semaine 46

Le bon truc pour faire des économies de carburant

Edito par Jean Rebuffat, le 02 novembre 2018

Image: 

Aujourd'hui, ces voitures qui ont roulé au diesel et à l'essence, sont réduites en petits cubes. Mais les voitures électriques risquent d'être bien plus chères à dépolluer. Photo © Jean-Frédéric Hanssens

La grogne monte. Quoi, l'essence augmente! Quoi, le gazole en dépasse le prix! Tant en France qu'en Belgique, la mobilisation est en cours. Genre je ne roule pas au pétrole, je roule aux taxes. Et de se lamenter sur le pauvre contribuable qui et sur les politiques que. Eh bien disons-le clairement: la prise de conscience de l'urgence écologique commence mal.

Le consommateur semble parfois sage. Il réduit sa consommation de viande, il trie ses déchets, il fait attention à l'empreinte carbone de ses achats. Mais touchez au prix du carburant et vous aurez une bronca plus ou moins organisée par l'extrême-droite, très forte pour caresser dans le sens du poil. Exactement comme vous aurez des réactions excédées par tous ces grévistes qui prennent les vacanciers en otage en refusant le dumping social... C'est que du général au particulier, il y a un monde (en perdition). Tout le monde a une bonne raison de persévérer dans l'usage inconditionnel de sa voiture comme si en cette matière précise, le bon sens s'éclipsait. Or il en va des énergies fossiles comme du reste: si on n'applique pas le principe du pollueur-payeur, on n'arrivera à rien. Le diesel tue, mais lentement? On se croirait revenu un demi-siècle en arrière avec les toutes premières et timides mesures anti-tabac: mais non, ce n'est pas prouvé, mais si, vous touchez à ma liberté... Et si l'on se figurait la réalité, à savoir que de la même façon que le tabagisme passif a fait plein de victimes, et compte tenu que votre liberté s'arrête où celle des autres commence, votre voiture tue, et pas seulement quand vous la conduisez bourré (tiens, là aussi, que de lents combats...).

Les combats de retardement sont en général efficaces à court terme. Tout fait farine au moulin. La voiture électrique? Mais elle pollue plus que celle qui roule au diesel! Oublions donc que c'est la dose qui fait le poison et qu'en effet, un véhicule diesel en rase campagne tue extrêmement peu parce que la concentration en microparticules va être tellement faible qu'elle sera négligeable: le véhicule électrique polluerait finalement énormément (c'est d'ailleurs faux, mais passons) – sauf qu'il n'est pas nocif hic et nunc quand il circule en rangs serrés dans les villes densément peuplées.

Le drame, c'est que le court terme, au XXIème siècle, devient le très court terme. On ne respecte pas les solennelles promesses de la Cop21 et à chaque retard supplémentaire, tout empire très vite. Ce n'est plus demain qu'il faut agir, c'est avant-hier. Et on vous donne partout d'excellents conseils pour réduire votre consommation, sauf la plus efficace: roulez moins.

Mots-clés

Commentaires

Portrait de gerard LAFORET
Il y a plus de 25 ans j'habitais, suite à mutation, un bourg à 13 km de la ville (moyenne) où on travaillait et où les enfants étaient scolarisés et avaient toutes leurs activités. Pour ces trajets on utilisait une clio essence de 60ch. Nous avons fait le calcul du coût annuel de ces déplacements sur la base d'un prix/KM supérieur au seul coût carburant mais néanmoins très inférieur au coût/km réel d'un véhicule de même catégorie.Or on a fait le constat que construire dans la ville où, malgré les prix des terrains et le montant beaucoup plus élevé des taxes locales représenterait une économie de presque 5000 francs par rapport à notre situation précédente, sans même parler du bénéfice en terme d'émission de CO2. A méditer par ceux qui pensent faire des économies en s'éloignant au maximum des centres urbains où ils ont leurs intérêts professionnels, scolaires, culturels, sportifs ou autres....

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2018 design by TWINN