ont exprimé clairement dans leur courrier adressé au Premier ministre Charles Michel. Sous cet éclairage, l’appel des recteurs à une plus grande humanité n’est pas seulement leur droit le plus strict : c’est surtout leur devoir. Chaque mouvement engageant la société dans la voie de la déshumanisation doit être arrêté à tout prix.

Restriction de la liberté d’expression

 La réaction à la lettre des recteurs ne s’est pas fait attendre longtemps et est le symptôme d’une autre dynamique discursive, peut-être tout aussi dangereuse : la restriction de la liberté d’expression. Le tweet du secrétaire d’État à l’asile et aux migrations Theo Francken a résonné bruyamment : “Si les recteurs veulent jouer un petit jeu politique, ils vont recevoir le boomerang dans la figure. Aussi bien sur le fond qu’en public”. En dépit de toutes les tentatives d’édulcorer ce tweet (par ex. Twitter 30-05-2018), il est impossible d’interpréter cette déclaration autrement que comme une menace à l’endroit des recteurs.

 Lorsque les opinions divergentes ne sont plus les bienvenues et que les menaces sont considérées comme des réponses « normales » à un appel à l’humanité, la liberté académique est mise à mal. Elle porte les germes d'un univers où les universitaires, sous la pression du politique et de menaces ouvertes, n'oseront plus prendre position. Des agents publics et des organisations de terrain qui dépendent des subsides des autorités ressentent déjà cette pression. Si même les représentants académiques les plus importants ne disposent plus d’un droit de réponse, une question rhétorique s’impose : quels autres espaces de liberté au sein de la société civile, de la culture, de l’éducation et de la justice, qui devraient pourtant être garantis par l’État sont-ils en passe d’être compromis ? N’est-ce pas une caractéristique essentielle de la démocratie que nous prétendons être : être d’accord d’être en désaccord?

 Soyons clairs : nous ne tolérons pas le discours d’intimidation visant à restreindre la liberté d’expression. De même, nous n'accepterons jamais la déshumanisation. Nos étudiants l’ont bien vu : « Le monde académique n’est pas le petit chien auquel on peut dire, en tant que membre du gouvernement : ‘assieds-toi et tais-toi’ » (Apache, 04-06-2018). Ni maintenant, ni jamais! C’est notre mission d’interroger la société, les dirigeants et nos pairs de façon critique et ce, autant pour donner une voix à des opinions informées et diversifiées au sein du débat public que pour veiller à rester humain pour et avec les autres.

- Références:

 Haslam, N., & Loughnan, S. (2014). Dehumanization and infrahumanization. Annual review of psychology, 65, 399-423.

Equality revisited: A cross-cultural meta-analysis of the contact hypothesis. Social Psychological and Personality Science.

- Vous pouvez signer l’appel via

https://www.petitions24.net/humanite.

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Photo © Jewish Voice for Peace, USA

Des journalistes de la RTBF faisaient leur travail d'information. Ils ont été arrêtés. Photo RTBF.be

Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Des Palestiniens ont peint leurs visages comme des personnages du film "Avatar" lors de la sixième semaine des manifestations pour le retour #Greatreturnmarch dans Gaza sous blocus. Photo @saidkhatib /AFP).

Des milliers de Brésiliens manifestent leur soutient à Lula avant son entrée en prison. Photo © D.R.

Anne Morelli. Photo © UPJB

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN