semaine 38

Alerte ! Facebook veut lancer sa cryptomonnaie

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 14 juin 2019

La cryptomonnaie de Facebook illustrée dans le Journal du Net du 11 juin.

« Il faut démanteler Facebook », avertit Gilles Babinet, vice-président du Conseil national du numérique en France. Cette multinationale richissime mais aux abois à la suite de trop nombreux faux pas et abus veut lancer une « cryptomonnaie », qu'elle grefferait sur ses applications de conversation.

Ce serait ouvrir encore plus large la porte de vos données confidentielles qui engraissent ce géant des données. Exemple : si Facebook connaît votre intention de dîner dans un restaurant, il vous proposera une réduction si vous payez dans sa cryptomonnaie. Le réseau social sait déjà tout de nous, il va maintenant nous proposer de payer. Et capter encore plus de données !

« Visa, MasterdCard et PayPal ont investi dans le « Libra », le nom encore officieux de la cryptomonnaie. Le géant des VTC Uber est également de l'aventure, tout comme Booking.com. Selon nos informations, ce sont au total plus d'une vingtaine de groupes tech qui ont signé un partenariat avec la firme de Mark Zuckerberg. Le « Libra » devrait être disponible dans tous les pays dès son lancement début 2020. » lit-on dans Les Echos en France.

C’est une fondation en Suisse qui réunit une vingtaine de participants au projet, qui ont déposé chacun 10 millions de dollars afin de constituer le « noeud » (serveur) de la blockchain. La fondation espère attirer une centaine d’investisseurs. Le « Libra » devrait permettre à tous ses utilisateurs de payer et de s'envoyer des fonds, directement via des portefeuilles numériques.

Aujourd’hui, Facebook compte plus de deux milliards d’utilisateurs et 98% de son chiffre d’affaires est généré par la pub… sur base des données personnelles que, complaisamment et naïvement, nous lui donnons gratuitement. Or cette exploitation des données a donné lieu à divers scandales dont, en mars 2018, l'explosion de l'affaire Cambridge Analytica (https://fr.wikipedia.org/wiki/Scandale_Facebook-Cambridge_Analytica). Ce qui n’empêche pas le groupe de faire de superbes affaires. En 2018, il a encore battu ses records, aussi bien au niveau des revenus que des bénéfices. Son chiffre d’affaires dépasse les 15 milliards de dollars. Mais il risque une amende record de 5 milliards de dollars qui lui serait infligée par le Federal Trace Commission, le régulateur américain du commerce, à la suite de l’affaire Cambridge Analytica.  De plus, « le groupe est dans le collimateur des régulateurs et institutions politiques du monde entier et il fait face à une avalanche d'enquêtes ouvertes à son encontre. », soulignent les journalistes des Echos.

Selon Mark Zuckerberg, big boss de Facebook, « envoyer de l'argent à quelqu'un devrait être aussi simple que de lui envoyer une photo ». Sauf que cela signifierait l’arrêt de mort de la puissance souveraine des Etats-Nations endettés auprès des Banques centrales. Et cela renforcerait encore plus la mainmise du géant numérique sur nous qui lui confions nos finances et nos dépenses.

Quand on pense que la Belgique freine la constitution d’une banque « alternative », la New B créée sur le modèle coopératif, on mesure le risque accru de rester accroché à un système bancaire traditionnel, vacillant voire s’effondrant lors d’une prochaine crise financière mondiale ! Ajoutons à cela le risque de voir des milliers de consommateurs abusés par le caractère convivial de Facebook et autres groupes lançant cette cryptomonnaie si facile à employer.

Alliance belge contre les GAFA

En attendant que les Etats, l’Europe et autres puissances parviennent à réguler ce système Facebook et autres, le secteur médiatiques et télécoms belges est occupé à réunir ses forces afin de capter, contre Google et Facebook, une partie des revenus colossaux générés par la publicité en ligne. Cette Belgian Data Alliance regroupe Proximus, Telenet, Rossel, De Persgroep, Mediahuis, la RTBF, RTL, la VRT, et SBS. La stratégie est d’étudier le partage des données publicitaires de chacun en vue de convaincre les annonceurs de venir chez eux en jouant la connaissance des consommateurs et la proximité avec eux. Une publicité mieux ciblée est plus performante et donc plus rentable.

Sauf que le citoyen sera moins tracé par les GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) mais mieux encore par nos propres médias et télécoms. Reste qu’il s’agit de battre en brèche une hégémonie américaine dans le lavage de cerveaux des consommateurs… Et dans les atteintes à notre vie privée. Protégeons donc nos données et ne cédons pas aux sirènes de la pub. D’où qu’elles viennent, elles nagent en eaux troubles !

 

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/visa-uber-paypal-ces-geants-qui-soutiennent-la-cryptomonnaie-de-facebook-1029032

https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/pourquoi-facebook-va-lancer-sa-cryptomonnaie-1029122

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/pourquoi-il-faut-dire-non-a-letat-facebook-1026564

https://www.lecho.be/entreprises/media-marketing/Mega-alliance-belge-pour-contrer-les-Gafa/10135920?utm_campaign=MORNING_COMMENT&utm_medium=email&utm_source=SIM

 

Mots-clés

Commentaires

Portrait de poncin C
Que peut-on utiliser au lieu face book pour garder les contacts ?...sans ces dangers Quelles sont donc les solutions et qui peut les mettre en place?

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN