semaine 03

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

La traque aux réfugiés, chez vous…

Zooms curieux par Gabrielle Lefèvre, le 14 décembre 2017

En 2016, plus de 5.000 migrants sont morts au large des côtes européennes. La manifestation du 13/12/17 à Bruxelles, à la veille d’un sommet européen sur les migrations, a réuni près de 4500 personnes. © CNCD-11.11.11

Quand la Justice et l’Intérieur marchent main dans la main, cela peut donner un cocktail bien connu de mesures répressives, d’atteintes aux droits humains, d’attaques contre la liberté d’agir avec solidarité contre des mesures jugées injustes.

Voilà bien ce qui se passe actuellement au sein de notre gouvernement : on n’a plus peur d’envisager des mesures dignes des régimes totalitaires. De nombreux citoyens belges bravent les mesures répressives du secrétaire d’Etat à l’asile et aux migrations Theo Francken visant les réfugiés et migrants en Belgique en accueillant ces personnes chez eux, généreusement, en les aidant à survivre et à poursuivre leur route. Un accueil d’autant plus nécessaire que la période hivernale a commencé durement.

Alors que l’asile à offrir aux personnes en danger est un des devoirs les plus sacrés des humains, nos éminences gouvernementales tentent de criminaliser la solidarité et veulent autoriser les policiers à pénétrer dans le domicile des personnes accueillant des sans papiers, en séjour illégal donc. Jusqu’à présent, un juge autorise une intrusion policière dans les domiciles privés, jalousement protégés pourtant par la loi,  en cas de grand banditisme et de terrorisme, donc lorsqu’il y a un danger réel pour la société.

Mais Jan Jambon, ministre de l’Intérieur et Koen Geens, ministre de la Justice, souhaitent étendre cette autorisation d’intrusion policière en visant les sans papiers.  Tout cela renforce la réforme du droit d’asile demandée par Theo Francken et avalisée par la Chambre (majorité contre opposition). On y légalise notamment une autre atteinte à la vie privée à savoir la permission donnée à l’administration de vérifier le récit du candidat à l’asile par la consultation de son profil sur les réseaux sociaux et sur son téléphone. Deux atteintes graves à la vie privée et à la liberté d’expression. D’ailleurs, cette réforme avait été vivement contestée par la Commission de la protection de la vie privée et le Haut Commissariat aux réfugiés. Arguments balayés par la majorité parlementaire qui signifie que ces arguments pourraient être rencontrés dans les arrêtés d’exécution de cette loi. Peu d’espoir donc que la justice règne sur cette politique.   

Du coup, le ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles André Flahaut (PS) pousse un "coup de gueule"  contre « la brutalité » de la politique de Theo Francken. (1) « Il suit son orientation politique droitière, en disant que ces gens, ces étrangers, sont la cause de votre insécurité, et quand ce ne sont pas les étrangers, ce sont les Wallons, les chômeurs wallons, accessoirement les socialistes wallons… Stigmatiser des groupes humains, c’est sa ligne. » Une politique de rejet qui s'aligne sur celle d'Orban en Hongrie, de la Pologne ou de l'Afd en Allemagne, et qui rappelle les années 1930. « Je dis: attention à Francken. Le personnage politique est dangereux. Je ne parle pas sur le plan humain. Je n'attaque jamais l'homme. Sa politique est dangereuse, et personne ne l'arrête, il a un boulevard », avertit André Flahaut.

Faire preuve d’humanité

Heureusement, sur le boulevard, il y a des juges respectueux du respect des droits humains. Ce 13 décembre, six personnes qui avaient empêché l’expulsion d’un ressortissant camerounais, le 17 août 2016 à Brussels Airport dans un avion de Brussels Airlines à destination de Douala ont toutes été acquittées par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Une quarantaine de passagers s'étaient indignés en entendant les cris d'un homme menotté et escorté par les policiers au fond de l'appareil. Six passagers étaient accusés d'entrave méchante à la circulation aérienne et de non-respect des directives du commandant de bord. « Ils ont agi par sympathie envers la personne expulsée, ou par indignation envers une personne maintenue détenue sous la contrainte, à bord de leur vol, et poussant des cris 'de douleur', selon eux, suite à des violences commises à son égard par des policiers l'entourant », établit le jugement. Pas d’intention de nuire, donc. De plus, rien ne prouvait que les six prévenus en particulier, parmi une quarantaine d'autres passagers, avaient désobéi à l'injonction du commandant, qui demandait que chacun regagne sa place.

« S'il fallait le refaire pour une cause humaine, je le referais », a déclaré une des personnes acquittée, Dieudonné Ndjeyig Hiong, à la sortie du tribunal. « Apporter assistance à personne en danger, c'est normal. C'est un devoir pour tout citoyen ».

Les six prévenus étaient soutenus par une centaine d'associations dont, outre la Ligue des droits de l'Homme, Tout Autre Chose/Hart Boven Hard, le Réseau ADES et Vrede. Celles-ci avaient lancé une pétition proposant à tout citoyen d'assumer publiquement qu'en pareille situation il « ne la bouclerait pas ». Le texte avait été signé par près de 2.000 personnes, dont Philippe Geluck, Geneviève Damas ou encore David Murgia.

Ces associations  dénoncent « une instrumentalisation de la justice » par Theo Francken : «Le jour des faits, alors que les six passagers étaient toujours au commissariat, M. Francken avait annoncé sur les réseaux sociaux que des poursuites seraient menées. Il semble clair que c’est ici une manière pour lui de faire passer un message politique et médiatique. Par cet acquittement, la justice montre qu’elle ne se laisse pas instrumentaliser. Cela dit, on regrette que cette affaire soit allée aussi loin et que les ressources des appareils policier et judiciaire aient été mobilisées pendant de nombreux mois contre des personnes qui n’ont rien fait d’autre que faire preuve d’humanité. » (2)

1. Le Soir, 13 décembre 2017.

2.http://www.liguedh.be/espace-presse/138-communiques-de-presse-2017/2954-les-l-6-heros-r-sont-acquittes--une-victoire-pour-la-solidarite-jenelabouclepas-

https://www.cncd.be/-migrations-

 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Les Sahraouis des camps de réfugiés en Algérie près de Tindouf accueillent une délégation des comités de solidarité européens et africains. Photo © Gabrielle Lefèvre

Un jury international et citoyen. Photo © Gabrielle Lefèvre

Chaque année, des dizaines de milliers d’étrangers viennent en France, cherchant à rejoindre leur famille, à obtenir de meilleures conditions de vie, fuyant un pays d’origine dans lequel ils sont en danger. Photo © Croix-Rouge.fr

Un des calligrammes de guillaume Apollinaire.

En 2016, plus de 5.000 migrants sont morts au large des côtes européennes. La manifestation du 13/12/17 à Bruxelles, à la veille d’un sommet européen sur les migrations, a réuni près de 4500 personnes. © CNCD-11.11.11

Une caricature du Syrien Hossam Al Saadi, réfugié politique, auteur de « Syrie – Belgique. Du silence au dessin », un livret poignant édité par Traverse et Couleur Livres. www.traverse.be

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN