semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Montmartre, décor de cinéma

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 23 juillet 2017

Les Attraits de Paris (1912) de Gérard Bourgeois, un réalisateur suisse de l’époque du cinéma muet.

Montmartre, célèbre lieu touristique est généralement bondé. Ce Paris des cartes postales, à présent celui des selfies sur fond de Basilique du Sacré-Coeur ou de la place du Tertre, fut très souvent filmé, et cela dès la naissance du cinéma. En témoigne l’exposition “Montmartre, décor de cinéma”, qui rappelle à ceux qui veulent bien s’y attarder, combien ce quartier fut charmant avant l’envahissement des boutiques de souvenirs et de nippes.

C’est au promeneur curieux que ce quartier dévoile quelques beaux restes, dont ce Musée de Montmartre tout à fait coquet, logé dans un endroit paisible, et où l’on trouve notamment un très joli jardin créé à la manière du peintre Renoir. Notons aussi que ce musée contient l’appartement et l’atelier de l’artiste peintre Suzanne Valadon ainsi qu’une collection permanente composée de tableaux du XIXe siècle.

Pour en revenir à l’exposition temporaire, laquelle est proposée encore pendant plusieurs mois, elle ne peut se parcourir distraitement, car il faut se donner le temps de lire les explications et surtout celui de regarder la sélection d’extraits de films qui vont des pionniers jusqu’àux réalisateurs de l’ère numérique. Le choix ne manque pas puisqu’un millier de films ont été tournés à Montmartre !

Qui se souvient que la séance inaugurale organisée par les frères Lumière le 28 décembre 1905 eut lieu au Gaumont Palace Clichy ? Du reste, à Montmartre survivent des salles d’art et d’essai comme le Studio 28 de la rue de Tholozé et aussi le Louxor, situé à Barbès, et magnifiquement restauré il y a 2 ans, avec une programmation attrayante. Deux lieux dédiés aux cinéphiles.

Quelle que soit l’époque des tournages, les lieux emblématiques de Montmartre sont mis en évidence. Il y a les incontournables escaliers que l’on retrouve dans “Juliette et la Clef des songes” de Marcel Carné et dans “Les Quatre-cents coups” de Truffaut. Les cafés artistiques, les cabarets comme l’incontournable Moulin Rouge, sont illustrés par des séquences venues de “Bibi la purée” (cela ne s’invente pas ! ) “Minuit, place Pigalle” “Moulin Rouge”, bien sûr, si ce n’est “Bob le flambeur”.

Il y a le métro, avec le fameux extrait de “Les Portes de la nuit”, où se trouve reconstituée la station de Métro Barbès-Rochecouard. Vient encore la Basilique du Sacré Coeur, détaillée dans des passages de films de Vicente Minelli ou de Woody Allen. Puis le Montmartre des boulevards, celui des rues pentues, des pavés disjoints, des toits de zinc et des cimetières, que l’on retrouve, par exemple, dans “Amélie Poulain” de Jean Pierre Jeunet. Itinéraire aussi dans les coulisses de la prostitution ou du crime, autrefois familiers sur ladite “Butte”. Des affiches et dessins complètent utilement ce parcours artistique et poétique.

Pas très “famille avec enfant(s)”, cette exposition “Montmartre, décor de cinéma”, ravira tous ceux qui ont un minimum de culture cinématographique ou bien ceux qui aiment retrouver les coins de Montmartre qu’ils se sont donné la peine de découvrir. Des endroits délicieux, qui existent toujours, mais pour initiés seulement !

“Montmartre, décor de cinéma” : Musée de Montmartre, rue Cortot, 12, 75018 Paris. Ouvert tous les jours de 10 H à 19 h. Jusqu’au 14 janvier 2018.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Groupes de figurines aux instruments de musique. Photo © jherrent

Le groupe We Stood Like Kings jouera life sa musique pour le film "Koyaanisqatsi", chef-d’œuvre du réalisateur Godfrey Reggio.

Enfants de Cuzco (Pérou) 1976, photo en studio mobile ©Irving Penn

“Nos Vies ordinaires”, un des succès de La Compagnie Maritime ©Veronique Vercheval. 

L'opéra "Pinocchio" du compositeur Philippe Boesmans ouvre la saison de La Monnaie. Photo © Patrick Berger

Le Lieu Unique, emblématique du dynamisme culturel de la ville de Nantes©L.VdWalle

Les Attraits de Paris (1912) de Gérard Bourgeois, un réalisateur suisse de l’époque du cinéma muet.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN