semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

La Piste Hugo Claus

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 12 avril 2018

L'écrivain Hugo Claus en 1986

Trop contente d’avoir été visiter, avec un certain retard,  “Hugo Claus, con amore”. Dix ans après la mort de ce grand écrivain, le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles lui consacre une exposition. Plutôt qu’une rétrospective ordinaire, il s’agit d’une évocation de l’univers de ce puissant auteur – le plus primé en Flandre - qui exerça ses talents comme romancier, dramaturge, poète, scénariste et réalisateur. On trouve pas mal de documents d’archives, des photographies, des témoignages et extraits d’interviews. On trouve aussi quelques-uns de ses dessins, l’une ou l’autre de ses toiles, le tout accroché dans un voisinage des plus séduisants. A savoir des oeuvres qui apportent une ambiance particulière, un genre d’écho au personnage et à l’oeuvre de Hugo Claus. Ces toiles sont très judicieusement sélectionnées et, plaisir supplémentaire, sont signées Luc Tuymans, Karrel Appel,  Léon Spilliaert,  Michaël Borremans ou encore James Ensor. Il y a aussi des affiches de films réalisés par notre compatriote puisque, selon les cas, Hugo Claus se déclarait belge ou flamand ou encore et non sans humour, “flamingant francophone”. Dans un coin bibliothèque, on peut découvrir les titres parus – Hugo Claus écrivait en néerlandais - ainsi qu’un carnet de croquis encore jamais montré, réalisé lors d’un séjour qu’il fit en hôpital. 

Pensée par le commissaire Marc Didden, cette exposition multidisciplinaire vraiment variée et intéressante permet sans faire grand étalage, de saisir quelque chose de particulier de cet écrivain universel. 

“Hugo Claus, con amore” : Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, rue Ravenstein, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 27 mai 2018. 

Informations : www.bozar.be/fr/activities/132193-hugo-claus

 

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

La somptueuse "Adoration des Mages " du peintre bruxellois Theodoor van Loon

,

"La Sainte Famille", en toute simplicité.Theodoor van Loon

"La Flûte enchantée", partie I, une vaine séduction, versus Romeo Castellucci ©B. Uhlig. 

,

"La Flûte enchantée", partie II, confusion des sentiments, versus Romeo Castellucci ©B. Uhlig.

"Klimt’s Magic Garden", une installation de réalité virtuelle signée par le Frederic Baker

,

"Le Quatuor Klinger » (1916) du peintre expressionniste viennois Max Oppenheimer

,

Portrait inachevé de Johanna Staude, (1918), le dernier tableau de Gustave Klimt.

Un CD qui s'inscrit en continuité du "Récital en images" lié à la commémoration de la Grande Guerre.

Calme plat au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Bar fantôme au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Porte close du café des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ©L.VdWalle

,

Foule autour du tapis de fleurs de la Grand Place © L.VdWalle

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

Un des “Paysages chimiques” (2005-2018) de Hicham Berrrada Photo © Jherrent

,

“Weather Drawings” (1969) de Marinus Boezem Photo © Jherrent

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN