semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Parcours en Europe Centrale : 1914-1938

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 28 septembre 2018

"Klimt’s Magic Garden", une installation de réalité virtuelle signée par le Frederic Baker

"Le Quatuor Klinger » (1916) du peintre expressionniste viennois Max Oppenheimer

Portrait inachevé de Johanna Staude, (1918), le dernier tableau de Gustave Klimt.

Ces derniers jours, la presse évoque massivement, à raison et avec force éloges, l’exposition Beyond Klimt qui se trouve au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Je ne suis pas certaine que tous ont attiré l’attention sur le fait qu’il ne s’agit pas d’un événement centré sur Gustav Klimt, mais bien d’une initiative qui vise à faire découvrir les artistes qui ont oeuvré dans cet empire Austro-Hongrois de l’entre-deux-guerres, aujourd’hui désigné comme Europe Centrale.

Plus précisément, un siècle après la mort de Gustav Klimt (1862-1918) et de Egon Schiele (1890-1918 ) l’exposition prend appui sur les dernières œuvres de ces deux grands maîtres autrichiens pour nous engager sur les traces de l’avant garde d’alors. Une avant-garde dynamique qui s’est diversifiée en surréalisme, expressionnisme, néoréalisme, constructivisme et dans le courant Bauhaus.

80 artistes parmi lesquels, Kokoschka, Moser, Kupka, Kubin, Mucha et beaucoup d’autres connus là-bas mais généralement ignorés ici, nous font, avec leur génie propre, traverser une période pour le moins houleuse, mais qui n’a pas pu emporter leur vitalité créatrice. Bien sûr l’univers de la plupart de ces toiles est plutôt plombant, mais ce parcours n’en demeure pas moins indispensable à notre culture.

Dès lors, en me promenant (avec la plus haute attention, il va de soi) dans tous les diverticules de cette exposition, j’ai pu trouver l’endroit du Klimt’s Magic Garden. À coup sûr, on revient à une ambiance « plus aimable » que dans le Beyond Klimt qui constitue l’essentiel de l’événement. Ici, il s’agit d’une création inspirée par les mosaïques de Klimt - faites de marbre, d’émail ce céramique, de pierres semi-précieuses - ornant la salle à manger du Palais Stoclet de Bruxelles et que seuls quelques élus ont pu admirer en d’autres temps, car depuis des années ce lieu est fermé au public. Donc, à l’occasion du centième anniversaire du décès de Gustav Klimt, le plasticien et réalisateur Frederik Baker a eu l’idée d’une œuvre 3D dans laquelle, un par un (en fait il y a deux espaces), on peut chausser les lunettes ad hoc pour entrer en réalité virtuelle. Muni du casque et d’une manette qui permet une interaction (une hôtesse en explique le maniement, chacun peut donc se balader dans un espace sans contours et composé de motifs issus de la fameuse mosaïque Stoclet. Après l’exposition, ce Magic Garden semble être un bain revigorant. C’est imaginatif, c’est coloré, les formes en or ou en vrilles d’origine « Klimt », sont savamment combinées et cela vaut vraiment la peine de, si nécessaire, fait la queue pour s’en régaler.

Notons que « Beyond Klimt » est organisé par le Belvedere viennois et le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (Bozar), en collaboration avec le Hungarian National Gallery, le Musée des Beaux Arts de Budapest.

« Beyond Klimt, New horizons in Central Europe» / « Klimt’s Magic Garden » : Palais des Beaux-Arts, rue Ravenstein, 23, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 20 janvier 2019. Visites du mardi au dimanche de 10 à 18 h ( jeudi : 10 h – 21 h). Fermé le lundi. Info et tickets : +32 2 507 82 00 ou info@bozar.be   www.bozar.be

Mots-clés

Ajouter un commentaire

Du même auteur

La somptueuse "Adoration des Mages " du peintre bruxellois Theodoor van Loon

,

"La Sainte Famille", en toute simplicité.Theodoor van Loon

"La Flûte enchantée", partie I, une vaine séduction, versus Romeo Castellucci ©B. Uhlig. 

,

"La Flûte enchantée", partie II, confusion des sentiments, versus Romeo Castellucci ©B. Uhlig.

"Klimt’s Magic Garden", une installation de réalité virtuelle signée par le Frederic Baker

,

"Le Quatuor Klinger » (1916) du peintre expressionniste viennois Max Oppenheimer

,

Portrait inachevé de Johanna Staude, (1918), le dernier tableau de Gustave Klimt.

Un CD qui s'inscrit en continuité du "Récital en images" lié à la commémoration de la Grande Guerre.

Calme plat au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Bar fantôme au Bozar Open Air © L.VdWalle

,

Porte close du café des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ©L.VdWalle

,

Foule autour du tapis de fleurs de la Grand Place © L.VdWalle

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

Un des “Paysages chimiques” (2005-2018) de Hicham Berrrada Photo © Jherrent

,

“Weather Drawings” (1969) de Marinus Boezem Photo © Jherrent

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN