semaine 03

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Le safa qui dit tout

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 05 janvier 2018

C'était quelque part le long d'une route dans le nord de l'Inde au Rajasthan, en 2008.
Le safa, paag, pagri ou tout simplement, turban est un attribut masculin qui s'il n'est pas porté par l'homme en public peut-être considéré comme un signe de mauvais œil et l'homme ne sera pas le bienvenu où qu'il aille. Cette bande d'étoffe d'une longueur approximative de 9 mètres sur 1,2 mètre, souvent de couleur vive, permettait d'être repéré dans le désert du Thar en cas de tempête de sable. Il peut servir également de tapis de sol, d'oreiller pour les siestes, de garde manger quand il est noué sur l'épaule, de corde, de filtre à eau; on peut y cacher un peigne, un miroir et bien entendu il protège des rayons du soleil. Sa couleur renseigne sur la position sociale, la caste et bien d'autres renseignements sur celui qui le porte comme le berger qui se coiffe d'un turban rouge vif, tandis que le berger nomade, lui, portera en plus des motifs sur son turban rouge vif. Et le tissu noué d'une certaine façon, à la couleur déterminée, pourra donner jusqu'à l'état de l'individu sur le plan sentimental. Attention, les codes peuvent changer d'un village à l'autre. Durant les périodes guerrières, un homme rentrant chez une dame, le turban à la main signifiait que son époux était mort au combat. La veuve savait alors qu'elle allait être immolée sur le bûcher funéraire avec le turban de son mari sur les genoux.  Cette coutume de la crémation des veuves (rite de la Sati) ne sera interdite qu'à partir du 4 septembre 1987.
Pour obtenir cette image, j'ai scruté sans cesse tous les hommes que nous croisions en parcourant les routes et chemins du nord de l'Inde. Ce n'est qu'en fin d'après-midi du troisième jour que ma patience a été récompensée. 

photos: 

Rajasthan Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN