semaine 08

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de André Fromont
Haïculs bénis/André Fromont

Dans les plumes, la lune

Le 06 novembre 2017

&

Image: 

Choses mentales
De sérieux vestiges
Claire ribambelle
Dans les plumes
Bien des voyages
Aube en soirée
Nuit en fin
Le blanc des lignes
Pas si simple
Le noir des signes
Compliqué
Le bleu de tes yeux
Limpide
Le nez du masque
Étiré
Plus de secret ?
Demi lune
Dis-tu
Dans les plumes
La lune

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Yoann est aveugle
C’est arrivé, voilà
Il chante triste et il pleure joyeux
Il a l’abord clandestin
Il se trompe de jambe et de chaussettes
Fonce dans la galerie des femmes
Comme un vent de plaisir
Yoann a une seule voix
Et n’a aucune promesse
Yoann, l’aveugle
L’oiseau rare
Se fout du pouvoir en place
Et de l’impuissance en face
Il chante triste et il pleure joyeux
Le rideau se lève
Sur un lendemain imprévu
Yoann à la dérive
Fait attention à la marche
Il est brouillard et contours
Il est ce point qui explore
Un beau milieu
Privé de centre
Yoann croque la vie et laisse faire
Il chante triste et il pleure joyeux
Il est la flamme dans la mer

Première écoute
Un air à boire
Jusqu'à se perdre
Premier toucher
Un nœud du bois
Comme un sourire
Première vision
La lumière revient et rend l'ombre
Invisible
Première odeur
Un reste de pluie sur les orties
En souvenir du ciel
Première dégustation
Des mauvaises herbes
En grosse soupe
Premières pensées
Surprises
Du fond des sens

Au-delà des bulles

Nous nous sommes assis
Nous avons versé
Lentement
L’eau pétillante
Dans nos verres
Les glaçons cliquent
Nos regards flottent
Au delà des bulles
Où est l’art de l’oubli

12/05/2007

Parfois, les choses sont simples
Me disait Luis
Sur la pointe de l'ivresse
Je vois
L'épine dans mon pied
Et des œufs dans les arbres
Je marche droit
La tête sur la table
Je sors d'un monde clos
Fuis les grands de ce petit monde
Le moment venu
Je m'injecte une dose massive
De tout va bien
Histoire de sauver ma peau
Dans un effort de guerre éperdue
Parfois, les choses sont simples
Me disait Luis
La tête sur la table
Personne ne sait comme moi
Contrer les forces de l'habitude
S'abstraire du manque de vivre
Enterrer les calamités naturelles
Disparaître d'un coup
Dans mon sombre derrière
Courbe et charnu
Parfois, les choses sont simples
Quand tout est chamboulé
Sur la pointe de l'ivresse

Les enfants perdus
Arrière
Vie épuisante
Ils marchent main dans la main
Arrière
Vie effrayante

Les enfants perdus
Ont le ciel dessus la tête
Ils marchent main dans la main
Le ciel sombre tombe
Dans leurs yeux

Les enfants perdus
Traînent les pieds dans la poussière
Du chemin
Ils sursautent à la respiration des vaches
Les enfants perdus
S'arrêtent main dans la main
Et se rassurent

Figés
Les yeux troubles
Les enfants perdus
Se grattent la cuisse sous les vêtements
Ils secouent la tête
Et ne se parlent pas

Les enfants perdus
Derrière eux
Un trou dans le ciel
Menace
Ils marchent main dans la main
Anxieux et ignorants

Les enfants perdus
Arrière
Vie épuisante
Ils se serrent fort
Arrière
On va te vivre
Vie effrayante

La toile cirée

Le béton ne brille pas
Sitôt coulé
Il se meurt
Ses fissures ne disent mot
Elles digèrent
Les coups de vents forts
Les sables gourmands
Une femme au beau cul
Se faufile dans les courbures
Des hommes aux balcons
Émus
La laissent s’évanouir
Dans la neige d’un écran brouillé
Les yeux vomissent ce paysage dilaté
L’arc-en-ciel de toile cirée
Noue et noie les murs
D’aguicheuses lézardes
Enfilent les ombres
Que de pets rêvés hauts
Dans la toile cirée

03/04/2007

Julie se perd
Le regard arrêté
Sur un nœud de bois
La lumière s'efface
Le nœud reste
Larme immobile
Dans un œil anonyme

Julie tourne sans rien faire
Elle s'éclabousse d'un reste de pluie
En tête, un inventaire
De mauvaise herbes
De souvenirs de ciels
D'un arbre très haut
De paniers vides
Elle se goinfre de parents fabuleux

Julie s'égare
Dans une clarté grave
Des larmes vives
En giboulée
Coulent du fond de ses sens
Sur les chemin des joues
Terminus le cou

Julie s'évade
Par une brèche
Où menace un vent furieux
Vers une vie muette d'ombres
Vite et bien
À l'écart des ruses
Et des règles

Julie appelle ses mots
Armée de mille-pattes
En touffu désordre
Ils créent
Un air à boire
Une lune mentale
Une vision d'amour
Pour un vieux casse-cou
Une vie sans truquage
Une vie

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN