semaine 34
Portrait de Robert Lemaire
A PA PEUR

Rêver c'est aussi vivre

Le 17 mai 2019

Mais que la vie est trépidante, stressante, aberrante, délirante, époustouflante, et je ne trouve plus (pour l’instant) de mots en « ante » pour qualifier ce don invraisemblable et magnifique qu’est la Vie !  Elle nous a été offerte, nous dit-on par je ne sais qui/ je ne sais quoi, que quelques-uns nomment Dieu, d’autres Yahvé, ou encore Allah et même pour certains Le grand Manitou … Cependant, si je puis écrire ces quelques phrases, et si vous pouvez les comprendre c’est en partie évidemment parce que nous parlons la même langue, le même langage, dont nous avons la fatuité de croire qu’il nous est prédestiné exclusivement… mais c’est aussi parce que nous sommes là, présent sur le pont, hic et nunc, en train de respirer, de manger, d’aimer, bref en deux mot comme en trois parce que nous sommes en vie !...Oui, ma bonne dame, nous sommes des êtres vivants, spécialement doués pour la communication, dotés aussi de facultés incroyables comme celles de fabriquer des machines volantes ou des engins qui se déplacent sur 4 roues, ou encore d’avoir inventé des petits appareils qui tiennent dans le creux de la main et avec lesquelles on peut communiquer jusqu’à l’autre bout de la planète…..

 

Ne dit-on pas : l’espoir fait vivre !...mais ce qu’on ne dit pas, c’est qu’il faut d’abord vivre pour avoir l’espoir de vivre encore, c’est comme l’œuf et la poule : qui vient en premier ?

Chez l’Homme, ce qui vient en premier c’est …? Non ce n’est pas The Voice, ni une choucroute garnie, ni un spaghetti bolognaise…

Bon, je répète la question : qu’est-ce qui vient en premier chez l’être humain ? …..noooon, ça ne peut pas être l’espoir, puisqu’il faut vivre d’abord, pour pouvoir penser et savoir ce qu’est l’Espoir…

Moi je dis que c’est la vie ! Ce qui nous anime, ce qui nous fait respirer sans même le savoir, ce qui nous fait battre le cœur sans même le vouloir, ce qui fait pousser les cheveux à notre insu, ce qui nous fait bondir pour rejoindre cette jolie femme qui nous a lancé un regard électrique ou ce qui vous fait jeter un regard éblouissant en direction de cet homme beau comme un soleil qui n’a de cesse de vous lorgner de haut ne bas et de bas en haut !  L’amour ! Le désir ! C’est ça la vie !  

 

Cependant, la vie n’est pas que « notre » vie personnelle… ! C’est aussi ce qui fait courir le guépard après sa proie, c’est aussi le vol de l’hirondelle bec ouvert pour attraper l’insecte qui va nourrir sa petite famille, c’est aussi la quête inlassable de l’abeille pour recueillir le nectar et c’est aussi, n’en doutez pas, les milliers de floraisons du pommier, du cerisier, du prunier, du poirier, de l’abricotier, de l’oranger, du citronnier, de l’olivier et du manguier, sans parler de l’if, du magnolia, du lilas, du hêtre , du chêne, du bouleau, de l’orme, du sapin, du baobab et je m’en voudrais si je ne citais pas ce qui constitue nos prairies, l’herbe grasse ou poussent les pissenlits, le sainfoin et la luzerne et …impossible de vous citer tout ce qu’il y a dans les prairies, puisque dans une pré, il y a environ 300 espèces d’herbacées ! Sans oublier ce qu’il y a aussi dans nos pelouses, les herbes dites mauvaises, comme les orties, la mousse, le trèfle et le mouron !

Alors, n’avais-je pas raison : la vie n’est-elle pas étonnante, pourquoi donc se faire du mouron ? 

Mourrons ? Vous avez dit mourrons ? Bon, oui d’accord, mais pas tout de suite : avant, il faudrait  vivre, sapristi !!!

 

Moi, ce qui me préoccupe, c’est la difficulté d’être ! Pourquoi ne pas oser afficher un optimisme béat qui détonne par rapport à la morosité ambiante ?...Suis-je en train de me lancer dans quelque chose à laquelle je ne devrais pas toucher ? Allons ! S’il est un problème que nous devons prendre en charge, c’est le problème existentiel ! Etre ou ne pas être ! La vie étant ce qu’elle est, comment faire pour passer par-dessus les ennuis quotidiens qui nous pourrissent la vie en commençant par le petit matin qui nous oblige à nous lever du bon pied, le droit…( j’avoue que j’ai pris l’habitude de me lever en pivotant sur la droite, ainsi c’est mon pied droit qui prend pied (c’est le cas de le dire) …

Donc voilà, c’est résolu, je me lève du pied droit ! Maintenant, reste à savoir ce que font les unijambistes qui ont perdu la jambe droite….Et, tout à coup me vient une question qui pourrait être banale si elle n’était pas tragique : Quand ils achètent des chaussures, les unijambistes doivent-ils prendre la paire ?

 

Ce qui nous amène à la marche. Celle qu’on fait à pieds. On ne peut en ignorer l’existence! Car qui dit marche dit distance à parcourir, et qui dit distance dit but à atteindre, qui dit but à atteindre dit raison de vivre, et qui dit vivre, dit manger-boire-aimer-partir-revenir-aller-venir-retourner-séjourner-stationner-rêver-dormir-se réveiller… et recommencer ainsi de suite tous les jours, sans oublier de marcher, de marcher, de marcher sans cesse…de marcher oui, mais sans se faire mal aux pieds, car on aura pris la précaution d’avoir acheté une bonne paire de brodequins, ces souliers de marche qui permettent de marcher et d’aller loin, très loin, le plus loin possible, sans se fatiguer, sans s’énerver, ( sans se faire du mouron…Mourrons, vous avez dit mourrons etc…) tout en essayant d’ignorer la mort. Un conseil : éloignez-vous de tout ce qui pourrait susciter des sentiments mortifères, du désespoir, du spleen, du moral bas, bref de ne plus retrouver sa raison d’être ! C’est certain, ces sentiments négatifs ne peuvent que nuire à la santé, de nuire à la vie même, alors que notre décision, c’est justement de préserver cette fichue vie, offerte à vous, gratuitement par je ne sais qui, je ne sais quand, et ça pour pas un kopeck….. Ce don de vie ne doit absolument pas être remboursé par je ne sais quelles bonnes actions qui vous achèteraient les meilleures places dans un paradis dont on vous a prétendu qu’il était le lieu idyllique que chacun désire !

Mais, bonne nouvelle : le paradis est sur terre ! Vous êtes d’accord ?…Seulement, il y a un hic, les jardins d’Eden sont très difficiles à trouver. J’en connais qui ont voyagés toute leur vie à la recherche de cet endroit. Vous savez bien : le pays où les alouettes vous tombent toute rôties dans la bouche, où 10000 vierges sont à votre service, le pays où sans rien faire de ses dix doigts, vous disposez d’un toit, de trois salles de bains, d’un parc arboré et d’un garage où dorment Mercédès, Tesla et Bmw  derniers modèles, le pays ou où tout est gratuit, où il n’y a ni voleur ni arnaqueur… un pays de cocagne où tout est permis, où il n’y a pas de guerre, où le frigo se remplit tout seul, où l’énergie sans fin est gratuite, où les hommes et les femmes s’aiment librement et où les voisins sont charmants, sans conflits de voisinages, sans bruits de tondeuse le dimanche matin, sans avions de ligne qui survolent à votre habitation à moins de 100 mètres !

Utopique ? Oui, je sais et alors?  

 

Ah non-non-non-non-non !….je refuse de croire que la misère est plus douce au soleil !... c’est de la vaste blague, des histoires de potaches ! Des histoires à dormir debout dans la fournaise de l’Afrique centrale ou les steppes de Mongolie… ! Que vous ayez chaud ou que vous ayez froid, n’empêche absolument pas d’avoir des crampes d’estomac parce que vous n’avez rien à vous mettre sous la dent.

Enfin quoi, comment peut-on ignorer que la population mondiale est en manque total de bien être !

Allons, ne fermons pas les yeux face à la réalité ! Merdalor !

N’est-ce pas justifié d’être de mauvaise humeur devant la bêtise humaine, devant le manque de compréhension, devant l’âpreté au gain faisant fi de toute commisération… ?

Bon ! Mea Culpa : je crois qu’avant de prôner la révolution pure et dure, je ferais mieux de m’extasier face à certains couchers de soleil et rêver à une réalité transcendée …

a pa peur, après tout !

 

 

 

 

 

Image: 

Commentaires

Portrait de Margaret Ringrose
J aime beaucoup.

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2019 design by TWINN