semaine 43

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Portrait de Yves Kengen
Yves Kengen

Vous pouvez crever !

Le 08 juillet 2017

« Le Canard Enchaîné » (5/7) a le bon goût de revenir sur la mort, le mois dernier en Irak, de trois confrères (dont un fixeur) dans l’exercice de leur dangereuse mission (page 8). On y lit, stupéfaits, que ces martyrs, des free-lance, ont été envoyés à Mossoul à la hussarde, par une boîte de prod’ sous-traitante de l’émission « Envoyé spécial » de France 2, mais privés de toutes les mesures de sécurité préventives généralement offertes aux heureux salariés du service public : formation idoine, gilet pare-balle, kit de survie, balise GPS… Pour ne rien arranger, la production avait prévu 9 jours de tournage sur place, ce qui est énorme, et n’avait pas lésiné sur les superlatifs alléchants pour convaincre Envoyé Spécial de lui passer commande : ils allaient assister, et donc filmer comme à la parade, « l’offensive majeure de la Golden Division (les forces spéciales irakiennes) contre Daech, à Mossoul, peut-être la dernière bataille. Dans le collimateur, précise la production, 35 Français (…) Ils seront visés, exécutés. » Et d’ajouter : « Nous serons les seuls journalistes occidentaux avec les soldats de la Golden Division au moment de l’offensive. » On comprend mieux pourquoi.

La faute à personne

On ignore le sort réservé aux fameux « 35 Français », mais on connaît celui qui attendait le caméraman Stéphan Villeneuve, la journaliste Véronique Robert et leur fixeur Bakhtiyar Haddad. Certes, on peut penser – c’est mon cas mais qui suis-je pour juger – que Villeneuve, père de 3 jeunes enfants, avait peut-être mieux à faire que d’aller promener sa caméra sous les balles des fous furieux islamistes.

Qu’en pense-t-on à France 2 ? Ben, pas grand-chose. Sinon que l’expédition funeste n’était connue d’aucun des services compétents de la chaîne, validée par les seuls responsables d’Envoyé Spécial. Le rédac’chef, Jean-Pierre Canet, a été viré aussi sec et ce n’est sans doute pas fini ; mais ça ne rendra pas Villeneuve à sa femme et ses enfants ni Véronique Robert à sa famille et ses amis. Quant au fixeur, il s’en trouvera sûrement pour estimer que ça fait partie des risques du métier.

Moralité : il existe des tricards de la télé qui ne valent pas mieux que la chair à canon qu’utilisent les armées et des directeurs de chaîne dont le cynisme n’a rien à envier à celui des généraux de la grande muette. Ah oui, j’oubliais : on attend toujours une déclaration de la direction de la chaîne publique à propos de ce drame qui s’est produit… le 19 juin. Encore bravo, et merci.

Image: 

Véronique Robert, décédée à Mossoul au cours d'une pige mal préparée. Chair à rédaction?
Photo Radio-Canada

Commentaires

Portrait de Patrick Willemarck
Merci Yves.

Ajouter un commentaire

Du même auteur

Ces deux zigotos sont homozygotes et incapables de se reconnaître sur une photo. Encore fallait-il le démontrer et ça, ce n'est pas l'affaire d'une bande de zozos. Gare aux yeux!

Un business model assez peu bandant, finalement.

Des plus petits...

,

...aux plus grands, tournons le dos au tableau noir et inventons l'école solidaire.

Ni rage ni désespoir; seule, troublante et dramatique, la vérité.

Franchement, vous leur confieriez vos enfants?

,

Véronique Robert, décédée à Mossoul au cours d'une pige mal préparée. Chair à rédaction?
Photo Radio-Canada

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN