semaine 27
Portrait de Yolande Valois
Décodage EXPRESS

Le tire-bouchon : Outil de guerre, outil de plaisir

Le 07 février 2022

C’est une affaire sérieuse, un tire-bouchon ! De par son âge d’abord: il aurait quatre siècles car ce petit instrument destiné à ouvrir “la dive bouteille” annonciatrice d’un moment de détente délicieuse, est inspiré du tire-balle, cette mèche vrillée servant à nettoyer le canon des armes à feu !

Quel amusant paradoxe.

Son origine remonte donc au XVII siècle. Poussés par la nécessité de briser le scellement d’un bouchon de liège dans le goulot d’une bouteille, les armuriers anglais, de Birmingham et de Londres, ont cherché à manipuler le tire-balle. Grands importateurs de vins de tous pays, ils avaient remarqué que le Bordeaux ou le Porto voyageaient mieux en bouteilles qu’en barriques car ils subissaient moins les attaques de l’oxygène. Mais comment fermer ces flacons soufflés à la main, si élégants et si fragiles ? 

Ils ont tout essayé: insertion de languettes de bois à la mesure de l’étroitesse du col, cernées d’étoupe imbibée d’huile et cachetées à la cire, puis ils sont passé au bouchon de liège mais l’étanchéité en empêchait l’ouverture.

C’est ainsi que les membres de la guilde des armuriers londoniens ont adopté le tire-balle remanié.

Celui-ci était doté d’une hélice pour récupérer la balle coincée. Les premiers tire-bouchons ressemblaient à l’ouvre-bouteille en forme de “t”, un simple manche de bois monté sur une vrille, l’invention s’est répandue dans le monde à toute vitesse vu son grand avantage. Quelle ingéniosité!

En 1795, un certain Henshall, un religieux venant d’Oxford, s’est allié à Boulton pour commercialiser le tire-bouchon. Ils ont obtenu le précieux brevet et mené ainsi une opération financière fructueuse. L’instrument s’était déjà perfectionné par l’insertion d’un disque concave entre poignée et ver pour empêcher l’utilisateur de visser trop loin dans le liège en brisant le scellement et, souvent, le goulot.

Ce tire-bouchon, parfaitement efficace, a été utilisé pendant plus de cent ans. Un autre anglais a inventé le tire-bouchon zig zag et les brevets se sont enchaînés.

Le fameux “Charles de Gaulle “ remonterait à 1888; il est anglais, lui aussi. La paire de leviers qui montent tandis que la mèche s’enfonce dans le bouchon évoquerait pour certains petits plaisantins les longs bras du grand Charles s’agitant dans les hauteurs lors de ses discours.

On ne compte plus les perfectionnements et les ajouts fantaisistes apportés partout dans le monde à cet outil si bien accueilli, baptisé aussi le sommelier, le limonadier, le screwpull, le bilame, le “couteau” du sommelier.

En 2019, un collectionneur américain, a déboursé trente mille dollars pour un tire-bouchon du XIX siècle, un modèle Thomason, breveté en 1802, équipé d’une vis double.

Encore une collection, dont le nom est étrange: l’hélixophilie ou la pomelkophilie, qui peut amener l’amateur passionné à de douces folies.

 

Image: 
Un petit aperçu de la grande variété de tire-bouchons appréciés par les collectionneurs. Photo © Club français du vin. https://www.clubfrancaisduvin.com/fr/le-mag/encyclopedie/tire-bouchon

Mots-clés

entreleslignes.be ®2022 designed by TWINN Abonnez-vous !