semaine 15

Mauvaise nouvelle, bonne nouvelle

Edito par Jean Rebuffat, le 12 mars 2021

Image: 

Diffuser une mauvaise nouvelle est rarement considéré comme positif. L’information selon laquelle plusieurs pays suspendaient la vaccination anti-Covid par le produit Astra-Zeneca a fait pousser des soupirs à qui estime qu’il ne faut pas faire de contre-publicité aux vaccins en général et encore moins ici en particulier.

Il est vrai que le principe de précaution, ces dernières décennies, a pris des proportions qui peuvent apparaître comme excessives et que l’on peut discuter à l’envi de cette espérance utopique du risque zéro. Quelques cas de réactions un peu anormales ont suffi à la mesure – exactement comme la constatation, aujourd’hui levée, qu’il n’y avait pas assez de preuves que ce vaccin était suffisamment efficace sur les personnes âgées. Il est tout aussi évident que le moindre incident sera porté en épingle par les antivax, sur l’air du vous voyez bien. Mais tout ceci n’est pas une raison pour taire une information sous couvert de ne pas démoraliser les populations en souffrance. On agissait ainsi pendant les guerres. Un fait est plus important qu’un lord-maire et surtout, quelle crédibilité aurait encore un média qui trierait l’info non pas en fonction de son bien-fondé, mais en fonction de l’effet qu’elle pourrait produire?

Alors répétons-le: certes, le vaccin présente un certain risque mais ce risque n’a rien à voir avec celui de faire la maladie, comme c’est la vocation, l’usage et le cas de tous les vaccins, d’ailleurs. Un quatrième est venu s’ajouter cette semaine dans ceux qui sont agréés en Europe. Cela aussi est un fait et nous ne le disons pas pour faire plaisir ou prendre position dans quelque polémique; nous notons que tous les résultats, jusqu’ici, tendent à prouver que le vaccin en tout cas amoindrit considérablement le risque de mourir du Covid et même de devoir être hospitalisé.

Mots-clés

Il semble que vous appréciez cet article

Notre site n'est pas devenu payant! Mais malgré le bénévolat de ses collaborateurs, il coûte de l'argent.

C'est pourquoi, si cet article vous a plu (et même dans le cas inverse), nous faire un micropaiement d'un ou de quelques euros nous aiderait à sauver notre fragile indépendance et à lancer de nouveaux projets.

Merci à vous.

Nous soutenir Don mensuel

entreleslignes.be ®2021 designed by TWINN Abonnez-vous !