semaine 38
Portrait de Henry Landroit
Pour remettre les idées à l’endroit...

J'ai comme une idée…

Le 06 juillet 2019

Comme c’est le début des vacances scolaires, je pense qu’il serait temps de rendre un hommage appuyé aux enseignants qui s’occupent avec tant de soin et de désintéressement des enfants pendant que leurs parents s’amusent comme des fous aux champs, dans les bureaux, les usines et leurs ateliers.

J’ai trouvé ! On pourrait les rassembler Place royale ou à Forest national puis les faire défiler (à pieds) dans la galerie de la Reine pour rejoindre la Grand-place. Les parents se masseraient des deux côtés, agiteraient des cartables aux couleurs nationales, feraient le plus de bruit possible avec des boites à piquenique en levant les bras au ciel en guise de remerciement.

Des cars les attendraient sur la place et les entraineraient dans une excursion fabuleuse dans les environs de Bruxelles et dans le Brabant wallon. Les routes empruntées auraient été réparées soigneusement pour l’occasion.

En fin d’après-midi, ils seraient reçus par la Reine et le Roi au Château de Laeken. Je dis «  ils  », mais c’est évidemment impossible. Il faudrait choisir un représentant convenable. Je pense à quelqu’un en particulier, un enseignant à la retraite, disons 78 ans, que je connais bien. Il s’occupe encore, en 2019, malgré son âge avancé, d’animer un mouvement pédagogique auquel il a consacré près de 35 ans de sa vie. Peut-on trouver mieux  ?

Le Roi lui dirait  : « Je me souviens encore de mon premier livre de lecture » ou bien « J’ai connu un instituteur qui vous ressemblait… » et l’on sentirait l’émotion les étreindre tous les deux. Il répondrait poliment  : « Non, Sire, c’est impossible, je suis unique ! ». Le responsable du protocole prendrait cela pour une boutade et laisserait passer.

Une photo officielle serait prise sur le parvis du Château : le Roi, la Reine, le représentant des enseignants et des membres de sa famille. À cette occasion, il aurait fait revenir de France aux frais de la princesse (ou plutôt de la donation royale) sa fille, son fils et leurs cinq enfants.

La Reine trouverait encore le temps de l’inviter dans un boudoir tout proche où elle l’entretiendrait longuement d’un petit problème qu’elle n’arrive pas à résoudre avec Élisabeth, bien que logopède.

L’heureux homme quitterait le Château sous les applaudissements de tous ses collègues qui auraient envahi les 186 hectares du parc (l’équivalent de 200 terrains de football) avec leurs enfants déballant leur sandwich, et ce, au grand dam du service de sécurité.

Durant les mois qui suivraient, la Reine, séduite par les propos du représentant des enseignants, convaincrait son mari qui ferait de même avec le Premier ministre (pourtant en affaires courantes) qui persuaderait la ministre de l’Éducation (pourtant d’un autre niveau de pouvoir) d’offrir à tous les enseignants une boite de craies de couleur. De la craie de Carrare faut-il l’ajouter et dans un joli emballage récupérable frappée aux armes de la famille royale, comme les célèbres boites de biscuits, vous voyez ?

 

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN