semaine 46

Sinon, tout va bien

Pasta par Michel Noirret, le 31 octobre 2018

Comment avoir l'air d'un con en une leçon. Photomontage trouvé sur Facebook.

Georges Louis Bouchez entre dans l’Histoire de l’Art: ça le consolera de ne pas avoir été élu bourgmestre de Mons

J’ai trouvé ce montage sur Fesses-de-bouc, je ne sais pas qui en est l’auteur, mais il a beaucoup de talent ! (Le commentaire, sous le tableau est de moi, ça fait un peu pléonasme, car c’est bien ce que ça voulait dire, sans commentaire. Mais je peux pas m’empêcher de mettre mon grain de sel).Bien sûr, comme la plupart d’entre vous, en matière de con je préfère l’original, bien que dans son domaine homophone Georges-Louis Bouchez soit parfaitement à la hauteur de sa renommée.

On considère à juste titre ce tableau (sans le vibrion libéral) comme un chef-d’œuvre, non seulement pour le sujet, la beauté du modèle, le savoir-faire, le talent de Courbet.

Mais il n’y a pas que ça : C’est surtout un encouragement humain à faire et refaire le monde, tant que ce sera possible !

Lecteurs, lectrices, vous connaissez maintenant votre devoir. (Si jamais vous l’aviez oublié !)

Les voyous, les escrocs ne sont plus ce qu’ils étaient.

Avant, ils se formaient sur le tas, c’étaient des autodidactes.

Pour vous piquer votre appareil photo dans votre bagnole, ils ne faisaient pas dans la dentelle : un coup de marteau sur la vitre, et hop ! l’affaire était faite.

Du travail salopé, qui faisait mauvais genre avec tout ce verre répandu sur la chaussée, sans compter qu’on pouvait se faire piéger par les flics, et puis c’était du boulot de gagne-petit un peu minable il faut bien le dire, pratiqué par des gens sans ambitions, sans volonté réelle de s’élever dans la société.

Aujourd’hui, l’amateurisme c’est terminé.

Il y a pour ces activités délictueuses, qu’on rebaptisera « Activités lucratives alternatives », car on est entre gens bien élevés, des écoles, fort couteuses en minerval et autres babioles de standing pour gamins de la bourgeoisie. Il faut savoir ce qu’on veut et l’investissement vaut la peine pour former nos futurs truands propres sur eux, bien mis, reçus dans les salons, discutant d’égal à égal avec des hommes ou des femmes politiques de renom. Autre chose que l’arrachage de sacs de petites vieilles.

France info a enquêté sur la question, suite à une tribune publiée auparavant dans Le Monde.

Allez voir là : https://www.francetvinfo.fr/societe/education/enquete-franceinfo-notes-gonflees-clientelisme-la-corruption-institutionnalisee-regne-t-elle-vraiment-dans-les-ecoles-de-commerce_2972009.html#xtor=EPR-749- [NLbestofhebdo]-20181013-[content6]

Après ça vous comprendrez mieux les escroqueries de WW et ses logiciels truqués, des médicaments qui tuent ou handicapent des entreprises pharmaceutiques, des viandes avariées vendues par tonnes, du lait à la salmonelle de Lactalis, du glyphosate et autres saloperies de l’agriculture industrielle et son extension naturelle l’agroalimentaire avec toutes les cochonneries incorporées dans les aliments afin qu’ils soient plus beaux, plus attirants sur les rayons du super marché.

Arrêtons là, on va gerber.

Tout cela de nos jours est enfin conçu sans complexe par des jeunes gens extrêmement compétents en matière d’arnaques. Ce qui permet d’arrondir les dividendes des actionnaires de nos bienfaitrices entreprises, lesquelles n’ont pas de questions à se poser quant à la morale de ce qu’elles produisent.

Certes, ne croyons pas qu’autrefois le commerce était aux mains de prix de vertu, mais ça se faisait un peu honteusement, en se cachant presque. Le capitalisme, ça a toujours été l’esprit de la pègre, mais aujourd’hui ce n’est plus le fait de branleurs à l’eau de javel, truandant au petit bonheur la chance, c’est celui de vrais professionnels, diplômés sortis d’écoles de commerce renommées.

La croissance a donc encore de beaux jours devant elle !

L’eusses-tu cru ?

7 patrons belges sur 10 sont favorables à la suppression de l’ancienneté dans la rémunération (Métro Time du 20/10/18)

Je pense que si on faisait un sondage sur la rémunération elle-même, plus de 70 % des patrons seraient pour sa suppression. De toute façon, les travailleurs n’en font rien, sinon passer leur temps à tout dépenser. Gabegie !

Ça serait peut-être un peu difficile à faire passer, tellement les gens, surtout ceux qui n’ont, comme on dit, que leur force de travail à vendre, sont ancrés dans leurs habitudes. Surtout quand elles sont mauvaises.

Allez hop ! Je donne un coup de main aux « communicants » (Communiquer dans son camp ?) du Centre d’étude Jean Gol (le nid d’intellectuels du MR.)

Voici des idées de formules qui rendraient plus attrayante la suppression du salaire : « Service économique citoyen volontaire obligatoire », ou « Bénévolat citoyen pour la prospérité de nos entreprises », rien que des concepts qui motivent. Autre chose que des histoires de pouvoir d’achat qui ne font que provoquer des grèves et engraissent scandaleusement les syndicats.

Tiens, puisqu’on parle intellos,

Dans la Libre Belgique du 26 octobre, Olivier Chastel, le sémillant chef des « libéraux » déclare que « ceux qui parlent avec le PTB ne mesurent pas le danger que représente l’extrême gauche. »

Faut croire que lorsqu’on partage le pouvoir avec des nazis-compatibles on ne doit même plus faire semblant d’élever un peu le débat, ne serait-ce que vis-à-vis des membres du parti qui n’ont pas encore succombé à la niaiserie ambiante. Le propos de comptoir digne du Café des sports peut, désormais sans vergogne, tenir lieu d’analyse politique.

Inversement et ailleurs, mais bientôt chez nous, il n’est pas douteux que les gens qui parlent avec Bolsonaro, au Brésil ne présentent aucune sorte de danger pour l’opposition, les homos, la nature, les voleurs de pommes que les flics devront abattre sans état d’âme, la réduction des « avantages » octroyés aux chômeurs pour forcer tous ces feignants à bosser, (voir entrefilet ci-dessus) la torture institutionnalisée, la destruction de l’Amazonie située dans ses frontières. Voilà qui devrait enchanter au contraire notre pilier de bar.

Il pourrait envisager une rencontre entre libéraux belges et brésiliens. Ça ne présenterait aucun danger.

Ça n’empêche qu’on remerciera encore la gauche brésilienne

(On n’oubliera pas non plus les autres partis) pour leur art consommé de la corruption, de la manipulation, et entourloupes diverses qui ont conduit à ce joyeux résultat.

Bolsonaro et son parti ne seraient pas des corrompus, affirme-t-il. Normal! ils n’ont jamais occupé de postes dans les gouvernements successifs depuis la dictature. Il s’agit donc juste de savoir, maintenant qu’ils sont aux « affaires », combien de temps ils vont tenir avant de commencer à s’en mettre plein les fouilles afin de respecter les traditions.

Près d’une semaine que des centaines d’avions ne décollent plus de Zaventem grâce à la grève des bagagistes.

Les voisins de l’aéroport peuvent dormir en paix, la pollution aérienne a fortement chuté et personne ne pense à les féliciter! L’Ecologie n’est pas encore vraiment entrée dans les moeurs!

Que le monstre en spaghetti volant vous touche de son appendice nouilleux.

Ramen.

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN