semaine 08

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

La Monnaie, le retour  

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 30 août 2017

L'opéra "Pinocchio" du compositeur Philippe Boesmans ouvre la saison de La Monnaie. Photo © Patrick Berger

Je n’ai pas eu l’occasion d’assister en juillet dernier à la création à Aix-en-Provence de l’opéra Pinocchio, du compositeur belge Philippe Boesmans. Ce Pinocchio venu du conte de Carlo Collodi a été retravaillé par le metteur en scène et écrivain de théâtre Joël Pommerat qui nous a déjà enchanté plus d’une fois dans des productions d’exception. Dès lors, c’est avec beaucoup de curiosité que le public de La Monnaie à Bruxelles attend ce spectacle lyrique qui nous arrive précédé des trompettes de la renommée et où brillera sans doute le très beau plateau d’interprètes. Notons que cette version de Pinocchio n’est pas du tout orientée “jeune public”. 

Pour les habitués du Théâtre Royal de la Monnaie s’achève aussi un l’interminable purgatoire. Pendant deux saisons les plus courageux des mordus de l'art lyrique, se sont rendus au site de Tour et Taxis où, pendant les travaux de rénovation de La Monnaie, les attendait un chapiteau avec lequel les mélomanes comme les artistes ont dû composer.  Néanmoins 20% du public n’a pas résisté à l’épreuve. 

N’oublions pas de remercier au passage le personnel de La Monnaie, qui s’est montré spécialement serviable en ces circonstances particulières. Petits détails qui améliorent la vie en préfabriqué, selon la saison, les spectateurs trouvaient des couvertures pliées sur chaque dossier, tandis qu’en épisode de chaleur, il y avait des petites bouteilles d’eau sous chacun des sièges. Évidemment, on n’a pas pu se débarrasser du bruit des avions ni des pétards de quelques fêtes dans le voisinage, mais, au final, l’amabilité et l’invention ont pu compenser certains inconvénients.

Donc, dans quelques jours, le public pourra enfin entrer dans le Saint des Saints où il va retrouver une acoustique digne de ce nom et écouter la musique dans des fauteuils neufs, identiques aux précédents, système de ventilation en sus. En effet, en apparence, rien ne semble changé dans la salle qui est classée. En revanche, une nouvelle machinerie, une scène modernisée et d’autres apports techniques permettent désormais les effets les plus sophistiqués et des astuces peut-être inédites. On suppose, et on espère que chacun en fera bon usage ! 

Rappelons que, en collaboration avec ARTE, les productions opéra de La Monnaie sont données en streaming tout au long de la saison selon un calendrier annoncé. 

Pour les curieux, une journée portes ouvertes permettra à tous de visiter ce théâtre rénové. Outre le parcours classique, le public sera guidé dans l’envers du décor. Des techniciens vous dévoileront quelques ficelles du métier et nous permettrons de découvrir la nouvelle machinerie de scène. Une expérience qui n’engage à rien. 

“Pinocchio”, opéra de Philippe Boesmans. Théâtre Royal de la Monnaie, place de la Monnaie, 1000 Bruxelles. Représentations les 5, 7, 8, 12, 13, 15 & 16 septembre à 20:00 et le 10 septembre à 15:00. 

Portes ouvertes le 16 septembre 2017 le 13 h 00 à 15 h 30. S’inscrire via events@lamonnaie.be

Autres informations : https://www.lamonnaie.be/fr

Commentaires

Portrait de Danielle Meert
Nous avons repris pieds avec la Monnaie aujourd’hui, en répondant à l’invitation de la visite de ses ateliers. Nous avons déjà pu constater des aménagements extérieurs : le péristyle a été totalement fermé par des parois vitrées, ce qui empêchera les indélicats de commettre des incivilités en allant se soulager dans les petits coins ou d’y abandonner cannettes de bière ou autres, comme c’était le cas.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

« Gaz » de Tom Lanoye, l’infinie et définitive solitude d’une mère ©Ph Engels

Illustration pour “Chronique du bon roi Philibert” de Jonathan Bousmar sur un texte de Jean-Sébastien Blanck

Orphée ramenant Eurydice des enfers, toile de Camille Corot. 

Frances McDormand au centre  de "Three Billboards outside Ebbing, Missouri".  Un film au scénario percutant.

"La Panne" de Friedrich Dürrenmatt, une délicieuse satire judiciaire © Marc Vanappelghem

Évocation de la Grande Guerre pour un récital en images @Frédéric Pauwels

Scène avec mousquetaires et un décor de fond original du Théât’Louis- fin du XIXe siècle.

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN