semaine 08

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Levalet, mettre la Ville en scène.

Le 05 juillet 2017

 

Les street artists ont, le plus souvent, deux productions : une production « dans la rue » et une production pour la galerie. Il y a bien sûr beaucoup de points communs entre les interventions en milieu urbain sous la forme de fresques ou de « murs » et les « œuvres nomades » destinées aux galeries. J’ai déjà, à plusieurs reprises, commenté les œuvres de Marko93 qui réalise « dans la rue » des œuvres de grandes dimensions et en atelier des toiles. Pour que s’exprime pleinement son talent, seuls les formats de plus d’un mètre carré lui conviennent. Cela étant, qu’il peigne un jaguar sur un mur ou sur une toile, les exécutions et les rendus sont sensiblement les mêmes.

Levalet fournit un contrexemple intéressant. Ses œuvres pour la galerie sont remarquables ; on y retrouve son dessin, sa palette et les thèmes qu’il affectionne. Elles sont souvent drôles, absurdes, parfois poétiques. Avec sensibilité, elles abordent des problématiques proches de nos préoccupations : l’Homme écrasé par les machines, sa solitude, son désarroi. Toujours sans pathos, sans dramatisation excessive. L’artiste n’est pas un procureur, encore moins un politique qui pense pour nous. Il montre des situations dans lesquelles chacun se reconnaît,  avec un sourire en coin, comme un Auguste triste.

Sa production « dans la rue » est semblable. Semblable, c’est-à-dire que nous y retrouvons son « style », ce dessin à l’encre de Chine, parfois rehaussé de quelques couleurs, un trait fort, une ligne « claire ». Un dessin qui renonce au réalisme, à la copie du Réel, mais un dessin aisément lisible, excluant la polysémie et l’hermétisme. Si la forme est la même, les sujets sont différents. En fait, pour Levalet, la Ville est un vaste terrain de jeu. Des espaces de l’environnement urbain sont « détournés » pour offrir aux passants des scènes insolites, souvent surréalistes qui arrachent, pour le moins,  un sourire aux badauds, et, pour ceux qui le veulent, une « réflexion » sur notre vie, nos existences, nos destins. Ces « exploitations » du hasard, du fortuit, du conjoncturel, sont à tiroir : un clin d’œil pour la surface des choses et, dans le même temps, une authentique réflexion amusée et désabusée sur nous-mêmes et sur notre société. C’est la surprise de l’endroit trouvé qui alimente « l’inspiration » de l’artiste. L’amusement viendra parfois du rapport entre le lieu donné et l’affiche peinte. Parfois, toujours en partant du lieu, c’est une scène qui nous est donnée à voir ; une saynète avec plusieurs personnages et un décor. Rien de systématique. Levalet semble s’amuser de ces rencontres entre des lieux et son imaginaire. Il en profite comme un moderne La Bruyère pour dresser des portraits, changer la destination des choses et des espaces, instruire quelques procès sans renoncer à l’humour, souvent noir et douloureux.

 

Levalet n’est pas Ernest Pignon-Ernest. Ses interventions dans la Ville, des affiches collées, sont des jeux de l’esprit. Il s’amuse de tout, d’une tête de bœuf en bronze ornant la façade d’une école publique dans le Marais, d’un édicule de la voirie de Paris, d’une porte d’hôtel condamnée. Tout lui est prétexte au rire, au délire, à la mise en scène. C’est peut-être l’expression qui convient pour définir son talent : c’est un metteur en scène qui a la Ville pour décor. 

Image: 

Une oeuvre de Levalet exposée récemment dans une galerie parisienne.

Un hôtel fermé depuis des lustres, une invite au plaisir tarifé.

Une tête de boeuf, une école publique, une curieuse métamorphose en scribe assis directement issu d'un imaginaire de l'Egypte antique.

Une banale armoire électrique, une porte s'ouvre, une cohorte de cols blancs à la triste mine en sort.

Tous les mêmes, interchangeables : pantalon noir, chemise blanche, cravate rouge.

Un édicule de voirie en face d'écoles.

La construction devient un atelier d'art brut et une galerie. Le galeriste "appuie" sa compétence sur un traité. derrière lui, les œuvres.

L'atelier. Un élève en sarrau, la bouche ouverte tant la concentration est grande peint...un rond, pas vraiment circulaire.

La gestation de l'art brut.

L'imagerie début du XXème siècle est "brisée" par un anachronique écriteau.

Commentaires

Portrait de Marie Christian
Es-tu sûr que le Do not disturb appartient à Levalet ? Il a coexisté sur le même édicule, place de Bitche, avec une drag queen de Suriani…
Portrait de Marie Christian
Es-tu sûr que le Do not disturb appartient à Levalet ? Il a coexisté sur le même édicule, place de Bitche, avec une drag queen de Suriani…
Portrait de Marie Christian
Es-tu sûr que le Do not disturb appartient à Levalet ? Il a coexisté sur le même édicule, place de Bitche, avec une drag queen de Suriani…

Ajouter un commentaire

Du même auteur

L'enlèvement d'Europe.

,

Orphée et Eurydice.

,

Diane et Actéon.

,

L'écorchement de Marsyas par Apollon.

,

Autoportrait de l'artiste.

,

Expiation du péché d'orgueil.

,

Don de tunique à un mendiant.

,

Saint François parlant aux oiseaux.

,

Chutes d'après Hokusai.

,

Paysage avec colline et arbres.

,

Pont.

Mur peint et ensemble de statues en bronze situés à Chinatown.

,

La figure du "coolie", portefaix situé au bas de la hiérarchie sociale au 19ème siècle.

,

Un peintre représente la figure traditionnelle de l'écrivain public. L'écriture et la langue, en mandarin, est une décision de l'Etat qui a interdit les autres langues chinoises.

,

Immense fresque récente située à Little India.

,

Les métiers traditionnels des Singapouriens d'origine indienne sont représentés.

,

L'entretien du linge.

,

Une figure des "petits métiers" des Indiens d'avant la décolonisation.

,

Des rôles et des gestes inscrits dans la mémoire de la communauté indienne.

,

La livraison des draps. Une autre figure du passé.

Installation galerie.

,

Toile.

,

Installation

,

Toile

,

Toile

,

Toile

,

E.Lacan dans son atelier.

,

Toile

,

toile

,

toile

,

toile

,

toile

,

toile

,

toile

,

toile

Marchal Shaka.

,

Une exécution longue, deux journées furent nécessaires, d'une incroyable minutie.

,

Le portrait en cours d'achèvement.

,

Dans l'apparente anarchie des "bandes", l'expression est construite par celui qui regarde.

,

Beauté formelle/ monstruosité.

,

Un portrait. Ce n'est pas la couleur qui crée à elle seule le malaise.

,

Un monstre? Une image de la souffrance sublimée par le trait.

,

Lithographie. Des formes constitutives qui fuient.

,

La douleur, toujours présente.

,

Démon?, projection de nos peurs et du drame de l'existence humaine.

Célèbre collage de J.Prévert.

,

Collage de Prévert, détournement des images "saintes".

,

Le Mur Oberkampf.

,

Collage "sauvage" dans la rue.

,

Lithographie de Madame.

,

Compositions.

,

Composition

,

Composition.

,

Composition.

,

Madame dans son atelier (l'artiste cache systématiquement son visage sur toutes les photographies)

Un visage caché : un portrait tronqué.

,

Un portrait de face ; une main cache une partie du visage.

,

Jana et JS. Une pose familière (les vêtements, les pieds nus etc.). L'ensemble évoque l'intimité d'un couple. Un couple qui se montre et se cache.

,

Une pose de 3/4 digne de "La demoiselle à la perle", si ce n'est l'angle qui cache le visage au lieu de le montrer.

,

Une variante sur une pose de face.

,

Importance du lieu du collage. Pieds nus, robe relevée, tête tournée masquant l'identité.

,

Un portrait de face. Une belle scène d'amour et de réconfort.

,

Deux portraits masqués insufflant de la vie à un intérieur "modeste".

,

Un portrait de 3/4 arrière, des tons pastels, une belle lumière.

,

Portrait du couple avec chat.

,

Élément de décor.

,

Détail du décor.

Apocalypse 10-3, inspirée d'un passage des Evangiles et de la vue d'une rivière polluée par une usine quand il était enfant.

,

Cerbère.Le chien a 3 têtes garde une porte, celle des Enfers.

,

La Chute d'Adam, inspirée de la Bible.

,

Seule fresque peinte à Lisbonne.

,

Virtutibus Malorum

,

Lazare, une analogie avec le Lazare des Evangiles.

,

Abracadabra. Le mur de la maison représente une façade, qui, comme un rideau tiré dévoile l'intérieur d'une sorcière moderne. Pour le plaisir de l'illusion et son mystère.

,

Sons of April

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN