semaine 39

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Bruxelles, expérience estivale

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 30 août 2018

Calme plat au Bozar Open Air © L.VdWalle

Bar fantôme au Bozar Open Air © L.VdWalle

Porte close du café des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ©L.VdWalle

Foule autour du tapis de fleurs de la Grand Place © L.VdWalle

Évidemment, tant mieux si les travailleurs ont droit à des vacances. Les congés payés sont une chose magnifique et acquise de haute lutte. Alors, pourquoi viendrais-je faire le vilain coco en râlant sur l’incommensurable ennui de vivre l’été dans notre bonne capitale. 

Septembre c’est demain. Dès lors, je suppose que je pourrai bientôt acheter un pain et même deux tomates dans mon quartier. 

Septembre, c’est demain. Alors, peut-être arrivera-t-il un autobus sans devoir attendre parfois 25 minutes. 

Septembre, c’est demain. Alors probablement la RTBF offrira-t-elle autre chose que des rediffusions. 

Septembre, c’est demain. Alors peut-être y aura-t-il moyen de trouver une bouteille d’eau dans les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. Imaginez des groupes d’amateurs d’art venus du monde entier pour voir nos Bruegel et nos Magritte sans aucune possibilité de se désaltérer décemment alors que dehors (et en partie dedans), c’est le cagnard ! Naturellement, il fallait aussi écarter toute possibilité de se restaurer. 

Ne pouvions-nous pas nous rabattre sur le Victor qui est la proche brasserie du Palais des Beaux-Arts, dit Bozar. Nenni, ce temple de la culture était aussi dans le coma. Cependant, un peu d’espoir m’est venu lorsque, à deux pas, j’ai vu le ” Bozar open air”.  Il y avait là un genre de piscine sans eau, mais avec des jets de vapeur (froide ? Je n’ai pas essayé) et quelques transats occupés par personne. Quant au fameux “Bar” annoncé sur le volet d’une tente, bar que j’avais déjà vu fermé, il fut aussi (à la faveur de quoi ? ) miraculeusement ouvert lors de mon deuxième passage. Je m’y précipite donc. Il y avait des tables du genre de celles qu’on trouve aux kermesses et quelques bancs, mais point de comptoir où trouver une boisson quelconque. Renseignements auprès du jeune homme gardien des lieux, ces installations auraient été à louer auprès d’organisateurs d’événements. Apparemment, ces organisateurs ne se sont pas précipités, et de toute manière, c’eût été des manifestations privées. 

Les cinémas survivotaient comme à l’habitude ici, avec des programmes qui avaient peu de chance d’attirer à l’intérieur un public à la recherche de piscines. Quant à l’initiative “Bruxelles Les Bains” (sans bains), manifestation appréciée des familles, elle s’est terminée le 12 août, alors que les congés scolaires, comme chacun sait, s’arrêtent aux premiers jours de septembre. 

Septembre, c’est demain.

Peut-être le Manneken Pis, les marchands de chocolat japonais et le tapis de fleurs de la Grand-Place (dont, vu la chaleur, les  bégonias avaient commencé à flétrir dès le midi du premier jour) ont-ils fait le miel de pas mal de badauds. 

Je sais aussi que des animations au Parc de Bruxelles ainsi que le Brussels Summer Festival, ont connu l’affluence. Mais tout cela est soit très ordinaire soit fort ponctuel, ce qui laisse des creux forts déprimants pour les citadins restés au pays. 

De mon côté, j’ai quand même partagé des moments de bonheur grâce au “Festival Midis Minimes” (concerts tous les jours de la semaine entre 12 h 15 et 13 h, entrée 5 euros) concerts très fréquentés et qui faisaient concurrence aux concerts du “Festival des Minimes” organisés dans le voisinage à peu près sur le même modèle et quasi à la même heure mais tous gratuits. De quoi égarer l’amateur ! 

Il y eut aussi des moments d’intérêt grâce à la radio décriée plus haut, avec La Première qui proposait des billets comme “Je Sais Pas Vous ?” qui parle de façon ludique et intéressante de musique, ainsi que des échos sur les livres coups de coeur de libraires de différentes villes. Toutefois, à cause du débit de la parole, je n’ai jamais réussi à noter ni le titre ni l’auteur des livres en question. Par la suite, je ne les ai pas retrouvés sur la toile. Làs ! 

Bref, à ma plus grande satisfaction, revoici septembre. Ma ville va revivre, les habitants (peut-être pas tous avec enthousiasme) retrouveront leurs activités, tandis que votre tellement attendu web-magazine Entre Les Lignes va dynamiter l’info ! Ou presque…

Mots-clés

Commentaires

Portrait de anonyme
Je suis rentrée Lucie, ça va bouger. Nicole

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Un CD qui s'inscrit en continuité du "Récital en images" lié à la commémoration de la Grande Guerre.

Calme plat au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Bar fantôme au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Porte close du café des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ©L.VdWalle

,

Foule autour du tapis de fleurs de la Grand Place © L.VdWalle

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

Un des “Paysages chimiques” (2005-2018) de Hicham Berrrada Photo © Jherrent

,

“Weather Drawings” (1969) de Marinus Boezem Photo © Jherrent

Mystère et poésie du collage chez Line Ducerf ©Verbeke Foundation

Livres cristallisés de Pascal Convert © L.VdW

La vedette hollywoodienne John Malkovich se produit à Bruxelles dans « Report on the Blind ».

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN