semaine 29

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Sacré Berlioz ! 

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 12 juillet 2018

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

À moins d’y connaître des amis ou d’y avoir une parentèle plus ou moins proche, il faut vraiment être intéressé par Hector Berlioz pour se rendre à La Côte-Saint-André (Isère), localité à peu près sur la route du Midi. Certains mélomanes trouveront le détour fort intéressant. 

Hector Berlioz (1803-1869), splendide compositeur romantique, dont la vie et l’oeuvre collent parfaitement à cet adjectif souvent galvaudé, est né dans cette petite ville charmante, mais relativement isolée. Sa maison natale de taille respectable - son père était médecin - est aussi celle où il a vécu un certain nombre d’années pour la quitter et y revenir. Cette “Maison des illustres” se visite. Outre les traces du quotidien de l’artiste, on y trouve bien sûr une exposition documentée qui évoque sa vie en général. Par ailleurs, on y organise régulièrement des expositions temporaires qui se rapportent à un aspect particulier du compositeur avec mise en contexte. C’est le cas de  “Sacré Berlioz ! Les images d’un iconoclaste”. 

Avec, vers 1850, l’avènement de la photographie, la représentation de soi se démocratise et l’art du portrait évolue rapidement. Les artistes bénéficieront de cette nouvelle mode et, à leur satisfaction, gagneront en visibilité. D’autant que les photographes de l’époque s’appellent Nadar, Etienne Carjat, Eugène Desdéri ou Pierre Petit. Hormis les quelques “grands formats” proposés à notre admiration, on trouve dans cette exposition beaucoup de portraits cartes de visite ou “photos-cartes”,  formule qui eut un grand succès commercial, qui montrent non seulement  la progression technique de la photographie débutante, mais composent une galerie de portraits de musiciens du temps : Massenet, Verdi, Liszt, Offenbach, etc. Tous veulent paraître sous leur meilleur jour mais la presse satirique et ses caricaturistes s’occuperont de redresser le tir. Beaucoup de ces personnages feront, à leurs dépens, les frais de talents comme Gustave Doré, de Honoré Daumier, de Cham et même de Nadar. Et, spécialement Berlioz, dont l’étonnante chevelure et le profil aîgu se prêtent à toutes sortes de dessins dévastateurs, mettant au passage le doigt sur ses échecs et, complémentairement, témoignent ainsi de l’incompréhension et de la désapprobation que suscitait ce génie novateur. Mais, comme le notait ce dernier, “Il faut collectionner les pierres que l’on vous jette, c’est le commencement d’un piédestal”. Ce en quoi Berlioz avait parfaitement raison. 

Notons que fin août, toujours à La Côte-Saint-André, il y a un Festival Berlioz avec un florilège de concerts. A l’affiche évidemment des oeuvres de Berlioz, mais aussi d’autres compositeurs comme Bach, Monteverdi ou Schumann. Le tout est rehaussé par la présence de quelques baguettes prestigieuses comme John Eliot Gardiner, Hervé Niquet ou François Xavier Roth. 

“Sacré Berlioz ! Les images d’un iconoclaste “: Jusqu’au 31 décembre au Musée Hector Berlioz, 69 avenue de la République, 39260 La Côte-Saint-André (Isère), France.

Voir : www.musee-hectot-berlioz.fr 

Festival Berlioz, La Côte-Saint-André, du 18 août au 3 septembre 2018. Voir : festivalberlioz.com.

 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Le compositeur Hector Berlioz, gravure d’après E.Carjat, Le Boulevard 7 septembre 1863. ©jherrent

Un des “Paysages chimiques” (2005-2018) de Hicham Berrrada Photo © Jherrent

,

“Weather Drawings” (1969) de Marinus Boezem Photo © Jherrent

Mystère et poésie du collage chez Line Ducerf ©Verbeke Foundation

Livres cristallisés de Pascal Convert © L.VdW

La vedette hollywoodienne John Malkovich se produit à Bruxelles dans « Report on the Blind ».

Gustav Klimt premier invité de l'Atelier des Lumières à Paris. "The place to be "! Photo © L. VdWalle

Anges musiciens, détail du Polyptyque Crespi – Marco d’Oggiono (v.1470-v.1530)

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN