semaine 43

Les mouches

Une édition originale par Thierry Robberecht, le 11 septembre 2021

© Serge Goldwicht

C’est en attendant le tram qu’il a remarqué que beaucoup de mouches voletaient autour de son visage. De grosses mouches bleues aux regards effrayants. En plein été, rien d’anormal, s’est-il dit. Dans le tram, les voyageurs lui jetaient des regards inquiets alors que les mouches se posaient sur des yeux, son nez et qu’il en avalait quelques-unes. Les chasser d’un geste de la main était inutile, elles revenaient immédiatement se poser sur lui. C’est au moment où d’épais asticots blancs sont sortis de l’orbite de ses yeux qu’il a consulté un médecin qui a décidé de passer son cerveau au scanner.

- Vos problèmes ne sont pas étonnants, lui dit le médecin vous transportez plusieurs cadavres dans votre cerveau.

- Des cadavres ?

- Oui, regardez. Là dans votre thalamus, devrait se trouver le neurorécepteur de vos illusions et de vos espoirs mais c’est un charnier. Vos illusions et vos espoirs sont également des cadavres. Vous avez fait une croix sur votre avenir ?

- En effet, a reconnu l’homme, mes illusions et mes espoirs sont morts .Je ne crois plus en rien.

- Et là, dans votre cortex se trouve le cadavre de l’amour. Vous n’aimez plus ?

- J’ai beaucoup aimé, répondit l’homme, beaucoup donné et beaucoup souffert. Aujourd’hui, j’ai fait une croix sur l’amour. Bien trop peur de souffrir encore.

- C’est grave, diagnostiqua le toubib. La mort des illusions, de l’espoir et de tout ce qui touche à l’avenir peut entraîner le décès. Si le cerveau se bloque parce qu’il n’y a plus rien à espérer, le corps cesse de vivre. On meurt d’abord dans sa tête et puis, très vite, le corps suit.

Les vieillards meurent de cette pathologie par milliers dans les maisons de retraite. Surtout s’ils ont l’impression d’être oubliés, a ajouté le médecin.

  • Vous devriez faire quelque chose pour vos cadavres. Transporter la mort n’est pas sain.

L’homme prit rapidement congé du médecin, trop heureux d’échapper à ses conseils douteux et à son diagnostic insupportable.

  • Non mais de quoi il se mêle ce type ? s’est demandé notre homme en quittant le médecin. C’est juste une dépression. Je reprendrai des antidépresseurs et tout s’arrangera.

Après quelques jours de prise d’antidépresseurs, notre homme se sentit mieux et reprit confiance. Il poursuivit sa vie d’avant jusqu’au jour où, alors qu’il sortait de chez lui une bande de vautours charognards s’abattit sur son crâne attirés par l’odeur des cadavres en décomposition.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !