semaine 43

Le beurre et l'argent du beurre

Edito par Jean Rebuffat, le 09 octobre 2020

Image: 

Capture d'écran du site rtl.be

Quelle fut la réaction de nos ancêtres face aux pandémies? N'y comprenant goutte, ils prenaient des mesures tantôt sages tantôt absurdes pour se prémunir du mal qui les guettait – et en définitive, Dieu était le maître du jeu. En nos époques mécréantes et scientistes, bien des sujets aimeraient que les décisions soient nettes, éclairées par un savoir indiscutable – en lieu de quoi, tout le monde s'en aperçoit, on navigue à vue entre imprécisions et méconnaissances, entre objectifs contradictoires et nécessités du quotidien.

Imaginer un quart de seconde qu'il existe une politique efficace, cohérente, compréhensible et respectueuse des libertés face au Covid-19, c'est pire que rêver en couleur, c'est nier la part fragile de l'humain dans les décisions à prendre et c'est admettre in fine qu'il existe une transcendance à laquelle il faut se soumettre, la Vérité, en priant Dieu que tous nous veuille absoudre. Il faut être Donald Trump – qui s'autodivinise – pour se sentir supérieurement invulnérable. De nombreux rois de France, oints, s'estimaient pareils. Saint-Louis n'en est pas moins mort de la peste en s'égarant dans le siège de Tunis.

Il n'y a en matière de pandémie nouvelle nulle recette éprouvée et, n'en déplaise à ce sentiment libertaire qui fait s'exclamer à beaucoup qu'on égorge les libertés publiques en fermant les cafés ou en imposant le masque, il faut bien admettre que c'est un peu court. Ceux-là font penser aux citoyens américains forts du 2ème amendement qui défendent sur le même ton la liberté de s'armer et de former des milices. La liberté du renard libre dans le poulailler libre, en quelque sorte. Les libertés, qui ne sait qu'elles sont aussi et avant tout limitées par des lois? Pire: en criant au loup à la moindre mesure, ces citoyens-là versent probablement sans s'en rendre compte dans le complotisme, entendant que le vaste projet qui trame ces mesures est de nous asservir en grignotant sous un prétexte faussement honorable des libertés conquises de haute lutte... par des générations antérieures. La vraie lutte, ce n'est pas maintenant, c'est plus tard que la vigilance l'imposera afin que les mesures d'exception disparaissent...

Curieuse époque, tout de même, que celle-ci, qui privilégie aussi brutalement, et de manière inattendue, la santé publique à l'économie mais qui semble incapable d'en souffrir sur le moyen terme les désagréments, revenant à l'éternel débat du beurre et de l'argent du beurre!

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

Ajouter un commentaire

entreleslignes.be ®2020 design by TWINN