semaine 40

Un agent de sympathie

Pérégrinations par Lucie Van de Walle, le 01 septembre 2020

Ventru, moustachu L’Agent 212 fait la police au Rouge-Cloître

Parmi les personnages de BD aux gros nez, « L’Agent 212 » s’est toujours distingué par sa sottise. C’est le duo Daniel Kox - dessin - et Raoul Cauvin - scénario - qui depuis quarante-cinq années s’amusent toujours à croquer des gags pour le plaisir de tous. Au bout de 29 tomes - dont le dernier en date est sorti 2016 - toujours aux Editions Dupuis, l’Agent 212 et ses comparses policiers, comme par exemple son collègue Albert, brillent toujours par leur rare et immuable stupidité. Un choix qui a l’intérêt et les limites de l’humour sans complications.

Toutefois, au fil des albums composés selon une formule analogue aux « Gaston Lagaffe » ou aux « Boule et Bill », le succès reste au rendez-vous. La raison tient probablement au « profil » de cet anti-héros au coeur tendre abonné aux catastrophes et surtout à sa silhouette qui, bien que courte et ventripotente, se trouve dotée d’une agilité de mouvement grâce au trait nerveux et expressif de Kox.

C’est en visitant l’exposition « L’Agent 212 » qui s’ouvre à Auderghem que les amateurs en apprendront davantage sur le parcours de Kox depuis ses premières planches publiées en 1975 pour le magazine Spirou. On y appréciera les scènes cocasses ou satiriques liées à des situations du quotidien ou à celles de la vie de quartier.

Ce parcours marqué par les gags que l’on pourra partager en famille, marque en légèreté la rentrée du Centre d’Art du Rouge-Cloître, dont les cimaises sont majoritairement consacrées à des expositions monographiques concernant l’illustration et à la bande dessinée.


Exposition « L’Agent 212 » : Centre d’art de Rouge-Cloître, 1160 Bruxelles. Du 5 septembre au 18 octobre 2020. Ouvert du mercredi au dimanche de 14h à 17h.

Informations : www.rouge-cloitre.be - info@rouge-cloitre.be - 02 660 55 97

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN