semaine 32

L'arrière-garde meurt mais ne se rend pas

Edito par Jean Rebuffat, le 03 juillet 2020

Image: 

Cette manifestation risque de ne pas être la dernière... Photo © Jean-Frédéric Hanssens

À toutes celles et à tous ceux qui imaginent que le combat anticlérical est terminé en Belgique, une minorité de parlementaires vient de démontrer qu'il n'en était rien. Une étrange coalition regroupant, d'extrême-droite à droite, le Vlaams Belang, la NVA, le CD&V et son acolyte francophone le CDH, vient de bloquer pour la troisième fois la dépénalisation totale de l'IVG en renvoyant devant le Conseil d'état l'examen de la proposition de loi, laquelle est soutenue par une large majorité de députés et au-delà d'eux, par une très large majorité de citoyen.ne.s. Cela fait quatre ans que cette flibuste dure et c'est assez, c'est trop.

Mais il y a des états d'âme, le mot n'est pas choisi au hasard.

On peut à la limite comprendre ceux d'un parti qui se déclare chrétien, démocrate et flamand: ils défendent Rome comme à la belle époque où la morale pénale était priée de s'y référer. On observera que le CDH, pourtant, ne se définit plus comme un parti chrétien. Mais les vieux réflexes, s'ils sont hypocritement cachés dans l'espoir de survivre dans un pays déchristianisé massivement depuis un demi-siècle, reviennent vite, avec cette dose d'onctuosité qui en fait tout le charme. Le CDH s'est courageusement abstenu, conscient que ses faibles bataillons ne changeraient rien au vote; ce n'est pas qu'ils sont pour ou contre, c'est, selon la députée Catherine Fonck, que ce parti n'est pas persuadé qu'un large consensus existe sur l'allongement de 12 à 18 semaines pour procéder à une IVG ni sur le raccourcissement de 6 à 2 jours du délai de réflexion. Qui le dit et sur quelles bases? Mystère. Mais les desseins du Très Haut sont impénétrables, c'est bien connu.

Ceux de la droite flamande sont par contre d'une évidente clarté. Le VB démontre une nouvelle fois que la droite dure, ce n'est pas que le repli sur soi et l'apologie de valeurs puantes, tout en faisant mine de rien: c'est une menace pour les droits acquis. La NVA prend sa roue comme en France les Républicains celle du Rassemblement national: on voit où cela les a menés, c'est-à-dire nulle part. Pire, le CD&V, se croyant sur un tandem dont Bart De Wever aurait le guidon, subordonne la constitution d'un gouvernement fédéral à une négociation englobant cette proposition de loi. La politique du gaufrier, désormais, ce n'est plus mettre des sous des deux côtés de la frontière linguistique, c'est échanger contre un droit évident qui ne coûte rien en terme de finances publiques le financement de l'un ou l'autre objectif d'un parti d'en face, comme la hausse des pensions de retraite ou du salaire minimum.

Est-ce que quelqu'un.e parmi les membres de ces partis est au courant que rien n'oblige à suivre ces lois à titre personnel? C'est un élargissement du champ des libertés qui ne contraint personne. Si à vos yeux l'avortement est immoral, n'y recourez pas. Si l'euthanasie vous dérange, mourez comme vous l'entendez. Si le mariage gay vous disconvient, n'épousez pas quelqu'un.e du même sexe.

Mais en un mot comme en cent: foutez-nous la paix.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN