semaine 50

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Thierry Robberecht
Allo, allo, quelle nouvelle par Thierry Robberecht

Tous les billets

21 septembre 2016

La magie de la vente

Les yeux fixés sur le mur de sa cuisine, Frank touille son café. Le sucre s’est dissous depuis longtemps, mais la petite cuillère continue à tourner en rond dans le café noir.

26 juillet 2016

D'occasion

Quoi de plus énergisant pour un auteur que d’acquérir un nouvel ordinateur ? Bon, je l’avoue, il est loin d’être neuf.

25 juillet 2016

Contre Djokovic

- Le vin est bon, tu ne trouves pas ?

- Pas du tout, il est dégueulasse et plein de sulfites.

21 novembre 2017

Une fragile construction

Lundi 4 mars 2017, 06h00

08 novembre 2017

Le squatter

Est-ce qu’il est mort parce que je ne pensais pas à lui ? Personne ne le sait, personne n’y songe, personne ne m’accusera jamais. Nous étions les meilleurs amis du monde, les plus proches et les plus intimes depuis plus de quarante ans.

14 octobre 2017

Le portrait

Le peintre n’était pas un ami mais l’ami d’un ami d’un ami. C’est bien simple, on ne s’était jamais rencontrés. Elsa et moi, nous avions été invités au vernissage de l’exposition parce que le galeriste désirait ratisser large.

20 septembre 2017

L'oracle

On ne parle plus que de lui en ville, dans le rues, les dîners et à la télévision, l’ophtalmologue qui prédit l’avenir. - Quoi ! Tu n’es pas encore allé le voir ! Tu es dingue ! Cet homme va révolutionner ta vie comme il a révolutionné la mienne.

10 septembre 2017

L'assassin

Ce genre de nouvelle tombe toujours au plus mauvais moment. Le matin même où Vincent doit rencontrer un gros client pour finaliser une énorme vente, un médecin lui annonce que sa mère a fait un grave malaise dans la nuit.

28 août 2017

L'homme anonyme

Sa solitude est absolue, son anonymat aussi. Personne ne le regarde jamais. Ni femme, ni enfant, pas même un chien fidèle aux yeux humides. Il en arrive parfois à douter de son existence.

12 août 2017

Le Bureau des Consolations

Le parti majoritaire avait promis le bonheur à tous les citoyens. Il suffisait de voter pour lui.

Pages

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN