semaine 29

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Du neuf à Paris et à Bruxelles 

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 04 mai 2018

Gustav Klimt premier invité de l'Atelier des Lumières à Paris. "The place to be "! Photo © L. VdWalle

C’eût été beaucoup plus à la page d’avoir tout vu avant tout le monde et de livrer des impressions en avant-première. Mais ce n’est pas le cas. J’ai manqué l’inauguration de l’Atelier des Lumières à Paris et je vais aussi manquer l’ouverture du nouveau Musée Kanal à Bruxelles. Cela pourra bien sûr se corriger dans un futur proche. 

Pour ce qui est de Paris, j’ai déjà tenté de rattraper ce ratage en me rendant incognito à cet Atelier des Lumières fraîchement installé dans une ancienne fonderie du 11e arrondissement. Une visite un lundi après-midi n’aurait normalement pas posé de problème et j’ai donc négligé de me munir d’un coupe-file. Mais une queue de 200 mètres s’étirait sur le trottoir de la rue Saint-Maur, ce qui a cassé mon enthousiasme. Ce qui se passe à l’intérieur de cet Atelier des Lumières qui est le premier centre d’art numérique à Paris, n’est en rien mystérieux. Ce qui est à découvrir c’est l’effet produit sur soi par des oeuvres, généralement connues, principalement ici celles de Gustav Klimt (effets numériques à l’appui), projetées à très grande échelle par 140 vidéoprojecteurs. Cette immersion visuelle et sonore vise aussi, mais en moindre quantité, des oeuvres de Hundertwasser et de Egon Schiele, deux autres artistes majeurs de la sphère viennoise. Cette première exposition grand public de l’Atelier des Lumières permettra probablement d’imposer ce nouveau lieu dans la mosaïque culturelle déjà très riche de la capitale française. 

Côté bruxellois, le ramdam médiatique ne nous permet plus d’ignorer que demain, ce samedi 5 mai s’ouvriront les portes du Pôle culturel  Kanal – Centre Pompidou qui s’est installé dans l’ancien garage Citroën. Donc, pour l’immédiat, on y verra dans une logique déambulatoire déterminée par l’immense espace disponible, des oeuvres – modernes et contemporaines -  prêtées par le Centre Georges Pompidou. En tout cas dans un premier temps, car, si les querelles entre la Région Bruxelles-Capitale et l’État fédéral s’apaisent, on pourrait même y voir figurer un jour quelques oeuvres de nos plus grands créateurs, lesquelles dorment dans des réserves. Hormis les pièces exposées, qui font une large place au métal, à la mécanique, aux assemblages les plus décoiffants, une série d’activités sont également proposées au public, comme cette “ Usine de films amateurs”, sur une idée de Michel Gondry. Par ailleurs, il semblerait qu’un Kanal Store permette à des créateurs actuels de montrer leurs fabrications, tandis qu’un Kanal Food Market voisin invite les gourmands à se restaurer. Et puis, au bout de 14 mois, de nouveaux travaux de réaménagements amèneront  la version définitive du musée prévue pour 2022. Mais déjà ce premier galop de ce qui sera un important pôle culturel, est un événement dont on ne peut que se réjouir. 

Gustav Klimt - installation visuelle et sonore, jusqu’au 11novembre 2018. Atelier des Lumières, rue Saint-Maur, 38, 75011 Paris. Voir : www.atelier-lumières.com

Kanal – Centre Pompidou. Quai des Péniches, 1000 Bruxelles. Week-end d’ouverture : samedi 5 mai de 12 h à 24 h et dimanche 6 mai de 12 h à 20 h. Entrée 5 euros. Autres horaires et informations générales : http://kanal.brussels/fr/infos-pratiques/horaires-et-tarifs

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

Un des “Paysages chimiques” (2005-2018) de Hicham Berrrada Photo © Jherrent

,

“Weather Drawings” (1969) de Marinus Boezem Photo © Jherrent

Mystère et poésie du collage chez Line Ducerf ©Verbeke Foundation

Livres cristallisés de Pascal Convert © L.VdW

La vedette hollywoodienne John Malkovich se produit à Bruxelles dans « Report on the Blind ».

Gustav Klimt premier invité de l'Atelier des Lumières à Paris. "The place to be "! Photo © L. VdWalle

Anges musiciens, détail du Polyptyque Crespi – Marco d’Oggiono (v.1470-v.1530)

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN