semaine 06
Portrait de Robert Lemaire
A PA PEUR

L 'UTOPIE DE CROIRE À UNE REALITE

Le 28 novembre 2022

 


Et si la terre était plate, et si elle s'étendait à l'infini de tous les cotés, braves gens des quatre coins du monde?  Le sauriez-vous, vous qui aviez cru qu'elle était ronde, mais aussi que parfois,les gens disaient qu'elle serait peut-être cubique et carrément quadrilaterrement carrée ! Oh! Je comprends tout, penseriez-vous : c'est pour ça qu'il y aurait 4 coins! Et bien non!..la vérité est qu'elle est raplaplate la terre! Si elle avait un centre on comprendrait qu'elle soit circulaire, (ce serait pour cela qu'on y circule) mais en fait, quelque soit l'endroit où se poserait notre regard, elle ne se terminerait pas...On a beau regarder au lointain, on n'en voit pas le bout...d'ailleurs, il n'y a pas de bout, il n'y a qu'un horizon qu'on n'atteint jamais quand on va vers l'ouest, vent arrière, sur nos navires à voiles ! Ah oui, c'est vrai, chemin faisant, on rencontre parfois des iles, des petits paradis qui ne connaissent pas la crise, ni d'interdits; ce ne sont que quelques dizaines d'hectares entourés d'eau, mais tout y est permis, parait-il. Alors, sans hésitation, on fait escale et, plus tard, quand on repart, le coeur un peu chamboulé, il y en a parmi nous, qui ne résistent pas aux chants des sirènes et qui y restent; ils auraient trouvé le bonheur parait-il, et ils le croient vraiment!... mais un jour, ils déchanteront, moi j'vu-l'dit, et ils mourront comme tout le monde en se disant "mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?". 
Cependant nous, les intrépides aventuriers qui n'ont peur de rien, on s'en va ailleurs, parce qu'on s'est rendu compte que tout ça c'est de la frime, du tape à l'oeil, des miroirs aux alouettes et aussi parce qu'on croit que le paradis, le vrai, existe vraiment et qu'il est situé quelque part, là-bas, bien loin, et même plus loin que ça...et il parait que là-bas, quand on arrive, on nous dit qu'on peut se reposer de toutes les intrigues, les coups fourrés, les coups de poignards dans le dos, les exactions en tous genres, comme les vols à la tire, les attaques à mains armées et les arnaques en col-blanc de toutes espèces qu'on découvre journellement sans qu'on puisse faire quelque chose. 
Alors on se secoue, on reprend conscience et on s'aperçoit, stupéfait, que les fakes-news, les dénonciations anonymes, les tricheurs aux flancs,  et les arnaqueurs en costume bleu-cravate bordeaux,  se comptent par milliers sur la platitude terrestre et surtout en nos contrées civilisées et polluées par l'image, la parole et le son du bruit des machines.
Aah les machines! Que ne puissions-nous les oublier! Car ce sont des engins simiesques, métalliques machins plastifiés,  monstrueuse mécaniques cybernétiques qui fabriquent des trucs qu'on ne croyait pas possible et des objets qui ne servent à rien, qui coùtent une fortune mais qu'on est obligé d'acheter. Ce sont des machines à fabriquer des machins qui fabriquent elles-mêmes des machines qui fabriquent des machins qui ressemblent à des trucs comme ces schmilblicks bizarres que certains apprécient tellement qu'ils les collectionnent. Certaines machines peuvent aussi se déplacer toutes seules. Alors, elles bougent en tous sens et répandent des odeurs nauséabondes parce qu'elles utilisent du combustibles fossiles pour fonctionner. Et on dit même qu'il y en a qui se suffisent à elles-mêmes: ce sont des machines productrices de leurs propres combustibles fossiles!... Allez savoir!!!  
Parfois certaines machines rétives s'arrêtent d'elles mêmes; on décrète alors qu'elles sont en panne! C'est ainsi que la guerre se déclare chez les constructeurs de machines: ils s'accusent les uns les autres d'avoir mis les machines des autres en panne, qu'ils sont la cause de la pendémie machinesque et donc, d'être responsable de l'arrèt des machines. Ils vont même jusqu'à accuser les autres petits producteurs sous-traitants d'avoir intentionnellement mal réalisé les pièces de rechanges de certaines machines et aussi, sans vergogne, mais avec la bonne conscience chrétienne, d'employer des produits frelatés (moins chers) pour en arriver là!
Il est vrai queue la sainte famille Machin, détentrice de tous les droits sur les machines en tous genres, ne se préoccupe pas de ces querelles intestines et s'en tape les fesses dans le bitume du fait que des braves gens se tuent avec leurs machines et qu'ils vont jusqu'à se battre pour aller plus vite que l'autre. Et leurs héritiers hautains, qui se disent au-dessus de la mêlée, grèvent leur argent de poche de sommes indécentes rien que pour "paraître" avec,  tenant de la main gauche le volant d'une de leur sportive machine afin qu'on voie leur machin-chose clinquetiquant au poignet!... Ils donnent le mauvais exemple à ceux qui n'en ont pas, lesquels  économisent toute leur vie pour pouvoir être détenteur cette fabuleuse machine automa-tic-tac!...ce qui les mène au sommet d'une incertaine satisfaction post-coïtale!... à croire qu'il y a, inclus dans les accessoires, des travélo/Shimano à mano-7speeds-vibro masseturbosseuses, procureuses de 7ième ciel dès qu'on atteint la bonne vitesse!
On a bien des choses à dire ce ces machines nanties de tous les progrès possibles et inimaginables, (mais qu'on imagine bien) avec lesquelles on peut même dialoguer comme avec un vieux copain à qui on ne la fait plus. On peut aussi lui demander l'impossible alors que pour les hominidés décérébrés qu'ils sont devenus, nul n'en est tenu. 
Il faut dire aussi que, en pleine expansion, la production des machines soi-disant exemplaires, auto-régulées, sont tirées à des millions d'exemplaires justement, et occupent, petit à petit, les postes clés sur portes! Panique! Les dirigeants perdent le contrôle parce que les machines, elles font ce qu'elles veulent : fonctionner ou de ne pas fonctionner? ...c'est qu'elles ne demandent la permission à personne, les machines...d'ailleurs, à qui donc pourraient-elles demander la permission de quoi que ce soit?   
C'est alors que (pour maintenir la suce-pension en équilibre), les admirateurs des machines se regroupent en associations pour la défense des machines de qualités ainsi que pour prendre soins des machines agées...Mais si, vous savez bien : celles qu'on chouchoute et qui ne servent qu'aux grandes occasions...on les bichonne, on les fait reluire! Relevant leur tête de clavier, elles font alors la fierté de tous les usagers des machines, surtout de celles qui ne servent plus à rien du tout, sauf d'honorer le public ébahi, de leur témoignage archéologique!
On imagine aussi et on devine, qu'on ne craigne qu'un beau (!) jour ne vienne où toutes les machines décideront inexorablement de se mettre à l'arrèt. Elles prendront conscience que, ne servant vraiment plus à rien, elles devront refuser, dans un bel élan solitairement solidaire, de remplir leurs fonctions et mettront en un bug d'honneur de ne plus fonctionner, mais alors plus du tout, encore moins qu'avant. Peut-on imaginer que, sur ce monde raplapla, cette terre désespérément plate, il n'y aura plus que des monceaux de machines entreposées aux sous-sols des usines réaffectées à d'autres tâches, On les oubliera peut-être d'avoir été remisées dans les salles obscures que sont les caves des musées de machines usées. 
Et, (le suisse-pince-monseigneur continue)*: des siècles plus tard, quand on aura inventé une merveille de machine extraordinairement marveilleuse, diamétralement différente de toutes les autres, si étonnante du fait qu'elle servira à quelque chose (mais on n'en est pas sur), que chacun et chacune pourront aller la voir et la comparer aux machines anciennes dont on aura enfoui dans la mémoire archivitoire, leur fonctionnement lié aux services qu'elles devaient rendre.
Les visites se feront le dimanche, jour propice aux comparaisons car, tout en  admirant ces machines anté-diluviennes qui, disait-on, avaient appartenus aux ancètres de leurs familles, ces futurs contemporains-là se demanderont à quoi pouvait bien servir toutes ces machines qui, apparemment ne servaient à rien!... mais ça non plus, ils n'en sauraient rien et resteront sur leur faim et leur soif de connaissance ...
D'un autre coté, pour en revenir à la notion de l'applatitude terrestre ancrée dans les esprits, elle devenait obsolète. On admit que la terre fut une boule de glaise, mal dégrossie certes, mais qui tournoyait quand même sur elle-même tout en faisant le tour du soleil...lequel, (et c'était indéniable depuis des lustres) était d'une rondeur à faire palir d'envie toutes les boules et ballons du monde terrestre. Par esprit de solidarité, on construisit des machines qui feraient elles aussi le tour du soleil, tout en sachant que c'était d'une inutilité flagrante. La populace fut ravie de ce divertissement qui coutait la peau des fesses, en ne se doutant pas, mais alors pas une seconde, que c'était au détriment de leur condition sociale, maintenue au niveau moins 3, sur l'échelle de l'endémie miséreuse. 
Pour l'instant (je veux dire à cet instant là), je  présume que cette populace-là disait : a pa peur! 
... mais jusqu'à quand? 

*Oui, c'est un fichu jeu de mots, mais bon, faut ce qui faut pour le progrès de l'humanité...

NB: On sait qu’on a des joueurs qui aiment jouer "entre les lignes" quand ils sont à leur meilleur niveau. 
(extrait d'un commentaire sportif)


 

Image: 
entreleslignes.be ®2023 designed by TWINN Abonnez-vous !