semaine 39
Portrait de Richard Tassart
"Street/Art", le blog de Richard Tassart

« We the people », la campagne anti-Trump de Shepard Fairey.

Le 01 mars 2017

 

La campagne de Barack Obama de 2008 a été étroitement associée à une image, l’affiche de Shepard Fairey. Elle reprenait une photographie de l’ancien président et déclinait en bleu, blanc et rouge (les couleurs du drapeau américain) le portrait du premier candidat noir à l’élection présidentielle américaine. Cette image traitée comme un pochoir illustrait le slogan de campagne : « Hope » (espoir). Deux autres mots-concepts sous-titraient également l’affiche : « Vote » et « Change ».

Ce « visuel » eut un succès planétaire à tel titre que son graphisme a été maintes fois repris, copié, détourné. Les candidats de cette manière créaient un lien avantageux entre eux-mêmes et le président Obama[1]. Le portrait tricolore devint ainsi une image-icône.

La récente élection de Donald Trump a provoqué dans de nombreux états américains des mobilisations de masse. Son élection n’est guère contestée sur des fondements juridiques[2]. Ce sont les idées qu’il a développées pendant sa campagne et les décrets qu’il a signés qui sont à l’origine de puissants mouvements sociaux. En regardant comme tout un chacun les images de ces manifestations, j’ai été frappé par le nombre des affiches qui reprenaient le graphisme du portrait d’Obama par Shepard Fairey. Il n’est pas courant qu’un street artist joue un rôle politique de cette importance et sa campagne valait qu’on s’y attarde.

Le 10 janvier 2017, Shepard Fairey a lancé un ambitieux projet qu’il a nommé « We the people »[3]. L’artiste s’est adjoint Aaron Huey et The Amplifier Foundation pour lancer une campagne sur Kickstarter, un site américain de financement participatif. La somme des dons a dépassé le budget espéré (1 365 005 dollars/60 000). Le financement a alors permis  d’acheter une page entière de publicité dans un quotidien national, le Washington Post, qui est paru le 20 janvier. Ces pages éventuellement collées sur un support sont devenues autant de banderoles pour lutter contre « la haine, la peur et le racisme décomplexé qui ont été banalisés pendant la campagne présidentielle de 2016 ». Le complément de financement a été utilisé pour imprimer les portraits de Shepard Fairey et les distribuer gratuitement.

Trois affiches ont été dessinées par Shepard Fairey. Elles représentaient des femmes : une hispanique, une musulmane et une afro-américaine. Elles étaient composées de la même manière. Le nom de la campagne, « We the people » était suivi de trois courtes phrases : « defend dignity », « protect each other », « are greater than fear »[4]. Chaque phrase est un écho des problèmes que rencontrent les Hispaniques, les Noirs et les musulmans et les projets de Donald Trump : les humiliations supportées par les premiers (le projet de renvoi de 12 millions d'immigrés clandestins, le projet de construction d'un mur à la frontière du Mexique par exemple), les homicides de jeunes Noirs par des policiers blancs et la ségrégation de fait des Noirs après le vote des droits civiques, la méfiance envers les Américains de confession musulmane après les attentats du 11 septembre 2001. Trois portraits et 3 phrases courtes qui prenaient le contrepied radical des options politiques de Donald Trump et proposait un projet de société en tout point contraire au programme du Président des Etats-Unis.

Shepard Fairey qui s’était impliqué dans la campagne de Barack Obama par le graphisme d’une affiche a pris dans la contestation à Donald Trump et à sa politique une dimension nouvelle : il est à l’initiative d’une campagne nationale pour rassembler les financements nécessaires à l’impression et à la diffusion de milliers d’affiches qui ont touché le cœur de millions d’Américains et eut des répercussions internationales.


[1] Une affiche de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la précédente élection présidentielle a repris les codes iconiques de l’affiche de Shepard Fairey.

[2]Nous savons que s’il a obtenu la majorité des Grands Electeurs, il a obtenu moins de voix que la démocrate Mme H. Clinton

[3] « Nous le peuple » sont les premiers mots de la Constitution des Etats-Unis.

[4] « défendons la dignité », « nous protégeons les uns les autres », « sommes plus grands que la peur ».

 

Image: 

L'affiche-icône de la campagne d'Obama.

Un exemple français d'un détournement de l'affiche-icône de Shepard Fairey.

Une image des manifestations de masse affirmant à la fois la diversité de la population américaine, son caractère multiculturel, sa profonde unité et le refus des ségrégations.

Les codes graphiques de l'affiche de 2008 sont repris (composition, couleurs, portrait)

Les dreadlocks affirment l'identité culturelle des Afro-américains.

Le voile islamique est un drapeau américain ; une affirmation d'une grande lisibilité de l'intégration des musulmans à la société américaine.

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !