semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Rencontre avec Kan, street pointillist.

Le 30 juin 2017

J’ai rencontré Kan lors d’Ourcq Living Colors[1], le 26 juin 2017. Il peignait des centaines de ronds de couleurs sur un panneau de plusieurs mètres carrés. Très gentiment, il a accepté de répondre aux questions que je me posais et de m’expliquer à la fois sa technique et son projet artistique.

 

Kan se présente comme un « street pointillist ». Ce néologisme anglo-saxon n’est pas affaire de mode. Il définit précisément son projet artistique. « Street » parce qu’il intervient dans l’espace urbain et que sa démarche issue du street art y reste apparentée. « pointillist, pointillism » parce que ces mots établissent un rapport direct avec le mouvement pointilliste et le recours à l’anglais traduit la différence entre sa recherche et le pointillisme de Seurat et Signac.

Il n’est peut-être pas inutile de rappeler ce qu’a été ce mouvement pictural principalement incarné par ces deux peintres français en 1880. Les impressionnistes ont été fascinés par la représentation de la lumière. En cela, ils ne furent pas les premiers. Il n’en est pas moins vrai que les techniques picturales pour rendre compte des lumières, de toutes les lumières (du soleil levant sur l’eau, des aubes, des brumes, des brouillards, des nuages, des crépuscules, des nuits etc.) ont eu une fonction toute particulière dans l’histoire de ce mouvement. Poursuivant en quelque sorte cette recherche, Seurat et Signac, inventèrent une nouvelle manière de représenter la lumière. Il me parait certain que ces artistes ont été marqués par les travaux d’optique sur la lumière solaire. Des savants montraient dans cette fin du XIXème siècle qu’en traversant un prisme de verre la lumière se décomposait selon différentes longueurs d’ondes. De l’infrarouge à l’ultraviolet, la lumière « transparente », « invisible », apparaissait comme la somme des couleurs du spectre. Inversement, en juxtaposant des points colorés, en réduisant la définition des points (en regardant le tableau de plus loin), les couleurs des points se « fondaient » créant une couleur qui est la synthèse des couleurs originelles. Ainsi, c’est l’œil de celui qui observe l’œuvre qui crée les couleurs.

Kan est parvenu au « pointillism » par un autre chemin. Fils des écrans (écrans des téléviseurs, écrans des ordinateurs, des tablettes, des smartphones), Kan est fasciné par les pixels. Après des essais de reproduction de pixels carrés (essayez avec une bombe aérosol, à main levé, de peindre un carré !), Kan opta pour des ronds. Sa technique est relativement simple (à comprendre !) Avec des pochoirs, il peint des points alignés horizontalement et verticalement distants d’environ 5 cm. Préalablement, à l’atelier, il a choisi une photographie et, en grossissant, obtient une image formée de centaines (voire de milliers !) de pixels. Cette image imprimée lui servira de modèle pour la création des œuvres. Réduisant volontairement le nombre des couleurs de la composition, il peint avec une infinie patience les ronds rouges, ensuite les ronds orange, les ronds noirs etc. Vue de près l’œuvre ne se « révèle »pas, comme disaient les photographes dans le secret de la chambre noire. De plus loin, notre définition baissant, les contours des points se confondent formant des aplats, des surfaces relativement homogènes, et…l’image apparait ! Là comme dans le pointillisme, c’est l’observateur qui crée (non la couleur) mais l’image.

Certains y verront une « curiosité », un genre d’aberrations optiques comme en montre le Palais de la Découverte à Paris. Ce n’est pas l’objectif de l’artiste. Son projet est plus ambitieux et bien plus intéressant. Il constate que ses œuvres sont photographiées le plus souvent avec des smartphones. La petite surface de l’écran joue le rôle de l’éloignement de l’œil par rapport à l’œuvre : elle « rapproche » les points et donne à voir une autre image que celle des points colorés. Pour Kan, nous voyons de plus en plus le Monde à travers des objectifs optiques qui nous donnent une représentation du Réel, représentation qui ne se confond pas avec lui. La fréquentation des écrans change-t-elle notre regard sur le Monde ?

Les interventions de Kan dans la rue et son travail en galerie sont en complète cohérence. Sans pontifier, sans jargonner, sans théoriser, avec modestie, Kan explore les mondes des représentations et, comme tout artiste, suscite chez celui qui regarde de profonds questionnements.


[1] Ourcq Living Colors est un événement organisé par le street artist Da Cruz et l’association « Culture passages ». Il se déroule tous les ans dans le 19ème arrondissement de Paris.

Image: 

Work in progress. Les points noirs peints au pochoirs sont "remplacés" par des cercles de couleurs.

Le plan moyen de l'oeuvre dessine une image abstraite qui ne permet pas au spectateur d'anticiper la "future" image.

En s'éloignant, des formes apparaissent suffisamment significatives pour comprendre qu'il s'agit d'un portrait.

L'éloignement ou la photographie "révèle" l'image.

La scène apparaît, dans toute sa complexité. Elle n'existera que dans l'esprit de celui à qui elle a été révélée.

Un portrait de Kan, devant ses portraits "rêvés".

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Une longue fresque structurée par une diagonale traversant l'angle droit formé par les deux murs de l'atelier.

,

Une opposition de précis et de l'indistinct.

,

Un noir profond, un tracé puissant et dynamique.

,

L'extrême précision du dessin référée aux grandes dimensions de la fresque.

,

Des ruptures traits à peine esquissés/ noir profond.

,

L'illusion du réalisme.

, , ,

Un beau mur de briques d'un édicule de la Ville de Paris, sous un réverbère, une composition formée d'un personnage et de troncs d'arbres coupés.

,

Une "dame"le bras en écharpe. Quelques touches de couleur.

,

Les œuvres sont souvent signées d'une écriture cursive, bien scolaire.

,

Une scène de jeu d'enfant, des "messieurs et des dames" s’amusent.

,

Une situation avec deux personnages.

,

Un ange passe...sur les bords du canal Saint-Martin.

,

Un extra-terrestre.

,

Un autre ange...

,

Une "drôle de dame". Un portrait sur-mesure.

,

Une mère à l'enfant collée sur un "beau"mur (un pont du canal St. Martin)

,

Un "sous-titre", en forme de maxime.

Le caméléon symbolise l'Homme dans l'imaginaire de Sitou.

,

Le caméléon "prend" les couleurs du mur, comme une métaphore du destin de l'Homme qui "accepte" les heurs et malheurs.

,

Le fractionnement des aplats par des courbes puissantes et l'absence totale d'harmonie entre les couleurs (couleur chaude placée à côté d'une couleur froide, pas d'opposition chromatique avec les complémentaires etc.) signent le "style" de Sitou.

,

Une pile du pont de l'Ourcq (Paris XIXème arrondissement) peinte par Sitou.

,

Les têtes de la girafe et du caméléon sont ceintes d'un "halo" peint de couleur vive. Un des traits caractéristiques de la peinture de Sitou.

,

Malgré l'imbrication des traits, la forme de la tête est clairement lue par le spectateur.

,

Le caméléon, animal fétiche de Sitou.

,

Sitou Matthia, posant devant son caméléon.

Les chimères de Codex urbanus "traversent" les "calligraphes" de Dark's Snoopy.

,

Au mystère des symboles et des signes du writer s'ajoutent les créatures marines.

,

Des chimères empruntant des traits à plusieurs poissons.

,

Fig 101 Bestia Mirabilis

,

Fig 183 Chauliodus Rhinellus

,

Fig 62 Araneus Lupus

,

Fig 80 Sepia Lucanae

,

Martin Schongauer, le griffon, 15ème siècle. Un exemple de chimères.

L'intérieur du hangar. Une fonction polyvalente. Les murs sont décorés de fresques.

,

Un espace détente que les visiteurs s'approprient comme bon leur semble.

,

Un "petit coin" aménagé pour boire un verre entre amis.

,

La dalle (buvette, food trucks, hall of fame, skate etc.)

,

La buvette (fresque de Madame)

,

Superbe fresque haute de plus de 15m peinte par Swed Crew

,

Détail d'un Corto Maltese (Jow.L)

,

Le musée.

Le collage de Levalet sur le rideau de fer de la permanence des Républicains.

,

Détail de deux dormeurs : le fonctionnaire et le pompier.

,

La permanence des Républicains, rue de Crimée à Paris.

,

Détail du projet de Levalet et Hérard, rue Véron.

,

Détail du fil artistique. Deux collages, l'un de Levalet, l'autre d'Hérard.

,

Dans le renfoncement d'une porte condamnée, une "réponse" de Levalet à une chaussette d'Hérard accrochée à un fil à linge.

,

Après le décollage partiel des collages inférieurs, d'autres collages, moins artistiques.

,

La situation actuelle (provisoire, j'espère!)

"Le rêve", une oeuvre de commande, dont le thème a été imposé par les commanditaires.

,

La première phase de réalisation du portrait. Les principaux traits de la posture(3/4, tête inclinée, bras levé etc.) constituent le schéma de base de l'oeuvre.

,

La segmentation extrême de toutes les surfaces apparaît dans un deuxième temps.

,

Les yeux, le nez et la bouche structurent fortement le visage, facilitant la compréhension.

,

Au réalisme de la représentation de l’œil (iris, pupille, cils) s'opposent l'abstraction des lignes et l'arbitraire des couleurs.

,

L'ensemble des surfaces est l'objet d'un traitement graphique comparable.

,

Le fond garde une relative unité chromatique (traits bleu outremer sur fond bleu ciel)

,

Hommage rendu par Hopare à un ami décédé. La ressemblance est imposée par la situation.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN