semaine 39

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Thierry Robberecht
Allo, allo, quelle nouvelle

Chagrin d'amour

Le 02 août 2018

Plus de vingt ans qu’ils vivaient ensemble soudés l’un à l’autre. Vingt ans qu’ils occupaient la même place à table et dans le lit conjugal. Peut-être en avait-elle marre d’être toujours à sa gauche dans le lit et en face de lui pendant les repas ? Peut-être qu’elle en avait marre de savoir à l’avance ce qu’il allait dire et ce qu’il était en train de penser. Il ’ignore pourquoi elle est partie car elle n’a donné aucune explication. Elle ne sait pas vraiment pourquoi elle vécut vingt ans avec lui ni pourquoi elle est partie. Il le fallait probablement.

Elle est partie si brutalement qu’elle lui a arraché le bras et une partie du flanc du côté où elle dormait soudée à lui. Dans le miroir, il n’est pas beau à voir. A la place de la chair arrachée, son flanc saigne abondement. Ses côtes,son cœur et son poumon gauche sont visibles. Son cœur bat trop vite mais il ignore Si l’organe s’emporte parce qu’elle est partie ou parce qu’il est terrorisé par la lumière aveuglante de la salle de bain alors que depuis toujours, il battait dans le noir. Peut-il sortir comme çà pour se rendre au bureau ? Oui s’il dissimule son flanc blessé sous une veste. Ses collègues qui ne s’intéressent pas beaucoup à lui n’y voient que du feu

- Tu as une petite mine aujourd’hui

- Sabine m’a quitté hier soir.

- Mon pauvre Thomas ! J’imagine que c’est dur mais tu verras, tu vas souffrir pendant quelques semaines et puis, tu n’y penseras plus.

- Tu crois ?

- J’en suis certain. Dans un mois, cette rupture ne sera plus qu’un mauvais souvenir, crois-moi.

Il se mit au travail avec l’espoir de reprendre le cours de sa vie même si, plusieurs fois, il faillit s’évanouir à cause de l’intensité de la douleur mais il tint bon. Il n’était pas du genre à étaler ses blessures en public.. Il comprend aussi qu’il sera délicat de faire une nouvelle rencontre amoureuse. En amour, tôt ou tard, on se dévoile physiquement ou mentalement. Son corps mutilé ne peut qu’horrifier la femme dont il pourrait faire la connaissance.

A la fin de la journée, son flanc gauche le fait tellement souffrir qu’il décide de consulter un médecin.

Le généraliste examine la plaie avec attention. En trente ans de carrière, il n’a jamais vu pareille blessure.

- Je pourrais vous donner des analgésiques pour atténuer la douleur mais le problème est ailleurs, cher Monsieur. La chair a pour fonction principale de protéger le corps contre les infections et les parasites. J’ai peur que très vite, votre plaie soit infectée par des larves de vers à viande et par des champignons.

- Quel est le remède ?

- Voici un spray, cher Monsieur. Je vous conseille, d’asperger votre plaie deux fois par jour avec ce produit.

- C’est une espèce d’insecticide, remarque le patient en souriant.

- On peut dire çà, reconnait le médecin, un insecticide doublé d’un fongicide.

Le lendemain matin, dans le miroir, plus de doute. Des vers infectent bien la plaie. Il les voit se tortiller à l’intérieur de son corps. Bizarrement, il ne se sent ni dégouté ni horrifié par ce qu’il découvre. Qu’il reste de la vie après vingt ans d’amour le rassure. Il renonce même à s’asperger d’insecticide. Il se refuse à tout détruire et puis qui sait ? Avec le temps, de sa plaie, s’envoleront peut- être des papillons.

Image: 

© Serge Goldwicht

Commentaires

Portrait de Jacqueline
Quand on se sépare on dit "perdre sa moitié " , en Chine s'est le yang et le yin . J'ai perdu ma droite, mais ma gauche se développe encore plus ...Courage
Portrait de Jacqueline
Tout le monde est en vacances? Pas d'autre commentaires ?

Ajouter un commentaire

Du même auteur

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

© Serge Goldwicht

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN