semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Levalet, mettre la Ville en scène.

Le 05 juillet 2017

 

Les street artists ont, le plus souvent, deux productions : une production « dans la rue » et une production pour la galerie. Il y a bien sûr beaucoup de points communs entre les interventions en milieu urbain sous la forme de fresques ou de « murs » et les « œuvres nomades » destinées aux galeries. J’ai déjà, à plusieurs reprises, commenté les œuvres de Marko93 qui réalise « dans la rue » des œuvres de grandes dimensions et en atelier des toiles. Pour que s’exprime pleinement son talent, seuls les formats de plus d’un mètre carré lui conviennent. Cela étant, qu’il peigne un jaguar sur un mur ou sur une toile, les exécutions et les rendus sont sensiblement les mêmes.

Levalet fournit un contrexemple intéressant. Ses œuvres pour la galerie sont remarquables ; on y retrouve son dessin, sa palette et les thèmes qu’il affectionne. Elles sont souvent drôles, absurdes, parfois poétiques. Avec sensibilité, elles abordent des problématiques proches de nos préoccupations : l’Homme écrasé par les machines, sa solitude, son désarroi. Toujours sans pathos, sans dramatisation excessive. L’artiste n’est pas un procureur, encore moins un politique qui pense pour nous. Il montre des situations dans lesquelles chacun se reconnaît,  avec un sourire en coin, comme un Auguste triste.

Sa production « dans la rue » est semblable. Semblable, c’est-à-dire que nous y retrouvons son « style », ce dessin à l’encre de Chine, parfois rehaussé de quelques couleurs, un trait fort, une ligne « claire ». Un dessin qui renonce au réalisme, à la copie du Réel, mais un dessin aisément lisible, excluant la polysémie et l’hermétisme. Si la forme est la même, les sujets sont différents. En fait, pour Levalet, la Ville est un vaste terrain de jeu. Des espaces de l’environnement urbain sont « détournés » pour offrir aux passants des scènes insolites, souvent surréalistes qui arrachent, pour le moins,  un sourire aux badauds, et, pour ceux qui le veulent, une « réflexion » sur notre vie, nos existences, nos destins. Ces « exploitations » du hasard, du fortuit, du conjoncturel, sont à tiroir : un clin d’œil pour la surface des choses et, dans le même temps, une authentique réflexion amusée et désabusée sur nous-mêmes et sur notre société. C’est la surprise de l’endroit trouvé qui alimente « l’inspiration » de l’artiste. L’amusement viendra parfois du rapport entre le lieu donné et l’affiche peinte. Parfois, toujours en partant du lieu, c’est une scène qui nous est donnée à voir ; une saynète avec plusieurs personnages et un décor. Rien de systématique. Levalet semble s’amuser de ces rencontres entre des lieux et son imaginaire. Il en profite comme un moderne La Bruyère pour dresser des portraits, changer la destination des choses et des espaces, instruire quelques procès sans renoncer à l’humour, souvent noir et douloureux.

 

Levalet n’est pas Ernest Pignon-Ernest. Ses interventions dans la Ville, des affiches collées, sont des jeux de l’esprit. Il s’amuse de tout, d’une tête de bœuf en bronze ornant la façade d’une école publique dans le Marais, d’un édicule de la voirie de Paris, d’une porte d’hôtel condamnée. Tout lui est prétexte au rire, au délire, à la mise en scène. C’est peut-être l’expression qui convient pour définir son talent : c’est un metteur en scène qui a la Ville pour décor. 

Image: 

Une oeuvre de Levalet exposée récemment dans une galerie parisienne.

Un hôtel fermé depuis des lustres, une invite au plaisir tarifé.

Une tête de boeuf, une école publique, une curieuse métamorphose en scribe assis directement issu d'un imaginaire de l'Egypte antique.

Une banale armoire électrique, une porte s'ouvre, une cohorte de cols blancs à la triste mine en sort.

Tous les mêmes, interchangeables : pantalon noir, chemise blanche, cravate rouge.

Un édicule de voirie en face d'écoles.

La construction devient un atelier d'art brut et une galerie. Le galeriste "appuie" sa compétence sur un traité. derrière lui, les œuvres.

L'atelier. Un élève en sarrau, la bouche ouverte tant la concentration est grande peint...un rond, pas vraiment circulaire.

La gestation de l'art brut.

L'imagerie début du XXème siècle est "brisée" par un anachronique écriteau.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Une longue fresque structurée par une diagonale traversant l'angle droit formé par les deux murs de l'atelier.

,

Une opposition de précis et de l'indistinct.

,

Un noir profond, un tracé puissant et dynamique.

,

L'extrême précision du dessin référée aux grandes dimensions de la fresque.

,

Des ruptures traits à peine esquissés/ noir profond.

,

L'illusion du réalisme.

, , ,

Un beau mur de briques d'un édicule de la Ville de Paris, sous un réverbère, une composition formée d'un personnage et de troncs d'arbres coupés.

,

Une "dame"le bras en écharpe. Quelques touches de couleur.

,

Les œuvres sont souvent signées d'une écriture cursive, bien scolaire.

,

Une scène de jeu d'enfant, des "messieurs et des dames" s’amusent.

,

Une situation avec deux personnages.

,

Un ange passe...sur les bords du canal Saint-Martin.

,

Un extra-terrestre.

,

Un autre ange...

,

Une "drôle de dame". Un portrait sur-mesure.

,

Une mère à l'enfant collée sur un "beau"mur (un pont du canal St. Martin)

,

Un "sous-titre", en forme de maxime.

Le caméléon symbolise l'Homme dans l'imaginaire de Sitou.

,

Le caméléon "prend" les couleurs du mur, comme une métaphore du destin de l'Homme qui "accepte" les heurs et malheurs.

,

Le fractionnement des aplats par des courbes puissantes et l'absence totale d'harmonie entre les couleurs (couleur chaude placée à côté d'une couleur froide, pas d'opposition chromatique avec les complémentaires etc.) signent le "style" de Sitou.

,

Une pile du pont de l'Ourcq (Paris XIXème arrondissement) peinte par Sitou.

,

Les têtes de la girafe et du caméléon sont ceintes d'un "halo" peint de couleur vive. Un des traits caractéristiques de la peinture de Sitou.

,

Malgré l'imbrication des traits, la forme de la tête est clairement lue par le spectateur.

,

Le caméléon, animal fétiche de Sitou.

,

Sitou Matthia, posant devant son caméléon.

Les chimères de Codex urbanus "traversent" les "calligraphes" de Dark's Snoopy.

,

Au mystère des symboles et des signes du writer s'ajoutent les créatures marines.

,

Des chimères empruntant des traits à plusieurs poissons.

,

Fig 101 Bestia Mirabilis

,

Fig 183 Chauliodus Rhinellus

,

Fig 62 Araneus Lupus

,

Fig 80 Sepia Lucanae

,

Martin Schongauer, le griffon, 15ème siècle. Un exemple de chimères.

L'intérieur du hangar. Une fonction polyvalente. Les murs sont décorés de fresques.

,

Un espace détente que les visiteurs s'approprient comme bon leur semble.

,

Un "petit coin" aménagé pour boire un verre entre amis.

,

La dalle (buvette, food trucks, hall of fame, skate etc.)

,

La buvette (fresque de Madame)

,

Superbe fresque haute de plus de 15m peinte par Swed Crew

,

Détail d'un Corto Maltese (Jow.L)

,

Le musée.

Le collage de Levalet sur le rideau de fer de la permanence des Républicains.

,

Détail de deux dormeurs : le fonctionnaire et le pompier.

,

La permanence des Républicains, rue de Crimée à Paris.

,

Détail du projet de Levalet et Hérard, rue Véron.

,

Détail du fil artistique. Deux collages, l'un de Levalet, l'autre d'Hérard.

,

Dans le renfoncement d'une porte condamnée, une "réponse" de Levalet à une chaussette d'Hérard accrochée à un fil à linge.

,

Après le décollage partiel des collages inférieurs, d'autres collages, moins artistiques.

,

La situation actuelle (provisoire, j'espère!)

"Le rêve", une oeuvre de commande, dont le thème a été imposé par les commanditaires.

,

La première phase de réalisation du portrait. Les principaux traits de la posture(3/4, tête inclinée, bras levé etc.) constituent le schéma de base de l'oeuvre.

,

La segmentation extrême de toutes les surfaces apparaît dans un deuxième temps.

,

Les yeux, le nez et la bouche structurent fortement le visage, facilitant la compréhension.

,

Au réalisme de la représentation de l’œil (iris, pupille, cils) s'opposent l'abstraction des lignes et l'arbitraire des couleurs.

,

L'ensemble des surfaces est l'objet d'un traitement graphique comparable.

,

Le fond garde une relative unité chromatique (traits bleu outremer sur fond bleu ciel)

,

Hommage rendu par Hopare à un ami décédé. La ressemblance est imposée par la situation.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN