semaine 33

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

"La voix des sans-papiers" n'est plus sans abri, pour l'instant...

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 27 juillet 2017

Il est près de 20h. Le service de sécurité, propre aux occupants,  est actif et filtre les entrées  dans l’ancien home Val de Rapsodie, avenue d’Auderghem, à Etterbeek.


Photo © Jean-Frédéric Hanssens
La première assemblée depuis l'installation, ce lundi, par 65 personnes du collectif "La voix des sans-papiers"  dans le bâtiment, doit débuter dans quelques minutes.
Ils seront bientôt plus d'une centaine de sympathisants et "résidants" confondus dans la salle commune du rez-de-chaussée. Il s'agit d'une première à Bruxelles.


Photo © Jean-Frédéric Hanssens
Un bâtiment privé réquisitionné par le bourgmestre, en l'occurrence Vincent De Wolf (MR), qui doit être rasé mi-septembre pour laisser place à des logements pour les étudiants de l'ULB. Il s'agit donc bien d'une bouffée d'oxygène pour la soixantaine de sans-papiers en grande majorité d'origine africaine.
Il est important de souligner que la rédaction de cet arrêté de réquisition risque de provoquer  des conséquences positives à plus long terme pour tous les sans-abri.
Dans Le Soir, le bourgmestre interviewé par Patrice Leprince, rappelle que dans la Constitution, "L’article 23 dit que chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine, ceci comprenant notamment le droit à un logement décent. L’article 1er de la loi sur les CPAS est du même tonneau. Il s’agit de principes généraux qui ne sont pas applicables tels quels, il n’existe aucune jurisprudence de quelqu’un ayant assigné l’Etat ou une collectivité pour obtenir un logement de force. En ligne de mire aussi et surtout l’article 134 bis de la Loi communale précise que le bourgmestre dispose d’un droit de réquisition de tout immeuble abandonné depuis plus de six mois afin de le mettre à la disposition de personnes sans-abri...." Il précise, dans cet entretien, que pour rendre plus efficace dans son application  cet article 134 bis, il va rédiger une proposition de modification de la dite Loi communale à soumettre au parlement fédéral, ce qui étendra, à tout le pays, cette possibilité de réquisition de bâtiments inoccupés. Dont acte.
L'assemblée est menée de main de maître par Serge Noël qui accorde la parole successivement, donnant la priorité à celles et ceux qui ne sont pas encore intervenus.


Serge Noël et Aboubaki Photo © Jean-Frédéric Hanssens


Photo © Jean-Frédéric Hanssens


Photo © Jean-Frédéric Hanssens
Chaque intervenant(e) apporte des propositions concrètes, des suggestions, soulève des incohérences, chacune est ponctuée d'applaudissements, aucune réponse directe ou invectives aux propositions ou remarques n'est accordée. Elles seront discutées en groupes de travail dans les jours qui suivent. Comme par exemple, les contacts avec les habitants du quartier, la mise en œuvre des bénévoles qui se sont inscrits sur une liste, le suivi des contacts avec les autorités communales, ainsi qu'avec des échevins des communes de l'agglomération bruxelloise afin d'établir une liste exhaustive des bâtiments inoccupés. D'autres actions diverses et variées sont proposées pour donner de la visibilité à l'événement, la création d'un agenda des prochaines réunions etc...
L'occupation s'organise donc avec une discipline et un respect mutuel qui forcent le respect. (1)






Photos © Jean-Frédéric Hanssens
Il faut bien souligner que la dateline du 14 septembre laisse peu de place à l'improvisation. Il reste à espérer, pour les occupants, que les travaux débuteront  avec du retard et que l'ULB, à travers son recteur, pourra leur apporter plus qu'un soutien  moral, malgré la période des vacances?

Parce que après tout, même si cette victoire est historique, il n'en reste pas moins, comme le souligne Aboubaki, intégré, mais sans-papiers depuis 2012, que l'objectif essentiel est d'obtenir une avancée significative dans la reconnaissance de leurs droits. D'autant, rappelle-t-il, que la situation ne fait que s'aggraver d'année en année et le nombre des sans-droits s'accélère dangereusement depuis que le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations,Théo Francken (N-VA) est aux commandes.
Il attire notre attention sur le fait que beaucoup de ces sans-papiers sont actifs et assimilés dans la société belge et leurs enfants suivent leur scolarité au mieux en tenant compte du fait que les parents doivent déménager régulièrement en fonction des possibilités de squats qui se libèrent.
Dans les yeux d'Aboubaki, membre du collectif VSP (Voix des Sans Papiers), se lit une grande fatigue mais avec encore assez de ressources pour adresser un appel pressant aux progressistes et humanistes de tous poils afin de créer un groupe de travail dont la tâche serait d'allumer une lueur d'espoir au bout de cet interminable tunnel.
_________________________________________________________________________
D'autres infos :
(1) Assemblée ouverte à tous les sans-papiers et sans-abri ainsi que tous ceux qui désirent les soutenir, le mercredi 09 août à 20h au 269 avenue d'Auderghem à 1040 Etterbeek.
page Facebook : https://www.facebook.com/La-Voix-des-Sans-papiers-497839607014314/ 
e-mail "Voix des Sans papiers" : voixsp@gmail.com  Contact: Modou
Site web "SOS Migrants" : http://sosmigrants.be/ Contact : Serge Noël
- http://plus.lesoir.be/106399/article/2017-07-26/65-sans-papiers-reloges-dans-un-batiment-prive-inoccupe-etterbeek
- http://www.lalibre.be/actu/belgique/des-sans-papiers-loges-dans-un-batiment-requisitionne-a-etterbeek-le-proprietaire-n-etait-pas-heureux-mais-aimable-59762db4cd706e263efe41f1#.WXb-rDQ8-No.facebook

photos: 

Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2017 design by TWINN