semaine 21

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

João Mauricio aka Violant, montrer ce qui est caché.

Le 29 novembre 2017

 

Violant, comme « violent ». C’est peu dire que sa peinture étonne ; elle fascine par son ambition, sa sincérité, son authenticité et sa force.

Tout d’abord, faisons un sort à son blaze « Violant ». Il y a deux ans de cela, j’interrogeais Violant pour savoir si pour lui l’Art doit être « violent ». Voilà sa réponse : « Non je ne crois pas que l'art doit être violent. Mais je veux dire avec force que les fresques contemporaines et le street art ne devraient pas se voir poser des limites par l'opinion publique ou les idées communes concernant l’esthétique. Mon travail émerge de la prise de conscience que le monde est plein d’erreurs qui ne doivent être ni oubliées ni pardonnées. Je crois que les gens devraient voir ce qui est mauvais pour eux plutôt que de jeter sur ces errements un voile pour les cacher aux regards. Je pense que cette démarche qui consiste à montrer ce qui ne va pas peut être confondu avec de la violence, ou peut-être cela est-il nécessaire pour réveiller les consciences. »

Pour brosser à grands traits le portrait de ce jeune artiste portugais, je souhaite vous raconter une des vidéos qu’il a postées sur Youtube. C’est le making off d’une fresque qu’il a intitulé « Sons of April ». Cela commence par un trajet en voiture. Violant et un pote à lui qui filme traversent des campagnes, pas vraiment riantes, pas vraiment belles, dans une caisse pas vraiment neuve. Violant conduit ; son pote fait quelques plans d’ambiance. Ils arrivent dans une région de montagnes. Il fait moche ; le ciel est couvert, un vent à décorner les bœufs. Nous sommes certainement en avril comme le titre de la fresque le laisse penser. Perdu en pleine montagne une construction ruinée : un ouvrage de béton qui devait servir pour un télésiège. L’intérieur, ouvert aux intempéries est moche : du béton avec des pans coupés, même pas un mur plat. Violant déballe son matos : de longues perches d’aluminium au bout desquelles il fixe brosses ou rouleaux, des pots de peinture, des seaux. Il commence par peindre les contours de Sons of April avec ses perches. Deux jours sont nécessaires pour achever la fresque. Le lendemain, le temps s’est dégradé encore. Il neige. Violant arcbouté contre le vent peint d’abord les aplats, ensuite les détails. Un modèle dans la main gauche, il continue malgré le froid glacial de ce début de printemps, la neige et ce vent qui se prend dans ses perches compliquent encore davantage la représentation des détails. La fresque est terminée. Elle surplombe de vastes horizons, partiellement enclose dans son cercueil de béton gris. Une photo comme d’habitude. Violant pose devant sa fresque. C’est terminé. Retour à Lisbonne.»

Il n’a échappé à personne que les œuvres sont peintes, le plus souvent en ville, pour être vues. Je ne connais qu’une seule fresque de Violant peinte à Lisbonne ; elle l’a été dans le cadre d’un festival de street art. Les autres le sont dans de « drôles »d’endroits : des friches industrielles ou commerciales (un grand mur de plus de 200 mètres carrés est nécessaire), des murs d’hangars dans des fermes, des murs lépreux, en déshérence dans des villages. Seule trace de l’œuvre, une photographie. Composée toujours de la même manière (du Depardon !) : une vue d’ensemble et soit sur un côté soit au milieu, l’artiste debout, pas toujours de face.

Violant est un mec bizarre qui rompt avec son milieu artistique (les « muralistes » gèrent aujourd’hui de véritables entreprises avec service de presse, sites Internet, qui travaillent sur des projets dûment et chèrement rémunérés, qui vendent des produits dérivés, qui travaillent pour des agences de pub, bref qui sont complétement intégrés dans les circuits marchands de l’art contemporain). Violant ne fait pas partie d’un « crew » : il travaille le plus souvent seul (parfois en collaboration avec Colas Tiago Salgado) et jamais à la commande. Il peint en demandant des autorisations, dans des lieux improbables, ce qu’il a envie de peindre.

Venons-en à ce qu’il nous montre. Les titres de ses fresques donnent une idée de ses choix (notons au passage que c’est un des rares street artists à titrer ses œuvres). Bizarres ces fresques proposant des allégories bibliques (Apocalypse 10-3, La Chute d’Adam…), mythologiques (Gaïa, Cerbère…) et des scènes qui interrogent (Abracadabra, Hiatus, Rubik, Fake promises, Amal, Virtutibus Malorum, Butterfly effect, Visceral, Insomnia, Do Menor, Skull with a burning joint, flying machine,Lodz, A pilar, Brainstorm, Aneurysma). Si certaines fresques peuvent être lues au premier degré, d’autres plus sombres, plus angoissantes, plus hermétiques aussi, sont des plongées dans l’inconscient de l’artiste (je pense à la vision d’horreur d’ « Insomnia » où nous voyons un enfant dans son lit cerné par un dragon, incarnation de son cauchemar.) Violant témoigne avec un incommensurable mépris par la marchandisation de son talent de ses peurs d’enfant, de ses angoisses de jeune adulte engagé dans son temps et son époque mais aussi de ses admirations (je citerai par exemple le formidable portrait du physicien britannique Stephen Hawkins).

Formaté par le système comme il va, nous tenons pour ordinaire qu’un street artist se batte pour peindre dans un spot fameux d’où il espère être vite repéré par un galeriste et/un agent, pour qu’enfin commence la voie royale le menant aux Grandes galeries, des galeries aux salles des ventes, et pourquoi pas aux cimaises des musées d’art contemporain urbain. Bien sûr, tous les artistes ne rentrent pas dans ce cadre. Violant qui répugne à sortir de son pays, qui n’a rien à vendre, a par contre plein de choses à nous montrer. Ses images restent puissamment gravées dans nos mémoires et donnent une forme (et quelle forme !) à nos peurs. Elles évitent le pathos, le dolorisme, la provocation bête et méchante. Ce sont des allégories modernes qui reflètent des coins secrets de notre conscience et le tragique de nos vies.

 

 
G
M
T
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fonction Sound est limitée à 200 caractères
 
 
Options : Historique : Commentaires : Donate Fermer
Image: 

Apocalypse 10-3, inspirée d'un passage des Evangiles et de la vue d'une rivière polluée par une usine quand il était enfant.

Cerbère.Le chien a 3 têtes garde une porte, celle des Enfers.

La Chute d'Adam, inspirée de la Bible.

Seule fresque peinte à Lisbonne.

Virtutibus Malorum

Lazare, une analogie avec le Lazare des Evangiles.

Abracadabra. Le mur de la maison représente une façade, qui, comme un rideau tiré dévoile l'intérieur d'une sorcière moderne. Pour le plaisir de l'illusion et son mystère.

Sons of April

Ajouter un commentaire

Du même auteur

La liberté, rue Alibert, Paris.

,

Détail de la fresque. Bourgeois et ouvriers.

,

La figure populaire de Gavroche.

,

Détail. La Liberté traduite en noir et blanc s'oppose au bleu, blanc, rouge des trois espaces de la fresque.

,

Portrait de Martin Luther King devant le musée de l'immigration à Paris.

,

Fresque "commémorative" de Mai 68 (mai 2018)

,

Détail.

,

Détail.

,

Détail.

Le mur rue des Cascades, Ménilmontant.

,

Détail du motif central.

,

Symétrie et rythmes colorés/

,

Max Tétar devant sa fresque.

, ,

La fresque de M.Tétar qui a précédé la fresque en noir et gris.

,

Détail.

,

Traits, courbes, espaces clos.

,

Fresque de la rue des Cascades, Paris. Détail du visage masqué.

,

Fresque de la rue des Cascades.

,

Rue des Cascades. Le regard "vide", sans expression, symbole de la déshumanisation.

,

Variations sur le thème de l'atavisme.

,

Fresque reprenant les mêmes marqueurs.

,

Un visage non masqué. Mais des mains atrophiées.

,

L'arme est un "bricolage" survivaliste.

,

Portrait d'Eddie Colla.

, , , , , ,

"work in progress"

,

"Zo0om", long rouleau de plus de 10 mètres de long.

, ,

La prolifération organique envahit les murs.

,

La prolifération, partie du haut de l'escalier, poursuit son chemin.

,
, , , , , , ,

Caroline Reed photographiée à son domicile.

Itvan Kebadian dans son atelier parisien (photo : Richard Tassart)

,

Pastel. Les contours du corps et des objets sont dessinés et cernés d'un trait noir, l'intérieur des formes est quasiment "vide".

,

Pastel. La représentation des personnages est réduite à ses contours.

,

Les personnages qui ont du point de vue de la signification une importance majeure sont davantage symbolisés que peints avec la précision observée dans les détails.

,

Une atmosphère lumineuse(troisfenêtres, un rideau qui vole) rendue par une gamme de gris et des traits.

,

Une action dynamique "économe" de traits et de nuances de gris.

,

Les personnages ont le "même statut graphique" que le décor.

,

Une scène de violence traduite par l'expressivité du dessin.

,

Les contours empêchent ceux qui voient de dater la scène. Elle acquiert ainsi un caractère intemporel.

Lima Lima dans son atelier(photo Richard Tassart).

,

"La jeune fille à la perle", rue Noguères, Paris 19.

,

Décoration latérale

,

Embroidery

,

Regard

,

Caps attack

,

Portrait de Picasso, Pantin.

,

Fresque.Tout est délicatesse et intimité (les bleus et les noirs, le délicat modelé du visage et du bras peint à la bombe)

,

Performance au Lavo//matic

,

Portrait à la feuille bleue.

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN