semaine 21

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

"Heroes", the Ernesto Novo's masterpiece.

Le 12 octobre 2016

« Heroes »

(3m x 2m, techniques mixtes sur toile)

A tribute to Ernesto Novo’s heroes.

L’histoire professionnelle et personnelle d’Ernesto Novo est jalonnée de personnalités qui ont marqué sa peinture. Novo a fait le portrait de 39 d’entre elles. 39 ! direz-vous, c’est beaucoup. Regardez derrière leurs portraits, elles sont encore plus nombreuses. Elles sont légion. Ernesto Novo sait qu’il est un héritier et il sait de qui. Il confesse qu’il n’est pas parti de rien et dans cette toile aux grandes dimensions, il paie sa dette, il donne un coup de chapeau. Bref, son tableau est un hommage.

 Avant lui,  depuis des siècles, un peu partout dans le monde, des artistes ont peint, sculpté, photographié. Les critiques d’art ont classé ces fortes et originales personnalités en « mouvements artistiques », le surréalisme, l’expressionnisme, la peinture abstraite, le pop art etc. Certes,  les artistes ont souvent  des points communs,  mais c’est ce qui les distingue des autres, ce qui a fait d’eux des figures marquantes de l’histoire des Arts, c’est précisément leur différence. Novo marque symboliquement sa filiation mais « à sa manière », et cette manière est unique et originale.

Des portraits signés Novo.

Ernesto Novo a fait des portraits mais des portraits qui ne ressemblent à aucun autre portrait. Ils  ne ressemblent guère aux photos de classe jaunies que nous avons tous en mémoire : les enfants habillés de la même blouse, en rangs d’oignon. Ses portraits sont un tableau où les couleurs chaudes alternent subtilement avec les couleurs froides. Des portraits,  car nous reconnaissons les artistes. Des traits ont été conservés mais d’autres ont été ajoutés, comme rêvés.  Basquiat n’avait pas le corps de ce beau bleu Klein, Frida Kahlo n’avait pas sur la tête et sur son corsage autant de roses, Toulouse-Lautrec (à ma connaissance !) n’a jamais porté d’armure, Pollock ne portait pas de vêtement décorés de dripping, quant à Bacon ! Nous y sommes, les portraits d’Ernesto Novo conjuguent le réalisme et l’ellipse, la référence et l’invention. Des portraits comme autant de labyrinthes. Aux spectateurs de trouver patiemment les indices. Des cailloux blancs semés sur la toile et qui du portrait renvoient à l’œuvre (et réciproquement). Un genre de jeu de pistes, beau et ludique,  pour les amateurs.  « Heroes » n’est pas une galerie de portraits. La toile de Novo est héritière d’une foisonnante culture plastique, des nombreux mouvements qui l’ont précédée,  mais elle est, elle, radicalement différente et…inclassable !

 

Liste des personnages représentés.

De gauche à droite :

Paul Klee (1879-1940), Jeff Koons (1955), David Hockney (1937), Lucian Freud (1922, 2011), Louise Bourgeois (1911, 2010), Egon Schiele (1890, 1918), Salvador Dali (1904, 1989), Gustave Klimt (1862, 1918), Kandinski (1866, 1944), Basquiat (1960, 1988), K.Haring (1958, 1990), Nicolas de Staël (1914, 1955), Frida Kahlo (1907, 1954), Niki de Saint-Phalle (1930, 2002), Paul Gauguin (1848, 1903), Edvard Munch (1863, 1944, Mark Rothko (1903, 1970), Jackson Pollock (1912, 1956), Toulouse-Lautrec (1864, 1901), Rembrandt (1606, 1669), Escher (1898, 1972), Renoir (1841, 1919), Paul Cézanne (1839, 1906), Warhol (1928, 1987), Magritte (1898, 1967), JR (le photographe) (1983), J.Beuys (1921, 1986), Gerhard Richter (1932), Claude Monet (1840, 1926), Francis Bacon (1909, 1992), Van Gogh (1853, 1890), Matisse (1869, 1954), Jasper Johns (1930), Georges Braque (1882, 1963), Pablo Picasso (1881, 1973), Edgar Degas (1834, 1917), Alberto Giacometti (1901, 1966), Piet Mondrian (1872, 1944), Aie Weiwei (1957), Ernest Pignon-Ernest (1942).

Image: 

Ajouter un commentaire

Du même auteur

La liberté, rue Alibert, Paris.

,

Détail de la fresque. Bourgeois et ouvriers.

,

La figure populaire de Gavroche.

,

Détail. La Liberté traduite en noir et blanc s'oppose au bleu, blanc, rouge des trois espaces de la fresque.

,

Portrait de Martin Luther King devant le musée de l'immigration à Paris.

,

Fresque "commémorative" de Mai 68 (mai 2018)

,

Détail.

,

Détail.

,

Détail.

Le mur rue des Cascades, Ménilmontant.

,

Détail du motif central.

,

Symétrie et rythmes colorés/

,

Max Tétar devant sa fresque.

, ,

La fresque de M.Tétar qui a précédé la fresque en noir et gris.

,

Détail.

,

Traits, courbes, espaces clos.

,

Fresque de la rue des Cascades, Paris. Détail du visage masqué.

,

Fresque de la rue des Cascades.

,

Rue des Cascades. Le regard "vide", sans expression, symbole de la déshumanisation.

,

Variations sur le thème de l'atavisme.

,

Fresque reprenant les mêmes marqueurs.

,

Un visage non masqué. Mais des mains atrophiées.

,

L'arme est un "bricolage" survivaliste.

,

Portrait d'Eddie Colla.

, , , , , ,

"work in progress"

,

"Zo0om", long rouleau de plus de 10 mètres de long.

, ,

La prolifération organique envahit les murs.

,

La prolifération, partie du haut de l'escalier, poursuit son chemin.

,
, , , , , , ,

Caroline Reed photographiée à son domicile.

Itvan Kebadian dans son atelier parisien (photo : Richard Tassart)

,

Pastel. Les contours du corps et des objets sont dessinés et cernés d'un trait noir, l'intérieur des formes est quasiment "vide".

,

Pastel. La représentation des personnages est réduite à ses contours.

,

Les personnages qui ont du point de vue de la signification une importance majeure sont davantage symbolisés que peints avec la précision observée dans les détails.

,

Une atmosphère lumineuse(troisfenêtres, un rideau qui vole) rendue par une gamme de gris et des traits.

,

Une action dynamique "économe" de traits et de nuances de gris.

,

Les personnages ont le "même statut graphique" que le décor.

,

Une scène de violence traduite par l'expressivité du dessin.

,

Les contours empêchent ceux qui voient de dater la scène. Elle acquiert ainsi un caractère intemporel.

Lima Lima dans son atelier(photo Richard Tassart).

,

"La jeune fille à la perle", rue Noguères, Paris 19.

,

Décoration latérale

,

Embroidery

,

Regard

,

Caps attack

,

Portrait de Picasso, Pantin.

,

Fresque.Tout est délicatesse et intimité (les bleus et les noirs, le délicat modelé du visage et du bras peint à la bombe)

,

Performance au Lavo//matic

,

Portrait à la feuille bleue.

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN