semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

« Il est grand temps de rallumer les étoiles »

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 23 décembre 2017

Un des calligrammes de guillaume Apollinaire.

C’était la guerre, l’horrible guerre de 14-18. Le poète Guillaume Apollinaire était là, dans les tranchées. Il raconte, en prologue dans « Les Mamelles de Tirésias » :

« ILS ÉTEIGNENT LES ÉTOILES A COUPS DE CANON

Les étoiles mouraient dans ce beau ciel d'automne
Comme la mémoire s'éteint dans le cerveau
De ces pauvres vieillards qui tentent de se souvenir
Nous étions là mourant de la mort des étoiles
Et sur le front ténébreux aux livides lueurs
Nous ne savions plus que dire avec désespoir

ILS ONT MÊME ASSASSINÉ LES CONSTELLATIONS »

Et, sur le champ de bataille, afin de ranimer l’ardeur des combattants français, un capitaine s’écrie : « Il est  grand temps de rallumer les étoiles ».

 Feux des canons, étoiles fugaces et meurtrières. Pour le poète, il s’agit aussi de rallumer, soir après soir, « Tous les astres intérieurs que l'on avait éteints ».

Nous, qui « sommes faits de poussières d’étoiles », selon la belle expression de l’astronome Carl Sagan, reprise par l’astrophysicien Hubert Reeves, notre vie sur Terre est aussi fugace que le passage d’une étoile filante dans cette infime partie de l’univers qui constitue notre monde, notre terre, notre ciel dans un univers infini.

Un monde si beau, détruit petit à petit par les vaines passions humaines. Un monde fragile et fort à la fois : notre berceau qui brûle enseveli sous les pollutions, les bombes, les exploitations voraces, les injustices criminelles.

Un monde d’artistes, de créateurs, d’agriculteurs, d’entrepreneurs qui tentent de le sauver, par tous les moyens de la raison, de la sagesse, de la technologie, de l’art.

Notre monde, celui qui s’offre à nous en 2018. L’avenir de ce monde réside dans les mains des enfants qui grandissent dans la sérénité de sociétés où règne la justice sociale, l’entente entre les peuples, le respect des droits et devoirs des citoyens. C’est en 2018 que nous célébrons les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Découvrez la vaste campagne lancée parmi les écoles et mouvements de jeunesse en Belgique.

La merveilleuse créativité des enfants rallumera les étoiles.

C’était le souhait d’Apollinaire :

« Et que le sol partout s'étoile de regards de nouveau-nés
Plus nombreux encore que les scintillements d'étoiles »

http://70ansdudh.be/

 

Commentaires

Portrait de marc.sinnaeve@galilee.be
Magnifique. Merci Gaby. De quoi, comme l'écrit si bien Luc Carton dans ses vœux, "bousculer l’ordre du jour, tenter de déplacer les frontières des espaces et des temps de la discussion sur les mondes et sur le monde". Les miens en appellent à davantage de folie pour interroger et ébranler les rationalités dogmatisées. Davantage de folie aussi, car "seuls les fêlés laissent passer la lumière" (V. Despentes).

Ajouter un commentaire

Du même auteur

L’initiative « Yalla Let's Bike » en Syrie: les femmes promeuvent la bicyclette comme mode de transport sain et durable dans la ville de Damas, ravagée par la guerre. Photo © https://unfccc.int/climate-action/momentum-for-change/women-for-results/...

Activité créatrice de Spray Peace à Luxembourg. www.facebook.com/spraypeace

Pour comprendre ce que signifient les ravages du néolibéralisme et du colonialisme au Congo, lisez « Le singe jaune », de Christophe Cassiau et Barly Baruti, éd. Glénat.

Serge Noël, "la Belgique est devenue un laboratoire de techniques pour freiner les migrations." Photo © Jean-Frédéric Hanssens

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN