semaine 42

Rechercher

En collaboration avec les Presses Universitaires de Bruxelles

Zapata, haut en couleurs

Question d'optique par Jean-Frédéric Hanssens, le 28 septembre 2018

C'était le long du canal de Willebroek dans le port de Bruxelles à bord du Waterbus.
Des pompiers vident le contenu de leur camion dans le canal. une forte rafale de vent transforme l'eau en brise. Il fait plein soleil. Dans la brume, un arc-en-ciel se dessine et met en lumière quelques lettres graphées sur le béton. Je lis ZAPATA. Mais qui a bien pu et pourquoi à cet endroit, avoir inscrit le nom de ce petit propriétaire métis, réputé expert en chevaux, né dans un village de l'État de Morelos, situé au sud de Mexico ? Emiliano, de son prénom, né le 8 août 1879 et assassiné le 10 avril 1919, a combattu pour les droits des villageois et la restitution de leurs terres. Irrité par l'inertie dont faisaient preuve les autorités et par celle des tribunaux de la République qui ne reconnaissaient pas les titres de propriété datant des rois d'Espagne, il s'arma pour prendre possession des terres disputées. Zapata ne cherchait pas à imposer des idéaux abstraits tels que la liberté ou la démocratie. Sans supprimer les plantations, il voulait rétablir l'équilibre au profit des habitants des communautés et  leur permettre ainsi de conserver leur mode de vie. Il avait l'habitude de porter deux gros revolvers et une machette, outil agricole qui lui servait aussi bien à corriger ses enfants. Il en avait au moins 15 issus de ses 27 mariages avec des femmes blanches, métisses et indigènes. Une machette dont il se servait aussi bien pour battre ses femmes ou faire sauter une tête. La révolution mexicaine a fait de lui un martyr de la réforme agraire et un héros national. Sa devise : " Mieux vaut mourir debout que vivre toute une vie à genoux ".  
Zapata, un homme dont le souvenir a été mis, haut en couleurs, l'espace d'une rafale de vent.

__________________________________________________________

Pour en savoir plus sur Zapata  : l'encyclopédie universalis   et Wikipedia

photos: 

Photo © Jean-Frédéric Hanssens

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN