semaine 03

Destins croisés: le Porteur d’histoire

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 14 novembre 2018

Le Porteur d'histoire, la course des mots à la croisée des destins.

Alexis Michalik, voilà un nom qui résonne depuis quelques années dans l’Hexagone où il s’est bâti une réputation en béton. Comédien, auteur, metteur en scène et à présent réalisateur, Alexis Michalik aimante le public, professionnel ou non. Il est évident que ses " Molières"  accumulés en quatre spectacles (Le Porteur d’histoire, Edmond, Le Cercle des illusionnistes, Intra Muros) ont forcément contribué à sa popularité. 

Gageons qu’à Bruxelles, ainsi que cela se passe ailleurs, il fera carton plein de spectateurs admiratifs  / conquis. Il y a quelques jours, c’était le cas de la création de « Porteur d’histoire »  au Théâtre Le Public,  mis en scène par Alexis Michalik avec des comédiens belges. Comme je n’ai pas vu ce spectacle en France, je ne saurais dire si oui ou non il y a une différence notoire dans la nouvelle mise en scène proposée chez nous. 

Sur le plateau quasi nu, il y a un portant avec des costumes, un tableau noir, cinq tabourets et autant de comédiens. Ceux-ci passent d’un rôle à l’autre avec vivacité. Une partie des actions sont davantage esquissées que vraiment mimées, ce qui permet probablement d’encore accélérer le tempo d’un spectacle où se précipitent les fameuses histoires du porteur. Cette course avec peu de pauses a pour inconvénient d’entraîner un débit de paroles dont le sens n’est pas toujours intelligible. 

Car la pièce est une savante combinaison entre des histoires qui se tricotent sous nos yeux et nos oreilles. Des histoires plus ou moins réelles, plus ou moins fictives par lesquelles on navigue d’un lieu à l’autre, d’un siècle à l’autre. Histoires où l’on croise des personnages illustres et d’autres du commun, le tout dans un joyeux délire littéraire. Car dans cette histoire à tiroirs où les livres sont comme des trésors cachés, Alexis Michalik réussit à nous communiquer sa passion pour les romanciers, pour les beaux esprits, pour les grands talents. 

Les nombreux personnages sont interprétés par une équipe spécialement énergique. Il y a Nicolas Buysse (Le Porteur) qui, au propre comme au figuré, maîtrise la pièce en tenant les fils du destin de ses partenaires Shérine Seyad, Baptiste Blanpain, Julia Le Faou et Allan Bertin. 

Signalons que « Edmond », comédie qui évoque Edmond Rostand ficelé dans ses doutes au moment d’écrire « Cyrano de Bergerac » sera donnée à Bozar et que « Intra Muros », la dernière pièce de Alexis Michalik qui compte aussi une série de personnages au passé mouvementé sera bientôt proposée  à Uccle.

"Le Porteur d’histoire" : Jusqu’au 1er décembre 2018. Théatre le Public, rue Braemt, 64-70 , 1210 Bruxelles. Réservations : 0800 944 44 ou www.theatrelepublic.be ou contact@theatrelepublic.be

"Intra Muros" : Centre Culturel, rue Rouge, 47, 1180 Uccle. Du 6 au 8 décembre 2018. Réservation 02 374 64 84

"Edmond ": Palais des Beaux-Arts, rue Ravenstein 23, 1000  Bruxelles, le 29 décembre 2018. Renseignements : https://www.bozar.be/fr/activities/142087-edmond

Mots-clés

Commentaires

Portrait de Patrick Willemarck
Merci Lucie

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN