semaine 47

Migraine des migrants : Frankenstein et Jambon de Bâillonne sont gravement atteints

Pasta par Michel Noirret, le 13 août 2018

Ces migrants ont un culot !

Frankenstein en avale ses boulons de travers nous dit la presse: les demandes d’asile ont augmenté de 22 % !

Vous avez bien lu : 22 %

Ces salopards ne se contentent même plus de vouloir simplement traverser le territoire belge pour rejoindre l'Angleterre, ils veulent rester chez nous! légalement en plus ! on aura tout entendu ! Vous voyez Frankenstein gérer légalement des migrants ? Et pourquoi pas leur porter le petit-déjeuner au lit tant qu’on y est ?

Pourtant, rien qu'à sa vue, Frankenstein, y a de quoi faire fuir un migrant, c’est pour ça qu’on l’a choisi. Mais les migrants, ça ose tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait.

En même temps, tout le monde sait que Frankenstein n’est pas un migrant, de première génération en tout cas. Ça n’empêche pas qu’on le reconnaisse bien, quoiqu’il n’ait toujours pas fini de descendre, et encore, en ratant des marches, du néanderthalien, si pas de l’australopithèque. De fait, il a encore beaucoup de retard à rattraper avant de comprendre l’humanisme. Faut pas lui en vouloir, il en va souvent ainsi avec les êtres qui souffrent de retard cognitif, du moins par rapport à Sapiens.

À propos de Sapiens, me revient en mémoire une phrase qui ne quittera jamais les circonvolutions de ma mémoire.

Un vieil ami et moi (vieil par que plus âgé que moi et aussi parce que nous nous connaissions depuis longtemps) étions coude-à-coude dans les urinoirs d’une maison par ailleurs fort bien tenue et dédiée à l’approfondissement de tout ce que l’humanité a pu produire de stupide, de mesquin et parfois tout de même de grandiose au fil du temps ; le regard fixe devant un carrelage aussi banal qu’indifférent, absence de décor destinée de ne pas perturber l’action des protagonistes, et puis il y est malvenu de regarder ailleurs que droit devant soi, nous attendions, résignés, la fin prévisible du remplacement de l’eau des olives. Soudain, miction accomplie, mon vieil ami repliant les outils me déclara dans un soupir de regret :

« Plus j’avance en sapience

Plus j’piss’ à côté d’la faïence ! »

Outre la richesse de la rime, je restais pantois devant l’immensité quasi galactique du propos. Si, si, vous verrez quand vous aurez mon âge on peut commencer à percevoir ce qu’est l’immensité galactique.

Quoi qu’il en soit, c’était tout de même d’une autre facture que « On est bien peu de choses, hein ! »

La surprise n’eut, fort heureusement, aucune répercussion sur l’état de nos chaussures.

Il n’en reste pas moins que si j’avais un jour à portée de zigounette celles de Frankenstein…

Et vous, vous verriez une forme de dialogue plus adaptée avec cet individu ?

 

Quant à son con plisse, Jambon de Bâillonne, il se vante dans la presse de ce que la lutte contre le transit de migrants n’a jamais été aussi « féroce ». Etre féroce, c'est dans l'ADN d'un nazillard, surtout être féroce avec des gens qui n'ont rien. Car avez-vous remarqué ? les migrants n'ont même pas eut la présence d'esprit de se munir d'une kalash contre les Frankensteins du chemin. Ca montre bien que ces gens sont pas crédibles.

Il met des guillemets à « féroce » Jambon de Bâillonne.

Après l’affaire de la petite Mawda, notre nazillard de l’intérieur a un sursaut de pudeur ! Il met des guillemets pour faire croire que s’il est féroce, c’est juste pour rire. Et aussi pour plaire au peuple à l’approche des élections. Le peuple, assez souvent, aime bien les féroces, jusqu’à ce qu’il les prenne dans la gueule. Alors il se fâche, les guillotine et en choisit d’autres pour continuer le boulot.

Le peuple est féroce.

Je suis contre la guillotine comme punition définitive. Je vois un autre châtiment suprême à appliquer aux divers nuisibles politiques : la fessée, cul nul, en place publique et retransmise en direct en mondiovision- ils adorent passer à la télé-) exécutée par la main impitoyable d'une solide matrone (y a pas de féminin à bourreau, bourrelle, ça le fait pas, je trouve)  hilare  qui plus est et qui terminerait par « Allez! Remonte ton froc garnement et casse-toi! qu'on te revois plus! »

Vous voyez Trump, Erdogan, Poutine, Macron, l’amer Michel, etc. oser se représenter en public ou aux élections après ça ?

On s’arrête, on y réfléchit et c’est pas triste.

 

Nous approchons de la date. Les pastafari§s ne perdront pas de vue que le 15 août c’est la fête de l’Absortion. Ce jour-là, une jeune vierge qui avait un peu abusé des boissons fermentées si prisées en accompagnement de la Nouille, se livra à quelques attouchements, et plus, avec un jeune amateur de Pâtes, lui aussi vierge et bien imbibé. La jeune fille absorba la semence du jeune homme, mais ayant des parents soucieux de sa bonne éducation elle prenait la pilule. Alléluia ! Elle tira beaucoup de plaisir de l’évènement, recommença le plus souvent possible afin de vérifier qu’elle ne s’était pas trompée la première fois. Elle fit une belle carrière dans le music-hall et mourut de bonne humeur.

 

Que le monstre en spaghetti volant vous touche de son appendice nouilleux.

Ramen.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN