semaine 48

Les caricatures, ça vous regarde pas

Pasta par Michel Noirret, le 20 novembre 2020

© WICH

C’est vous qui les regardez ! Délibérément ! car rien ni personne ne vous y oblige.
Si c’est pas du vice !
J’en connais qui vont finir en enfer !
Certes, vous pouvez tomber dessus par hasard, le risque zéro n’existe pas. Mais si vous cherchez dans Charlie Hebdo des recettes de cuisine, des trucs et astuces pour entretenir votre pelouse, des plans cul, les heures de la messe, l’adresse de la mosquée la plus proche, etc. c’est que vous êtes un peu… comment dire…
En tout état de cause, vous ne devez pas vous attarder devant ces caricatures qui vous ont sauté à la figure sans crier gare ! Vous devez les FUIR, sinon, vous devenez complice.
Eh oui ! Complice.
Car enfin comment pouvez-vous reconnaître quelqu’un dont personne n’a jamais, à ce qu’on dit, vu le moindre portrait ? C’est votre imagination qui le crée ! Vous n'avez pas honte ? Vous la souillez ! Sans compter que quelque tribunal religieux pourrait vous accuser d’en savoir plus que vous voulez le dire.
Encore mieux ! miracle ! Devant vos cris d’orfèvre (merci Frédéric Dard) l’ensemble de vos frères, qui ne l’ont jamais vu non plus, reconnaissent eux aussi le Prophète et se mettent en colère parce qu’il est interdit de le représenter. Comment représenter quelqu’un si aucun témoin, de nos jours, ne peut le décrire, si aucune archive n’existe qui pourrait être la preuve que c’est bien lui ?
C’est un mystère.
Les religions adorent les mystères.
Si Cabu ne sachant pas dessiner, comme moi, avait écrit : « Dans son paradis le Prophète doit se dire que c’est dur d’être aimé par des cons », personne n’aurait rien remarqué.
Ce qui faisait problème c’était le visage.
S’il avait dessiné des couilles, personne ne les aurait reconnues ou pris sur lui de les reconnaître, surtout personne n’aurait compris pourquoi des couilles disaient « C’est dur d’être aimé par des cons ».
Oui, bon, ça va ! si vous croyez que je n’entends pas les commentaires graveleux qui vous passent par la tête en lisant cette phrase.
Ce qui, tout de même, montre la prépondérance de l’écrit sur le dessin.
 Noirret, t’as qu’à te démerder, c’est la dernière fois que je fais un dessin pour ta chronique !
Allons Wich ! c’était pour rire ! Je t’assure, ton visage de la Liberté éclairant aussi les cons, en vain, exprime une souffrance que des mots ne sauraient décrire.
Heureusement, comme je le disais la semaine dernière, le Pastafarisme ne connait pas ce genre de tourment.
Pour la bonne raison que ce n’est pas une religion de « Croyants », c’est-à-dire , par définition, d’incertains, qui simplement « croient », alors que le pastafarisme est une confession de « Sachants ».
Les pastafarien§s SAVENT que le Monstre en Spaghetti Volant a créé le monde un lendemain de cuite.
Comment peuvent-ils en être surs ? demandera le Béotien.
Parce que le prophète Bobby Henderson leur a révélé la Vérité.
… Si on se met à douter de la parole des prophètes où va-t-on ?
Que le MSV vous touche de son appendice nouilleux.
Ramen.

 

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Commentaires

Portrait de jean becker
attention à ce que vous écrivez . les terroristes ne sont pas loin . á Kleine Breugel, avec leurs bombes atomiques, plus efficaces qu les “Kalach” et leur chef est toujours là!

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN