semaine 43

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Corée du Nord : derrière les menaces, le dollar US

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 11 août 2017

Que penser des gesticulations tragico-burlesques entre Trump et Kim ? Que les mots et invectives cachent des agendas très cohérents : les Etats-Unis se confrontent à la puissance économique et militaire chinoise en renforçant les potentialités militaires et économiques du Japon et de la Corée du Sud ainsi que des Philippines, axe à la fois stratégique (militaire avec les bases US) et néolibéral en Asie face aux puissances que sont la Chine et la Russie.

La Corée du Nord sert de paravent à la Chine pour mettre en garde les Etats-Unis contre trop d’ingérence dans son empire commercial qu’elle étend inexorablement, au-delà de l’Asie vers l’Afrique, l’Amérique latine et l’Europe.

Le Japon est dirigé par un Premier ministre très à droite, militariste et ultralibéral mais en perte de vitesse et qui trouve dans cette tension internationale de quoi affronter les prochaines élections  avec un programme tout trouvé : « made Japan great again », sur le modèle trumpien. Car, rappelons-le, le Japon était tenu de rester démilitarisé après sa défaite lors de la deuxième guerre mondiale. Une « humiliation » pour les tenants d’une droite extrême et traditionnaliste japonaise.

L’industrie des armements piaffe devant ces beaux marchés qui s’ouvrent à elle ! Trump reste fidèle à sa parole : servir d’abord les intérêts économiques états-uniens et donc ceux des multinationales US qui doivent continuer à dominer le système politico-économique mondialisé. L’Asie est à reconquérir après l’échec de l’accord de libre-échange transpacifique, voulu par Obama et dénoncé par Trump. Celui-ci privilégie des accords binationaux, ce qui empêche la constitution d’une puissance économique plus homogène venant du groupement des pays concernés. Trump ne veut pas d’un deuxième « marché commun » à l’européenne vu comme un concurrent des Etats-Unis.

Alors, il brouille les cartes, disloque la diplomatie traditionnelle et fait peur à tout le monde. Afin qu’on le supplie d’arrêter. Sinon, les premières victimes seraient  les Sud-coréens dont la capitale, Séoul, n’est qu’à une quarantaine de  km des rampes de lancement des missiles nord-coréens.

Un jeu dangereux que l’on aurait tort de traiter de folie car il s’agit en réalité d’une bataille (ultime ?) pour un leadership mondial déjà perdu par les Etats-Unis, ce qu’ils ne veulent pas admettre.

 

http://www.liberation.fr/planete/2017/08/09/etats-unis-vs-coree-du-nord-l-escalade-infernale_1589149

https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_de_partenariat_transpacifique

 

 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

"Respirer à Bruxelles est dangereux pour la santé" était un des slogans des manifestants de BruxelAir en juin dernier. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Le Tombeau des Patriarches (vu de l’angle sud de la mosquée). Photo © Wikipédia

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN