semaine 33

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

Rencontre avec Kan, street pointillist.

Le 30 juin 2017

J’ai rencontré Kan lors d’Ourcq Living Colors[1], le 26 juin 2017. Il peignait des centaines de ronds de couleurs sur un panneau de plusieurs mètres carrés. Très gentiment, il a accepté de répondre aux questions que je me posais et de m’expliquer à la fois sa technique et son projet artistique.

 

Kan se présente comme un « street pointillist ». Ce néologisme anglo-saxon n’est pas affaire de mode. Il définit précisément son projet artistique. « Street » parce qu’il intervient dans l’espace urbain et que sa démarche issue du street art y reste apparentée. « pointillist, pointillism » parce que ces mots établissent un rapport direct avec le mouvement pointilliste et le recours à l’anglais traduit la différence entre sa recherche et le pointillisme de Seurat et Signac.

Il n’est peut-être pas inutile de rappeler ce qu’a été ce mouvement pictural principalement incarné par ces deux peintres français en 1880. Les impressionnistes ont été fascinés par la représentation de la lumière. En cela, ils ne furent pas les premiers. Il n’en est pas moins vrai que les techniques picturales pour rendre compte des lumières, de toutes les lumières (du soleil levant sur l’eau, des aubes, des brumes, des brouillards, des nuages, des crépuscules, des nuits etc.) ont eu une fonction toute particulière dans l’histoire de ce mouvement. Poursuivant en quelque sorte cette recherche, Seurat et Signac, inventèrent une nouvelle manière de représenter la lumière. Il me parait certain que ces artistes ont été marqués par les travaux d’optique sur la lumière solaire. Des savants montraient dans cette fin du XIXème siècle qu’en traversant un prisme de verre la lumière se décomposait selon différentes longueurs d’ondes. De l’infrarouge à l’ultraviolet, la lumière « transparente », « invisible », apparaissait comme la somme des couleurs du spectre. Inversement, en juxtaposant des points colorés, en réduisant la définition des points (en regardant le tableau de plus loin), les couleurs des points se « fondaient » créant une couleur qui est la synthèse des couleurs originelles. Ainsi, c’est l’œil de celui qui observe l’œuvre qui crée les couleurs.

Kan est parvenu au « pointillism » par un autre chemin. Fils des écrans (écrans des téléviseurs, écrans des ordinateurs, des tablettes, des smartphones), Kan est fasciné par les pixels. Après des essais de reproduction de pixels carrés (essayez avec une bombe aérosol, à main levé, de peindre un carré !), Kan opta pour des ronds. Sa technique est relativement simple (à comprendre !) Avec des pochoirs, il peint des points alignés horizontalement et verticalement distants d’environ 5 cm. Préalablement, à l’atelier, il a choisi une photographie et, en grossissant, obtient une image formée de centaines (voire de milliers !) de pixels. Cette image imprimée lui servira de modèle pour la création des œuvres. Réduisant volontairement le nombre des couleurs de la composition, il peint avec une infinie patience les ronds rouges, ensuite les ronds orange, les ronds noirs etc. Vue de près l’œuvre ne se « révèle »pas, comme disaient les photographes dans le secret de la chambre noire. De plus loin, notre définition baissant, les contours des points se confondent formant des aplats, des surfaces relativement homogènes, et…l’image apparait ! Là comme dans le pointillisme, c’est l’observateur qui crée (non la couleur) mais l’image.

Certains y verront une « curiosité », un genre d’aberrations optiques comme en montre le Palais de la Découverte à Paris. Ce n’est pas l’objectif de l’artiste. Son projet est plus ambitieux et bien plus intéressant. Il constate que ses œuvres sont photographiées le plus souvent avec des smartphones. La petite surface de l’écran joue le rôle de l’éloignement de l’œil par rapport à l’œuvre : elle « rapproche » les points et donne à voir une autre image que celle des points colorés. Pour Kan, nous voyons de plus en plus le Monde à travers des objectifs optiques qui nous donnent une représentation du Réel, représentation qui ne se confond pas avec lui. La fréquentation des écrans change-t-elle notre regard sur le Monde ?

Les interventions de Kan dans la rue et son travail en galerie sont en complète cohérence. Sans pontifier, sans jargonner, sans théoriser, avec modestie, Kan explore les mondes des représentations et, comme tout artiste, suscite chez celui qui regarde de profonds questionnements.


[1] Ourcq Living Colors est un événement organisé par le street artist Da Cruz et l’association « Culture passages ». Il se déroule tous les ans dans le 19ème arrondissement de Paris.

Image: 

Work in progress. Les points noirs peints au pochoirs sont "remplacés" par des cercles de couleurs.

Le plan moyen de l'oeuvre dessine une image abstraite qui ne permet pas au spectateur d'anticiper la "future" image.

En s'éloignant, des formes apparaissent suffisamment significatives pour comprendre qu'il s'agit d'un portrait.

L'éloignement ou la photographie "révèle" l'image.

La scène apparaît, dans toute sa complexité. Elle n'existera que dans l'esprit de celui à qui elle a été révélée.

Un portrait de Kan, devant ses portraits "rêvés".

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Le belvédère a été conçu pour offrir aux visiteurs un remarquable panorama de Paris.

,

Détail d'une fresque de Seth.

,

Les enfants sont au centre du projet de Seth.

,

Exemples de carreaux de mosaïque.

,

Les alternances de couleur "signent" l’intervention de l'adulte.

,

Le tronc fédère les branches et les feuilles.

,

Exemple d'une feuille.

,

Détail de la table d'orientation.

Détail du côté gauche. Les grands aplats sont composés de fragments de forme irrégulière.

,

Détail du côté droit. L'harmonie verte des fragments s'oppose au bleu des céramiques et à la blancheur des dents. Des galets ocres se marient au vert et au bleu.

,

Détail de l’œil gauche. Toutes les surfaces sont l'objet de fines décorations.

,

Sur fond de miroirs jaunes, un réseau noir, met en valeur une surface composée de millefiori et de "pastilles" céramiques.

,

Le même motif est repris mais décliné dans une autre dominante colorée.

,

L'intérieur du crâne, une rupture radicale (couleurs, motifs, etc.)

,

Un ciel de nuit traité plastiquement de manière plus classique. Au centre géométrique, un croissant de lune. Un dessin "naïf" qui l'apparente à l'Art brut d'un Douanier Rousseau et du Facteur Cheval.

La forme noire, quasi humanoïde, est comme l'écorché d'un immeuble : des "habitants" sont dessinés au feutre fin.

,

Une variation fantaisiste d'un portrait ; les yeux sont des visages.

,

Un foisonnement des visages d'enfants. Deux postures sont privilègiées : de face et de profil.

,

Une forme animale rouge, en aplat, recouvre partiellement des "dessins" d'enfants, des vrais et des réinventés.

,

Un portrait en buste, mêlant trait et lettrage poétique en cursive.

,

Une "figure" de l'ange.

,

Une frise qui évite la narration et la répétition des motifs.

Des visages, toujours différents, douloureux, accèdent à la représentation.

,

Un visage, un portrait singulier qui interroge la fonction moderne du portrait.

,

Visage mystérieux dans un lieu abandonné.

,

Une fresque de plus de 300 m2 représentant Jana, JS et leur chat.

,

JS cache son visage derrière celui de Jana et cache les yeux de sa compagne photographe de formation.

,

Le visage traduit un sentiment de confiance et de bonheur partagé.

,

Les personnages sont sereins, même le chat, compagnon du couple, traduit par sa posture la confiance et le plaisir d'un moment d'amour et de partage.

,

Une oeuvre signée par un couple, acteur et sujet de leur art.

Fresque peinte dans la rue dans le quartier de Ménilmontant. Nous retrouvons les Gugusses et des objets récurrents dans l'oeuvre d'Hérard, des bouées (pour nous sauver?), des chaises (pour voir plus loin?). Photographie Richard Tassart.

,

Tableau De P.Hérard. Un personnage, à peine esquissé. A côté de sa tête (où dedans?) un autre personnage (à moins que cela soit le même?), dans une position fœtale.

,

Une fontaine désaffectée dans le hall de la gare St. Lazare. De part et d'autre, 4 hommes partagés en 2 camps, s'affrontent ; les bleus contre les rouges. Collage de Levalet (photographie R.Tassart)

,

"Les chemins de traverse". Une oeuvre allégorique du drame de la migration. Un camion chargé d'un côté de pauvres gens et de l'autre de leurs pauvres bagages. Un camion sans chauffeur, à l'arrêt. Le fond est une carte du monde. Toile de Levalet.

,

Toile de Marko93. Une peinture d'une grande force (la puissance contenue du fauve). Un "compromis" entre réalisme et abstraction.
Photographie R.Tassart.

,

Tableau de Marko93. Les "calligraphes" en colonnes "s'émancipent" de la calligraphie. Les variations d'épaisseur du trait confèrent dynamisme et énergie au geste de l'artiste. Photographie R.Tassart.

Une oeuvre de Levalet exposée récemment dans une galerie parisienne.

,

Un hôtel fermé depuis des lustres, une invite au plaisir tarifé.

,

Une tête de boeuf, une école publique, une curieuse métamorphose en scribe assis directement issu d'un imaginaire de l'Egypte antique.

,

Une banale armoire électrique, une porte s'ouvre, une cohorte de cols blancs à la triste mine en sort.

,

Tous les mêmes, interchangeables : pantalon noir, chemise blanche, cravate rouge.

,

Un édicule de voirie en face d'écoles.

,

La construction devient un atelier d'art brut et une galerie. Le galeriste "appuie" sa compétence sur un traité. derrière lui, les œuvres.

,

L'atelier. Un élève en sarrau, la bouche ouverte tant la concentration est grande peint...un rond, pas vraiment circulaire.

,

La gestation de l'art brut.

,

L'imagerie début du XXème siècle est "brisée" par un anachronique écriteau.

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN