semaine 43
Portrait de André Yoka Lye
Confidences du chauffeur du Ministre

Covid-19 : rumeurs de remaniement

Le 02 octobre 2020

… Il avait l’air d’être sorti d’un film d’archives coloniales. A l’image des chefs traditionnels, le gourou devant moi arborait une chéchia rouge ornée d’une plume d’aigle ; avec autour du cou, en guise de collier, un vrai serpent vivant curieusement domestiqué, serpent que caressait un chasse-mouche ponctué par une queue de chat (ou de lion, on ne savait trop…) abondamment poilue. Avec un pagne rouge vif assorti d’une veste en raphia ; avec des colifichets sertis d’osselets de singe comme bracelet et comme boucles d’oreilles. Mais, mais surtout avec une fléchette traversant la joue droite à partir de l’intérieur de la bouche, et dont la pointe acérée a transpercé la peau tendue comme cuir. Et comble de coquetterie, cette espèce de gourou portait un cache-nez anti-covid semblable à un masque pende.

Choc immense pour moi ! J’ai regretté de m’être introduit dans la résidence ministérielle, et sous la paillotte, sans avoir prévenu à l’avance mon patron le Ministre des Affaires Stratégiques et Tactiques (à prononcer avec respect…). Je me trouvais donc « fare-à-fare », comme disent les Kinois, seul à seul avec ce personnage énigmatique et extraterrestre. J’ai eu froid au dos. Par exemple en guise de salutation il m’a brandi son chasse-mouche, comme une menace. Et à chaque fois que je tentais d’engager la conversation, il refaisait le même geste d’intimidation. Et toujours sans un mot. J’ai compris qu’il s’agissait peut-être de gestes-barrières de distanciation anti-virus, mais peut-être à la mode villageoise…

Jusque- là je pensais avoir affaire à un guérisseur tradimoderne anti-covid-19, invité spécial du Ministre, en consultation médico-magico-thérapeutique…

… Jusqu’au moment où mon patron de Ministre a fait son entrée sous la paillotte, le pas empressé et manifestement courroucé par ma présence impromptue. Le Ministre ne m’a pas salué. J’ai compris que j’étais de trop et j’ai trouvé un alibi pour disparaitre, pour filer à la … kinoise.

J’apprendrai la vérité plus tard. Grâce à une indiscrétion de la part de la bonne de la résidence à l’adresse du domestique ; du domestique à l’adresse du jardinier ; du jardinier à l’adresse du garde du corps ; du garde du corps à l’adresse de la secrétaire particulière ; de la secrétaire particulière à l’adresse du chauffeur du Ministre… J’apprendrai qu’en réalité des rumeurs persistantes circulaient à propos d’un remaniement gouvernemental imminent et de grande envergure. D’où les appréhensions du Ministre et les consultations des oracles.

Comme on a compris, les murs de la résidence et du cabinet ont des yeux et des oreilles : nous avons fini par apprendre que le féticheur-oracle avait prédit et promis à notre cher Ministre pas moins qu’un poste de … Premier Ministre (avec Majuscules, s’il vous plait…).   Mais, mais, à condition de respecter des interdits liés aux rapports sexuels, y compris à domicile.  Donc, en attendant le verdict fatal du remaniement, pas question de câlins avec l’épouse, que ce soit à temps ou à contretemps !

La rumeur précise que, sur pression du gourou, le Ministre aurait pris comme  prétexte malicieux les prescrits et les mesures anti-corona en vigueur, pour expliquer à l’épouse momentanément éloignée, l’urgence et la nécessité de la distanciation entre conjoints…

 

Image: 

Les confidences volent de bouches à oreilles kinoises… Photo © Véronique Vercheval

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN