semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

La Rouille, la peinture comme exorcisme.

Le 25 juillet 2017

 

La Rouille est un peintre. Un peintre un peu particulier certes qui ne peint que des visages ( les personnages "en pied" sont rares, parfois, un hibou, oiseau de mauvais augure) et dont le support, mur ou toile, ne change guère la facture. Les visages de La Rouille semblent être inachevés. Pourtant, il confie dans une interview son souci de l’achèvement d’une œuvre. Leur exécution varie entre 20 minutes et 5 heures, dit-il. L’œuvre est achevée et exécutée avec grand soin. Il dit s’inspirer de sa vie, de son histoire pour peindre et reconnait la fonction cathartique de sa peinture. Lui qui n’a pas de formation académique dans le domaine des arts peint parce qu’il n’a pas d’autre choix que de peindre. Il peint de manière quasi obsessionnelle des visages.

Ces visages émergent du support ; ils en sortent. Pas complétement. Ils sortent avec peine du support pour accéder à la représentation. Tous expriment la douleur. Ils sont torturés, déformés par elle. Le nombre des couleurs est restreint ; les harmonies sont sombres. La palette refuse l’éclat des couleurs vives, les forts contrastes. D’un monde dominé par des nuées obscures s’extirpent des formes qui ressemblent à des visages. Comme des succubes, des ectoplasmes, condamnés à errer dans le monde des vivants. La sortie du néant est un passage. De l’impossibilité d’être, des limbes, des ténèbres, de la mort, des êtres accèdent à l’existence.

Le spectateur pourrait y voir des références aux cultes anciens dans lesquels les morts avant d’accéder à un lieu de repos doivent traverser des lieux et des épreuves. De la traversée du Styx, au Léthé, au purgatoire des Chrétiens. Les âmes qui quittent les corps doivent être comme purifiées avant d’accéder à l’éternité. La Rouille peint avec une force et une constance qui surprend le chemin inverse. Non pas celui de l’être vers la félicité mais la remontée des lieux maudits, des tourments, des souffrances innommables vers la société des Hommes. Comme ces esprits qui invoqués par les vivants viennent sous différents aspects peupler nos cauchemars.

La peinture de La Rouille n’est ni religieuse, ni spiritualiste. Elle traduit sans concession les affres d’un homme confronté à la création. Ce serait une injure de penser qu’elle illustre des récits mythologiques et religieux. Ses images ne sont pas des fantaisies baroques comme on en trouve pléthore dans l’histoire de la peinture. La Rouille ne se complait pas dans des figures du malheur. Le refus de la couleur, le refus du décor, ne sont pas des choix esthétiques. Il faut prendre au pied de la lettre, simplement, les visages suppliciés qu’il peint : ce sont des « figures » de la souffrance. Une souffrance intérieure qui a besoin d’extériorité pour être soulagée.

Il y a des peintres du bonheur et des peintres de la souffrance. La Rouille est un peintre de la douleur. Une douleur moins intense quand elle trouve un exutoire, une douleur lancinante, qui soulagée, revient et qu’il faut de nouveau calmer. C’est ce chemin du calvaire que raconte l’œuvre de La Rouille. Un récit d’une étrange beauté formelle. Goethe a écrit « Les Souffrances du jeune Werther » et à sa lecture des lecteurs se sont tués, désespérés. La réitération des images cruelles de l’artiste n’est pas un artifice, un style comme disent les ignorants, mais le témoignage sensible d’un autre nous-même.

 

« Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille ». Recueillement. Charles Baudelaire.

 

Image: 

Des visages, toujours différents, douloureux, accèdent à la représentation.

Un visage, un portrait singulier qui interroge la fonction moderne du portrait.

Visage mystérieux dans un lieu abandonné.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Une longue fresque structurée par une diagonale traversant l'angle droit formé par les deux murs de l'atelier.

,

Une opposition de précis et de l'indistinct.

,

Un noir profond, un tracé puissant et dynamique.

,

L'extrême précision du dessin référée aux grandes dimensions de la fresque.

,

Des ruptures traits à peine esquissés/ noir profond.

,

L'illusion du réalisme.

, , ,

Un beau mur de briques d'un édicule de la Ville de Paris, sous un réverbère, une composition formée d'un personnage et de troncs d'arbres coupés.

,

Une "dame"le bras en écharpe. Quelques touches de couleur.

,

Les œuvres sont souvent signées d'une écriture cursive, bien scolaire.

,

Une scène de jeu d'enfant, des "messieurs et des dames" s’amusent.

,

Une situation avec deux personnages.

,

Un ange passe...sur les bords du canal Saint-Martin.

,

Un extra-terrestre.

,

Un autre ange...

,

Une "drôle de dame". Un portrait sur-mesure.

,

Une mère à l'enfant collée sur un "beau"mur (un pont du canal St. Martin)

,

Un "sous-titre", en forme de maxime.

Le caméléon symbolise l'Homme dans l'imaginaire de Sitou.

,

Le caméléon "prend" les couleurs du mur, comme une métaphore du destin de l'Homme qui "accepte" les heurs et malheurs.

,

Le fractionnement des aplats par des courbes puissantes et l'absence totale d'harmonie entre les couleurs (couleur chaude placée à côté d'une couleur froide, pas d'opposition chromatique avec les complémentaires etc.) signent le "style" de Sitou.

,

Une pile du pont de l'Ourcq (Paris XIXème arrondissement) peinte par Sitou.

,

Les têtes de la girafe et du caméléon sont ceintes d'un "halo" peint de couleur vive. Un des traits caractéristiques de la peinture de Sitou.

,

Malgré l'imbrication des traits, la forme de la tête est clairement lue par le spectateur.

,

Le caméléon, animal fétiche de Sitou.

,

Sitou Matthia, posant devant son caméléon.

Les chimères de Codex urbanus "traversent" les "calligraphes" de Dark's Snoopy.

,

Au mystère des symboles et des signes du writer s'ajoutent les créatures marines.

,

Des chimères empruntant des traits à plusieurs poissons.

,

Fig 101 Bestia Mirabilis

,

Fig 183 Chauliodus Rhinellus

,

Fig 62 Araneus Lupus

,

Fig 80 Sepia Lucanae

,

Martin Schongauer, le griffon, 15ème siècle. Un exemple de chimères.

L'intérieur du hangar. Une fonction polyvalente. Les murs sont décorés de fresques.

,

Un espace détente que les visiteurs s'approprient comme bon leur semble.

,

Un "petit coin" aménagé pour boire un verre entre amis.

,

La dalle (buvette, food trucks, hall of fame, skate etc.)

,

La buvette (fresque de Madame)

,

Superbe fresque haute de plus de 15m peinte par Swed Crew

,

Détail d'un Corto Maltese (Jow.L)

,

Le musée.

Le collage de Levalet sur le rideau de fer de la permanence des Républicains.

,

Détail de deux dormeurs : le fonctionnaire et le pompier.

,

La permanence des Républicains, rue de Crimée à Paris.

,

Détail du projet de Levalet et Hérard, rue Véron.

,

Détail du fil artistique. Deux collages, l'un de Levalet, l'autre d'Hérard.

,

Dans le renfoncement d'une porte condamnée, une "réponse" de Levalet à une chaussette d'Hérard accrochée à un fil à linge.

,

Après le décollage partiel des collages inférieurs, d'autres collages, moins artistiques.

,

La situation actuelle (provisoire, j'espère!)

"Le rêve", une oeuvre de commande, dont le thème a été imposé par les commanditaires.

,

La première phase de réalisation du portrait. Les principaux traits de la posture(3/4, tête inclinée, bras levé etc.) constituent le schéma de base de l'oeuvre.

,

La segmentation extrême de toutes les surfaces apparaît dans un deuxième temps.

,

Les yeux, le nez et la bouche structurent fortement le visage, facilitant la compréhension.

,

Au réalisme de la représentation de l’œil (iris, pupille, cils) s'opposent l'abstraction des lignes et l'arbitraire des couleurs.

,

L'ensemble des surfaces est l'objet d'un traitement graphique comparable.

,

Le fond garde une relative unité chromatique (traits bleu outremer sur fond bleu ciel)

,

Hommage rendu par Hopare à un ami décédé. La ressemblance est imposée par la situation.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN