semaine 25

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

"Heroes", the Ernesto Novo's masterpiece.

Le 12 octobre 2016

« Heroes »

(3m x 2m, techniques mixtes sur toile)

A tribute to Ernesto Novo’s heroes.

L’histoire professionnelle et personnelle d’Ernesto Novo est jalonnée de personnalités qui ont marqué sa peinture. Novo a fait le portrait de 39 d’entre elles. 39 ! direz-vous, c’est beaucoup. Regardez derrière leurs portraits, elles sont encore plus nombreuses. Elles sont légion. Ernesto Novo sait qu’il est un héritier et il sait de qui. Il confesse qu’il n’est pas parti de rien et dans cette toile aux grandes dimensions, il paie sa dette, il donne un coup de chapeau. Bref, son tableau est un hommage.

 Avant lui,  depuis des siècles, un peu partout dans le monde, des artistes ont peint, sculpté, photographié. Les critiques d’art ont classé ces fortes et originales personnalités en « mouvements artistiques », le surréalisme, l’expressionnisme, la peinture abstraite, le pop art etc. Certes,  les artistes ont souvent  des points communs,  mais c’est ce qui les distingue des autres, ce qui a fait d’eux des figures marquantes de l’histoire des Arts, c’est précisément leur différence. Novo marque symboliquement sa filiation mais « à sa manière », et cette manière est unique et originale.

Des portraits signés Novo.

Ernesto Novo a fait des portraits mais des portraits qui ne ressemblent à aucun autre portrait. Ils  ne ressemblent guère aux photos de classe jaunies que nous avons tous en mémoire : les enfants habillés de la même blouse, en rangs d’oignon. Ses portraits sont un tableau où les couleurs chaudes alternent subtilement avec les couleurs froides. Des portraits,  car nous reconnaissons les artistes. Des traits ont été conservés mais d’autres ont été ajoutés, comme rêvés.  Basquiat n’avait pas le corps de ce beau bleu Klein, Frida Kahlo n’avait pas sur la tête et sur son corsage autant de roses, Toulouse-Lautrec (à ma connaissance !) n’a jamais porté d’armure, Pollock ne portait pas de vêtement décorés de dripping, quant à Bacon ! Nous y sommes, les portraits d’Ernesto Novo conjuguent le réalisme et l’ellipse, la référence et l’invention. Des portraits comme autant de labyrinthes. Aux spectateurs de trouver patiemment les indices. Des cailloux blancs semés sur la toile et qui du portrait renvoient à l’œuvre (et réciproquement). Un genre de jeu de pistes, beau et ludique,  pour les amateurs.  « Heroes » n’est pas une galerie de portraits. La toile de Novo est héritière d’une foisonnante culture plastique, des nombreux mouvements qui l’ont précédée,  mais elle est, elle, radicalement différente et…inclassable !

 

Liste des personnages représentés.

De gauche à droite :

Paul Klee (1879-1940), Jeff Koons (1955), David Hockney (1937), Lucian Freud (1922, 2011), Louise Bourgeois (1911, 2010), Egon Schiele (1890, 1918), Salvador Dali (1904, 1989), Gustave Klimt (1862, 1918), Kandinski (1866, 1944), Basquiat (1960, 1988), K.Haring (1958, 1990), Nicolas de Staël (1914, 1955), Frida Kahlo (1907, 1954), Niki de Saint-Phalle (1930, 2002), Paul Gauguin (1848, 1903), Edvard Munch (1863, 1944, Mark Rothko (1903, 1970), Jackson Pollock (1912, 1956), Toulouse-Lautrec (1864, 1901), Rembrandt (1606, 1669), Escher (1898, 1972), Renoir (1841, 1919), Paul Cézanne (1839, 1906), Warhol (1928, 1987), Magritte (1898, 1967), JR (le photographe) (1983), J.Beuys (1921, 1986), Gerhard Richter (1932), Claude Monet (1840, 1926), Francis Bacon (1909, 1992), Van Gogh (1853, 1890), Matisse (1869, 1954), Jasper Johns (1930), Georges Braque (1882, 1963), Pablo Picasso (1881, 1973), Edgar Degas (1834, 1917), Alberto Giacometti (1901, 1966), Piet Mondrian (1872, 1944), Aie Weiwei (1957), Ernest Pignon-Ernest (1942).

Image: 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Le rez de chaussée, sur pilotis, est réservé aux espaces collectifs.

,

Un palier "ordinaire" d'un HDB.

,

Les vastes espaces couverts sont utilisés pour dispenser des cours de danse collectifs et les habitants peuvent en demander l'usage pour un événement (un enterrement par exemple, les fêtes religieuses etc.)

,

Rien en sous-sol, tout est construit en altitude (y compris les parkings)

,

Des installations collectives situées dans les parties communes sont fréquemment utilisées par les habitants.

Une scène de guerre, genre Apocalypse now. Une vision héritée des films hollywoodiens.

,

Graphismes de "transition" entre la scène de guerre et le personnage central. Une imbrication de signes hétéroclites de mort.

,

Le "je" cache le miroir du spectateur qui regarde la fresque. Le message est d'une grande violence (toi qui regardes tu es un mouton, tu obéis comme un chien, une carotte te suffit)

,

Une allégorie du "suivisme".

,

Les anarchistes brandissent le drapeau noir.

,

"La prise de l'Assemblée nationale", symbole du renversement du régime parlementaire.

,

"La lutte finale".

,

Trois enfants peints de dos, tranquilles, semblent se désintéresser de la lutte de leurs aînés.

Le trompe l'oeil combine des formes irrégulières entre elles. La densité des signes et la couleur des plans rendent comptent de la "profondeur perçue".

,

La diversité des points de fuite sont de véritables défis plastiques.

,

Les plans découpent des espaces qui ouvrent sur d'autres espaces plus réduits, comme une poupée russe.

,

L’abîme est circulaire, comme un maelström ou un trou noir.

, ,

Une porte au fond du trou mène à l'inconnu.

, , ,

Détail.

,

Élégance du tableau accroché aux cimaises de la galerie.

La fresque haute comme un immeuble d'habitation de six étages, donnant sur les quais du canal Saint-Martin.

,

Le slogan,ironique pour les "happy few".

,

Blaze de l'artiste et nom de la marque, mise volontairement en second plan.

,

Un des deux tanks (élément central puisqu'il donne son nom à la campagne, "secondarisé" également.

,

Il convient de faire "oublier" qu'il s'agit d'une publicité et d'entretenir une relative ambiguïté.

,

Fusion des êtres dans un seul cœur, "so romantic".

,

Détail de la partie basse de la fresque.

,

"Totems", figures récurrentes dans le travail de Da Cruz.

Combo après avoir collé des affiches invitant à la coexistence des 3 grands religions monothéistes a été agressé par des militants d'extrême-droite.Une intervention radicale du street art français dans le champ politique.

,

Cendrillon (une référence supplémentaire aux"affaires" de F.Fillon.)

,

Des personnages de Disney et de la bande-dessinée, archétypiques, pour prendre de la distance par rapport aux "vrais"candidats.

,

Goodman pour représenter les gans gentils.

,

Le comédien Francis Huster pour illustrer le vote blanc.

,

Marion Cotillard sur fond de campagne riante en référence à l'affiche de Jacques Séguéla.

,

La Petite Sirène et les autres candidats.

Fresque (Barcelone)

,

Fresque (Shoreditch)

,

Jisbar (à la manière d'Andy Warhol)

,

Ramstecko (Mexico)

,

Collectif Bushwick (Miami)

,

Nek ( Captain America)

,

Utilisation des codes de la bande-dessinée américaine (DC Comics, Marvel...)

,

Les couleurs de l'affiche de Shepard Fairey, parallélisme de la composition, de la cervelle malade s'élève le champignon caractéristique de la bombe atomique.

,

Karen Fiorito (Phoenix). Les symboles du Président fusionnent le signe du dollar et évoquent (par l'opposition de couleurs -noir et rouge) les bannières qui encadraient Hitler lors des cérémonies nazies.

,

Une quasi fusion entre les traits de Trump et ceux d'Hitler.

,

Pegasus (Royaume-Uni)

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN