semaine 39
Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Covid-19, la gloire du pangolin.

Le 31 juillet 2020

Les mois passent et nos certitudes concernant le SARS-CoV2 s’effritent (c’est le nom savant du coronavirus qui nous gâche la vie voire davantage). Chaque jour de nouvelles théories invalident les précédentes. Elles portent pourtant sur des choses essentielles : les modes de transmission, les symptômes, la thérapie, les séquelles, la vaccination etc. Quant à l’origine de la pandémie les théories s’affrontent. Pour certains, le virus est une création humaine et il s’est échappé sournoisement d’un laboratoire de Wuhan. Pour d’autres, le séquençage de son ADN montre à l’évidence que ce coronavirus est naturel.

Reste à savoir d’où il vient ? De chauves-souris vendues sur un marché, de pangolins dont les Chinois consomment la viande et utilisent les écailles dans leur pharmacie traditionnelle, de chauves-souris via le pangolin ? Bref, soyons synthétique : personne n’en sait rien !

Le pangolin étant un animal connu de sa famille et de ses proches mais peu connu en occident, le pangolin est devenu l’animal symbole du Mal qui court. Les street artistes, les dessinateurs pendant la période de notre confinement national se sont emparés de ce pauvre pangolin pour, dirais-je, le mettre à toutes les sauces.

Aujourd’hui, la représentation de l’animal a disparu des radars. Plus généralement, alors que la pandémie s’étend et fait des ravages quasi historiques, les réseaux sociaux ne diffusent plus d’images ayant trait au covid-19.

Il est vrai que l’actualité des violences policières et du racisme a relégué dans les couches profondes de notre conscience les images de la pandémie, images dérangeantes s’ils en aient. Collectivement, pour se protéger, pour avoir moins peur, les réseaux sociaux qui fonctionnent comme une caisse de résonance de nos émotions ont tendance à moins diffuser les images qui réveillent notre désarroi, confrontés que nous sommes à cette maladie encore plus effrayante qu’elle est mal connue. Pour avoir des « likes « sur Facebook, il vaut mieux diffuser l’image d’une fresque représentant une caricature de Trump qu’une représentation insoutenable d’un enfant atteint sur un lit d’hôpital, intubé, et dont le corps est relié par des tuyaux à des machines.

Les millions d’images qui circulent dans les réseaux obéissent aux mêmes lois que celles qui régissent un individu. Comme un avatar de nous-même.

Revenons au pangolin, sujet de mon billet. Ardi et Grumo en ont fait un genre d’animal-machine, soulevant sa carapace pour en montrer le fonctionnement et l’architecture profonde, pour étonner et faire rire. Codex Urbanus, alors que les Français étaient confinés, a proposé pour nous occuper et nous divertir un « jeu du pangolin » inspiré du jeu de l’oie et un coloriage.

D’autres artistes en ont fait un être menaçant. Je pense à Valott à son pangolin bombe à retardement, au pangolin personnifié qui nous menace. Maillot, dans un dessin d’une grande beauté, nous fait partager le regard interrogatif d’un Africain qui regarde un pangolin, enroulé dans sa main.

En montrant un pangolin, on en a moins peur et utiliser son image pour jouer est une catharsis nécessaire.

Pointer le rôle néfaste de l’Homme dans la rupture des équilibres écologiques est une vérité scientifique. Maintenant, laisser entendre que dans le cas du coronavirus, c’est l’intervention humaine qui est responsable de la pandémie, c’est s’aventurer sur des chemins mal balisés qui devront être confirmés par la communauté scientifique.

A mon sens le plus surprenant quand on examine les représentations que les artistes nous proposent du pangolin, c’est l’intérêt plastique de son dessin. Le fait qu’il se mette en boule comme les hérissons bien de chez nous a généré des images fort belles, à la limite de l’héraldique, qui souligne deux caractères de l’animal : la géométrie de ses écailles, l’ensemble très graphique de son corps enroulé. Sans nul doute, le pangolin apparait comme un bel animal. Et on ne charge pas un bel animal de tous les péchés du monde !

Le pangolin a eu bon dos dans cette période difficile. Il nous interroge sur sa responsabilité dans la pandémie, son image est un bon support d’une catharsis collective, sa « beauté » bizarre a séduit par son aspect antédiluvien et sa très géométrique carapace.

Image: 

Ardif

Codex urbanus

Codex urbanus

Valott

Maillot

Mots-clés

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN